Accueil Divertissements La pièce « Connexion » est une absurdité symphonique qui dépouille notre conscience et...

La pièce « Connexion » est une absurdité symphonique qui dépouille notre conscience et notre existence, qui manque de boussole.

212
0

Dans le cadre de la célébration de la Journée Nationale du Théâtre, la Compagnie de Théâtre Al-Talaei d’Agadir a présenté sa dernière œuvre théâtrale, « Connexion », écrite par Ali Dah, mise en scène par Hassan Badida, et l’identification des artistes Mohamed Aouragh et Hassan Alioui, la scénographie de Bashir Erki et la régie d’Ibrahim Fom Ghelil.
L’œuvre théâtrale « Conxion » tire ses composantes esthétiques et intellectuelles de divers horizons philosophiques, notamment le théâtre de l’absurde et la philosophie de l’existence. Un théâtre mental et intellectuel, comme on le retrouve dans la plupart de ses œuvres théâtrales avec sa troupe pionnière, « Helou Al Bab » et « Al Barakasa », qui furent présentées au public à la fin du siècle dernier et au début du IIIe millénaire. Parler, c’est comme les pionniers de l’avant-garde comme Berthold Brecht, Pescatore, Alfred Gary, Grotowski, Artu… et les pionniers du théâtre de l’absurde comme Samuel Beckett et Eugène Ionesco, ce dernier qui affirmait que la base du théâtre de l’absurde est une tentative d’exposer la réalité et les faux slogans. mais plutôt une disgrâce puisque sa mère l’a mis au monde et que ce monde est déraisonnable. (1)


L’équipe théâtrale « Conxion » a réussi à exposer notre fausse réalité, exposer notre héroïsme illusoire et le bris de nos épées de bois, en nous leurrant émotionnellement dans les mondes du spectacle pour découvrir les défauts de nous-mêmes et la fausseté de cette existence que nous vivons, en dévoilant toutes les manifestations de la schizophrénie qui affligent nos sociétés libérales, à divers niveaux et niveaux, Le spectacle est un labyrinthe sans fin de signes sémiotiques séquentiels sous la forme d’un parcours dramatique et symbolique bien structuré. Voyager dans le spectacle est un mensonge, les rêves sont reportés, les sentiments sont entachés d’hypocrisie, et le train qu’attendent les deux personnages dans sa dimension symbolique n’arrivera pas, pour continuer à attendre Godot qui ne viendra pas à un moment où le la connexion a été coupée. Sur tous les domaines, sur le développement, sur l’économie, sur la politique, et sur la société… Pour que l’individu dans cette société perde sa boussole et marche comme un navire perdu dans la mer et son destin vers l’inconnu, d’une manière qui s’identifie à un ensemble de perceptions philosophiques qui ont révélé l’incapacité du libéralisme à comprendre son existence de classe et la conscience de son destin, Soyons devant un homme dont la structure est démontée, l’identité est démantelée, l’existence est démantelée.. La philosophie existentielle de Sartre, Albert Camus et d’autres ont prédit la nécessité pour l’homme de se libérer par lui-même de cette peur existentielle absurde dans laquelle il vit, cet être humain disgracié au temps d’Internet et de la Connexion a transformé ses produits en robots contrôlés, qui ont fait exister dans sociétés arriérées, en particulier une existence décousue dans le concept qu’Herbert Marcuse a introduit dans son livre « L’homme unidimensionnel » (2) où le nouvel humain Il est exposé à la ma la plus odieuse manifestations d’exploitation à l’ère de la rationalité technologique.
La pièce « Connexion » est un réseau symbolique de connotations, elle ne présente pas un thème thématique unique, mais plutôt un réseau de sujets. L’émission a réussi en grande partie à broder entre eux, en soulevant de nombreuses questions basées sur le symbolisme et la signification de la situation dramatique, voici le problème du développement et il y a un fléau de ce qu’on appelle désormais un phénomène « les influenceurs sociaux, » et il y a le problème de la culture, de l’art, de l’éducation, du chômage, de la sensibilisation… autant de sujets que le spectacle a réussi à brouiller et à mettre en avant de manière caricaturale, faisant du spectacle une ramification thématique et artistique.
Parmi les fondements intellectuels et esthétiques solides sur lesquels repose cette réalisation artistique, on trouve le théâtre de l’absurde, ainsi que d’autres esthétiques, qui ont formé pour nous une œuvre théâtrale complexe qui cherche à exposer l’absurdité de la conscience coquine des intellectuels de sociétés arriérées et a besoin d’autres pauses de réflexion. C’est l’esprit de « Samuel Beckett » présent fortement Chez nous dans le spectacle, à travers ce recours artistique et esthétique au thème de l’attente dans le texte et le spectacle ensemble, comme c’est le cas dans l’immortelle pièce « Waiting for Kudu », mais attendre dans le spectacle nous offrait une nouvelle façon de voir l’auteur et le metteur en scène comme un pilier central de la construction dramatique et de la performance esthétique. Ali Dah avait réussi dans une certaine mesure à cultiver des techniques de falsification du texte à travers les personnages d’Al-Arabi et d’Allal d’une manière qui rappelle les personnages « Vladimir » et Estragon » chez Beckett et le thème de l’attente, où les deux personnages se rencontrent absurdement à la gare pour se retrouver dans un état d’attente interminable, une attente symbolique, Attendre un train qui n’arrivera jamais, et « Godo » n’est pas arrivé, ce qui a été investi par le réalisateur Hassan Badida, qui a fait de l’attente un thème esthétique qui agitait le rythme du spectacle. Par le metteur en scène, d’une manière qui jette une ombre sur le psychisme du destinataire, le rythme de départ va soudainement disparaître, avant que le rythme ne recommence à s’intensifier en adoptant la technique du « flashback », qui nous a donné un spectacle ondulant en termes de rythme , ce qui en faisait un presto harmonieux..

