Accueil Economie La folie des prix élevés du carburant continue et l’emprise sur les...

La folie des prix élevés du carburant continue et l’emprise sur les citoyens s’intensifie

527
0

Le goulet d’étranglement s’est de plus en plus resserré pour le peuple marocain, hier matin, mercredi, avec de nouvelles hausses de carburant, comprises entre 0,60 centimes et un dirham de carburant. .
Hier mercredi, les prix du carburant ont enregistré une hausse sans précédent, avec les répercussions persistantes de la conjoncture internationale mouvementée due au conflit russo-ukrainien ; C’est ce que font les acteurs du secteur de la distribution de carburant au Maroc – renouveler les prix au début et au milieu de chaque mois -.
Le prix de l’essence a dépassé 18 dirhams le litre, tandis que l’essence est passée à environ 15,5 dirhams.
Malgré la libéralisation du secteur des hydrocarbures au Maroc depuis 2015, les sociétés de distribution de carburant ont maintenu la coutume de changer les prix tous les 15 jours ; Cela pose la question de l’existence d’ententes entre eux d’une manière contraire aux exigences de la concurrence, sans parler du recours aux achats groupés.
Plus d’une fois, le gouvernement a refusé de subventionner les prix du carburant pour protéger le pouvoir d’achat des citoyens face à la forte hausse, et a justifié sa position par la faiblesse du budget et l’incapacité de soutenir tous ceux qui possèdent une voiture personnelle. Il a également refusé d’omettre les taxes imposées sur le carburant.
Les carburants sont soumis à de multiples taxes, notamment la taxe intérieure à la consommation et la taxe sur la valeur ajoutée, dont la suppression ou la suspension temporaire abaisserait le prix final des prix et réduirait ainsi la charge pesant sur le consommateur, comme cela a été le cas avec les droits d’importation sur les légumes huiles récemment.
A cet égard, il soulève également l’importance du raffinage du pétrole en lien avec la raffinerie de Samir qui a cessé de fonctionner depuis 2015. Si la raffinerie fonctionnait aujourd’hui, le Maroc aurait réalisé des marges importantes grâce au raffinage et contribué à augmenter davantage le stock de réserve.
Le gouvernement exprime un ferme refus d’ingérence en faveur du dossier de la société Samir, qui fait l’objet d’une liquidation judiciaire, car il invoque la présence du dossier au Tribunal du contentieux international de la Banque mondiale, et que toute intervention dans le dossier être dans l’intérêt de l’État, qui pourrait être condamné à indemniser l’ancien propriétaire, Muhammad Hussein Al-Amoudi.

Lire aussi:  Un projet gouvernemental qui permet aux professionnels du transport au Maroc de

>Abdul Samad Adendin

Marrakech, 2022-06-15 19:16:05 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa septième session du Festival international du film de café à Taza à la fin de l’année en cours
Article suivantAujourd’hui, le Festival international du film de Dakhla démarre et célèbre le cinéma africain dans sa dixième session