Accueil Divertissements La pièce « L’Araignée du Cirque » fait partie des représentations scéniques de Tanger

La pièce « L’Araignée du Cirque » fait partie des représentations scéniques de Tanger

21
0

Dans le cadre des activités du Festival International des Arts de la Scène de Tanger, organisé par le Centre International d’Etudes Visuelles du 26 au 30 novembre 2022, la troupe Candela Art présente son œuvre théâtrale « L’Araignée du Cirque », à la Faculté des Arts et des Sciences Humaines, à Martel, affilié à l’Université Abdelmalek Saidi de Tétouan. Lauréat du Grand Prix au Festival Régional de Théâtre de la Jeunesse de Chefchaouen fin mars dernier, et qualificatif pour le Festival National de Théâtre de la Jeunesse organisé à Rabat du 13 au 15 mai 2022, représentant la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima , et remportant le prix du meilleur diagnostic féminin (actrice Zineb Welad Ghalem), et également nominé pour le prix de la scénographie .
Ainsi, la pièce « The Circus Spider » a pu s’arrêter à l’épidémie de Corona et aux divers effets qu’elle a eu sur le côté social et économique de l’humanité. Partout dans le monde, s’arrêter et s’interroger sur le sort de l’homme. Les opinions et les possibilités se sont multipliées, et les spéculations et les rumeurs ont prévalu. C’est comme si une personne criait fort partout, à travers tous les médias, et disait : « Je veux tout comprendre » à propos de cet ennemi caché. C’est l’appel d’un être devenu déformé et étrange. Malgré les immenses progrès qu’il a accomplis, il n’est qu’un être de Sisyphe, portant son rocher sur ses épaules et l’escaladant dans la montagne de la vie, essayant d’atteindre la sécurité.
Pendant cette pandémie, l’humanité attendait des vaccins, quand arriveront-ils ? Est-ce vraiment efficace ? Qui est derrière cette épidémie ? Qui en profite ? Comment l’humanité s’en débarrassera-t-elle ? Toutes les questions absurdes attendent une réponse. Mais il faut quelqu’un pour se poser des questions et détruire l’image de l’arrogant qui a dévié du chemin, celui-ci doit croire en sa capacité et sa volonté, et maîtriser son destin, en s’éclairant et en lavant ses manquements et en sapant son mode de vie avec le marteau du doute et en posant des questions.
L’épidémie a fait chuter ce qui reste de valeurs dont l’humanité peut être fière. La course au shopping et même au stockage exagéré, par peur de l’inconnu, la profondeur des comportements égoïstes, et partout les gens sont devenus fous, effrayés et perdus. Ainsi, l’épidémie a contribué à un retour à la spiritualité et aux religions, à se rapprocher de Dieu, à se réconcilier avec soi-même, à repenser le concept de la famille et de la famille, à un retour à la rencontre et à la rencontre à l’intérieur des maisons, et à s’éloigner des espaces publics et des rassemblements, à une diminution des sentiments d’aliénation et de misère, et à un regain d’espoir pour affronter l’épidémie.

Lire aussi:  Le créateur de La casa de papel, Álex Pina, prépare pour Netflix une série sur la pandémie.

Afficher le narrateur :