Lire aussi:  Paramount annonce Sonic 3 et une série avec Knuckles.


Le spectacle a commencé avec l’entrée d’Allal et d’Al-Arabi, préoccupés par leurs téléphones, parlant à leurs hypothétiques amants avant que la « couverture » ne leur soit coupée (la connexion). Pour que « Connexion » devienne un outil de contrôle, et un symbole de la vraie communication interrompue, qui est l’action politique sérieuse absente, et c’est la classe, qui est la conscience coquine, comme une facette de la misère pour l' »Arabe » en tant que personne instruite qui se rend compte que « la connuxion est coupée entre nous et au-dessus. »
Ainsi, la représentation théâtrale « Connexion » est un modèle d’œuvres théâtrales sérieuses dont témoigne la scène théâtrale marocaine et arabe car elle soulève les préoccupations de la pensée humaine moderne. Avec ses perceptions intellectuelles saturées d’arrière-plans philosophiques conscients de la réalité du néolibéralisme à l’ère d’Internet, et une vision de réalisateur avec une dimension esthétique unique basée sur la technique du montage cinématographique basée sur la diversité des chemins de narration cinématographique et la fragmentation scénique, en plus de la force de la performance diagnostique des acteurs, où les artistes Hassan Alawi et Mohamed Simuka Aurag ont créé Dans la performance du personnage de « Al-Arabi », l’homme instruit qui en a assez d’attendre un avenir radieux, et « Allal » qui a voulu rejoindre l’armée pour prouver à tous qu’il est digne de respect dans un pays où tous les rêves sont devenus ajournés. Les deux artistes ont également réussi à présenter un groupe d’autres personnages dans le cas du souvenir. caractère marin, le caractère crabe…. Ce qui a fait du spectacle une symphonie harmonieuse d’émotions et de sentiments qui ont attiré émotionnellement le destinataire à s’intégrer dans le La situation dramatique, avec les sentiments, les attitudes et les pensées de ces personnages, pleurant leurs pleurs, se réjouissant de leur joie, tristes de leur tristesse, et souriant de leur sourire à l’ombre d’une comédie noire. Pour le texte diversifié, la performance des acteurs a donc été caractérisée par l’affinement de la mémoire émotionnelle avec une pleine conscience de l’intention de la performance dramatique pour permettre la possibilité d’une transition en douceur et les ondulations des émotions psychologiques et culturelles des personnages avec pleine conscience. le respect du réalisme psychologique posé par le réalisateur russe Konstantin Stanislavsky. Quant au signe, comme nous l’évoquions plus haut du fait de sa dimension labyrinthique, la pièce a pu constituer, à travers les deux chaises de la gare, une sémiose intégrée pour le spectacle à travers ce parcours diversifié du signe d’une manière qui porte sur toutes les composantes de la scénographie à partir d’effets visuels et sonores, bien que l’on s’aperçoive qu’elle nécessite plus de développement esthétique et performatif en raison de ses possibilités infinies En étant plus ouvert aux développements esthétiques de la représentation théâtrale, afin de contourner un certain nombre d’observations qui peuvent être présentées pour présentation ici et là. Esthétiquement, il n’y a pas de spectacle intégré.
Dans l’ensemble, le spectacle de théâtre « Connexion » a offert au public l’occasion de s’amuser esthétiquement et intellectuellement, en tant que modèle de travail théâtral sérieux qui interagit avec les problèmes de société et considère que le théâtre est un moment de réflexion et de plaisir. Conscient de toutes ses composantes techniques et intellectuelles.

Lire aussi:  Juanma Castaño et Miki Nadal retournent ensemble à la cuisine dans "Cinco Tenedores", le nouveau programme de Movistar Plus+.

marges

1 Yukine UNESCO, citant Muhammad Jalal Arab, « Manifestations of Black Comedy in the Moroccan Theatre », Publications de l’Université Ibn Zohr, 1er août 2012, p. 75
2 Herbert Marcuse, The One-Dimensional Man, traduit par George Tarabashi, Dar Al-Adab, 2004.

Marrakech, 2022-06-23 19:32:34 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa dictature militaire est la première responsable de la crise en Algérie
Article suivantRassemblement contre l’exécution de Samir Corporation par le gouvernement