Accueil Economie La flambée des prix du carburant choque à nouveau les Marocains

La flambée des prix du carburant choque à nouveau les Marocains

252
0

Les chiffres sur le tableau des prix des stations-service au Maroc continuent de s’efforcer de battre des records dans la vente d’un litre de carburant, qui a de nouveau augmenté à 15,80 dirhams le litre pour l’essence et 14,90 pour l’essence, selon ce qui a été vu dans un communiqué aujourd’hui , mardi, au centre-ville de Casablanca. Les chiffres varient d’un endroit à l’autre.
Le rassemblement des pétroliers au Maroc avait l’habitude de changer les prix tous les 15 jours, dans le cadre de l’interaction avec le prix international, mais ce qui s’est passé cette fois, c’est que les compagnies pétrolières ont augmenté le prix de l’essence de 1,70 dirhams, et l’essence de 0,80 centimes, sans dépasser le prix du baril. Pétrole 91 $.
Le journal a surveillé les files de voitures lundi soir dans les stations-service pour faire le plein, après que des fuites se sont propagées indiquant que les prix avaient augmenté avec l’entrée mardi, alors que les critiques montaient à nouveau des citoyens qui en ont assez de ces pratiques qui entraînent automatiquement une augmentation de tous les consommables sur le marché national.
Le gouvernement n’a pas bougé le petit doigt jusqu’à présent, pour faire face à l’hémorragie des prix du carburant, car il est considéré comme le premier bénéficiaire des impôts qui se multiplient à la suite de ces augmentations, en évidente complicité avec des entreprises qui opèrent hors tutelle, et sans concurrence. parmi eux.
Et le Conseil de la concurrence a récemment révélé qu’entre 2020 et 2021, les entreprises vendant du carburant ont réalisé des marges bénéficiaires scandaleuses, en raison de l’effondrement des prix du pétrole brut et des cotations des produits raffinés dans le monde, dépassant le plafond d’un dirham comme bénéfice par litre.
Le Conseil de la concurrence, dans son avis rendu sur la hausse importante des prix des matières premières et des matières premières sur le marché mondial et ses répercussions sur le fonctionnement concurrentiel des marchés nationaux, a relevé le cas des hydrocarbures (essence et essence), qui en En cas d’augmentation du prix des carburants à l’échelle mondiale, les entreprises interagissent rapidement avec eux et entraînent cependant une augmentation au niveau national. S’il diminue, il sera reporté.
Le rapport indique que la taxe sur la valeur ajoutée a augmenté au cours de cette période, passant de 0,82 à 1,01 dirhams par litre pour l’essence, et de 0,94 à 1,16 dirhams par litre pour l’essence entre les périodes 2018 et 2021 et les quatre mois de 2022.
Le Conseil de la concurrence recommande d’étendre le champ d’application du régime fiscal actuellement appliqué aux secteurs protégés, à la distribution de produits pétroliers, avec l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les bénéfices excessifs pour les entreprises important, stockant et distribuant de l’essence et de l’essence.
Il exhorte les autorités gouvernementales à assouplir davantage les conditions d’accès aux marchés de l’essence et de l’essence aux stades initial et final de la chaîne de valeur en accélérant le rythme d’activation des recommandations émises par le Conseil en 2019, ainsi qu’en donnant la priorité à une révision urgente et approfondie du cadre et des modalités de légalisation de ces marchés.
Elle appelle à revoir le cadre légal et réglementaire encadrant les relations contractuelles entre les sociétés de distribution et les stations-service, incitant les opérateurs des marchés de l’essence et de l’essence à utiliser des outils de couverture des risques, ainsi qu’à étudier les opportunités de préservation et de développement de l’activité de raffinage au Maroc.

Lire aussi:  La croissance de Google ralentit en raison de l'inflation et de la concurrence

Youssef Al Khader

Marrakech, 2022-10-17 18:57:05 (Maroc-Actu) –

Article précédentDaman Cash, filiale du groupe Bank of Africa, lance sa carte à puce
Article suivantOmar Hilal souligne aux Nations Unies le grand soutien international à l’initiative d’autonomie et de marocanisation du Sahara