Accueil Divertissements La pièce « The Wind Cluster » en deux nouvelles représentations à Al-Bayda et...

La pièce « The Wind Cluster » en deux nouvelles représentations à Al-Bayda et Rabat

631
0

La Troupe Athr pour l’Art et la Culture présente deux nouvelles représentations de son œuvre théâtrale pour cette saison, « La Grappe du Vent », à Casablanca (aujourd’hui 16 février, au complexe culturel Sidi Belyout, à huit heures du soir) et Rabat ( 20 février, au Théâtre Mohammed V, à la même heure).
Les événements de la pièce « Le Grappe du Vent », écrite par l’écrivain Anas Al-Aqel et mise en scène par l’artiste Naima Zaitan, se déroulent à l’intérieur d’une vieille maison qui a une valeur historique. A l’intérieur vit « Asmahan » (Farida Bouazzawi), une professeure d’histoire à la retraite qui vit isolée du monde en raison de sa maladie, tandis que son jeune frère, Khalil (Mouncef Al-Qabri), prend soin d’elle. Ils ont hérité de la maison de leur père, qui leur a laissé un testament stipulant que la maison ne devait pas être vendue sans leur accord, alors qu’il était interdit de la vendre à des étrangers. La pièce « Le Grappe de Vent » présente, à travers des situations dramatiques, une lutte entre deux générations différentes, une génération qui apprécie et valorise le capital immatériel, et une génération qui ne pense qu’en termes de valeur matérielle et de valeurs de consommation, mais elle est aussi pleine des sentiments humains. C’est l’histoire d’un frère et d’une sœur, un frère qui consacre sa vie à s’occuper de sa sœur atteinte de la maladie d’Alzheimer, car elle révèle la souffrance de la famille du patient et de son entourage, mais cela peut aussi être l’histoire de une patrie représentée par la maison, quand tout a un prix, comme les patries se vendent à des étrangers par tranches !
Que reste-t-il d’une femme nommée Asmahan après que sa mémoire se soit estompée ?!
Une mémoire d’un passé et d’un présent, et une errance vers un futur dont les traits sont absents. Comment humer le parfum de l’histoire dans ses vastes espaces meublés de jasmins depuis des temps immémoriaux, et les hymnes du luth de sa mère lors de soirées chaudes, puis ces tableaux témoins du passé d’une vieille maison, dans l’allée d’un une ville peut-être petite, mais Asmahan la voit comme une belle qui résume toute la vie…. C’est son histoire !
Asmahan se réveille, à la recherche de « Khalil », son frère, présent au quotidien et absent des mémoires. Puis elle s’interroge sur « Khalil », le mirage bien-aimé, celui dont les messages et les poèmes font écho aux vagues de la mer… Elle boit son café du matin, et les questions s’accumulent pour elle : la question de l’amour, la question de la famille, la question de l’histoire. La question de la mémoire… Où va le monde quand on perd tout ou partie de nos affaires ?!!
« La grappe de vent » ou « Al-Barani » est une œuvre théâtrale qui dure une heure, mais qui promet de belles interrogations à taille humaine. Que reste-t-il de notre humanité quand la certitude se transforme en mirage ?!! Et que se passe-t-il quand la mémoire se transforme en miroir brisé ?!! Nous récoltons à chaque fois ses fragments, mais au final nous n’obtenons que des restes d’images qui représentent des fragments de mémoire !

Lire aussi:  La pièce "La Gare" de la Rowad Theatre Company de Khouribga poursuit sa tournée nationale

Texte : Anas Al-Aqel
Réalisé par : Naima Zaitan
Performance : Farida Bouazzaoui, Moncef Kabri
Scénographie et vidéo : Amine Ait Hammou
Habillement : Farida Bouazzawi
Direction de production : Awatef Zaitan
Produit par : Troupe Athar pour l’art et la culture
Le titre de la pièce : The Wind Cluster dure une heure
Projet 2022
Genre : Drame social
Langue : dialecte marocain

Mots clés
«A cluster», blanc, vent, avec tout, nouveau, deux performances, in, play, from, Rabat

Marrakech, 2023-02-16 10:08:45 (Maroc-Actu) –

Article précédentChoisir « Huawei Datacom » comme entreprise leader dans le domaine des infrastructures de réseaux de télécommunications
Article suivantDeux films marocains dans la compétition de courts métrages de la neuvième session du Festival d’Alexandrie