Au milieu d’une salle froide et vide de tout, le dompteur de cirque « Ba Hassan » se retrouve seul entre des murs qui limitent ses déplacements, après l’épidémie de Corona imposée à l’humanité isolement et manque de contact, tout en portant une muselière et des mains stérilisantes, au milieu de tous ces mesures de précaution, le dompteur de cirque s’est retrouvé seul dans sa chambre, et au milieu de la souffrance et de l’auto-révision, les composantes humaines (le moi, le surmoi et le ça) sont personnifiées, qui ne sont que trois éléments qui composent un la personne.
Ainsi, le spectacle commence son spectacle en divisant le moi en trois éléments, des personnages aux traits et vêtements similaires, échangeant des reproches et tenant chaque partie responsable de la situation dans laquelle le dompteur de cirque « Ba Hassan » est arrivé. Trois personnages en un se retrouvent seuls.
• « Oh mon ami, comme je suis content que tu sois ici avec moi dans cette pièce. Vous voyez, combien de temps vous faut-il pour tisser tous ces fils autour de vous ? Je veux dire te construire une maison ? Cela doit prendre beaucoup de temps et beaucoup d’efforts de votre part. Votre maison est belle, vraiment belle et tissée avec beaucoup de soin. Quelque chose d’incroyable, vraiment incroyable.
Afin d’alléger la souffrance, les personnages, qui ne sont qu’un seul personnage, prennent l’initiative d’énumérer les caractéristiques de l’araignée et la force et la tentation qu’elle possède, à travers lesquelles elle est capable de nuire à sa victime et d’en profiter. L’expérience de l’amour dont rien n’a été gagné sauf la douleur de la conscience.. Devant cette souffrance psychologique, « Ba Hassan » se retrouve dévasté, dans sa chambre noire, conversant et courtisant son araignée, qui partage parfois la chambre avec lui, et à d’autres moments, il déverse sa colère sur elle, jusqu’à ce qu’il soit sur le point de la faire sauter. Si ce n’était pas pour sa gentillesse qui l’empêche de faire du mal aux autres.
« Tu n’as pas peur de moi ? Je peux te faire exploser et t’effacer seulement, avec ce doigt qui est le mien, ou avec un coup de moi, mais rassure-toi, rassure-toi, je ne te ferai pas ça, pas parce que j’ai besoin de toi, ou besoin de quelqu’un pour me réconforter moi dans ma solitude et ma solitude dans cette chambre froide, mais parce que je suis un homme bon et gentil, Et tendre et chevaleresque, et c’est pourquoi je ne pourrais jamais te blesser, ni même oser y penser.
Cette lutte psychologique s’incarne dans le sentiment d’infériorité de Ba Hassan à cause des remords, de l’estime de soi et de la fierté de ce qu’il a accompli en tant que dompteur magistral et magicien qui trompe les gens par ses compétences qui ne servent plus à rien, après l’épidémie s’est résolue, les rues se sont vidées et la vie s’est arrêtée. Une personne s’est réfugiée dans des maisons, fuyant un ennemi inconnu, et il n’y a aucun moyen de l’affronter sauf par un nettoyage, une désinfection et une stérilisation continus, à tout moment. C’est la seule façon d’affronter cet ennemi, dans une guerre inégale à laquelle l’homme n’est pas préparé.
Mais de quelle guerre parle-je ? Des tambours ont été battus pour toutes les guerres, des soldats ont été mobilisés pour eux, des épées ont été aiguisées pour eux et des drapeaux ont été levés pour eux, sauf pour cette guerre.
Par conséquent, « Ba Hassan », le dompteur de cirque, n’avait d’autre choix que de recourir à sa chambre sombre et froide, loin des gens et du public qui l’applaudissait chaque fois qu’il levait le fouet face à un animal faible. Pour tenter de se réconcilier avec lui-même et de revoir les différentes actions qu’il avait l’habitude d’entreprendre, Ba Hassan se retrouve entre le marteau de la réalité et l’enclume de la conscience. À la fin, il découvre qu’il doit secouer la poussière du passé et retourner à la vie et au cirque, après avoir été purifié de tous les comportements négatifs, erreurs, péchés, fraudes, tromperies et exploitation de l’ignorance des gens, afin que il peut reprendre une vie normale, car il vit une lutte intérieure qui l’empêche dans un premier temps de reconnaître sa culpabilité et d’agir. Pour se purifier.
Qu’est-ce que j’attends d’être assis seul dans cette chambre froide ? Que dois-je attendre d’une araignée collée au plafond de la pièce ? Qu’est-ce que j’attends pour ouvrir la porte et sortir dans la rue ? Qu’est-ce que j’attends pour me remettre à la vie de cirque ?
Ainsi, le spectacle « The Circus Spider » met fin au narcissisme de l’ego du tyran, qui persévère à torturer les animaux, à escroquer et à tromper les autres, il s’est donc fait une tour de papier qui s’est rapidement effondrée, face à l’épidémie de Corona , dont le dernier a exposé la honte de l’homme moderne.

Lire aussi:  Dark Daughter et Reservation Dogs triomphent aux Independent Spirit Awards marqués par le soutien à l'Ukraine

Fiche technique :

La pièce « The Circus Spider » écrite par : Suad Al-Wafi, mise en scène : Abdel-Karim Abranous, scénario : Zainab Awlad Ghalim, Salah Al-Muqaili, Ayoub Al-Muqaddam, éclairage : Rashid Abbou, scénographie : Candela Art, général gouvernorat : Suhaila Ajniah, musique : Alaa Al-Zeinabi, documentation Direction artistique et supervision : Mounir Al-Draz. Al-Mokhtar Al-Asri.

Écrit par : Al-Mukhtar Al-Asri

Marrakech, 2022-11-24 18:00:56 (Maroc-Actu) –

Article précédentMarrakech accueille la Conférence Internationale sur le Big Data, l’Intelligence Artificielle et la Robotique
Article suivantUne augmentation de la valeur des exportations de phosphate et de ses dérivés de près de 70 %