Accueil Divertissements La question du patrimoine et de la culture populaire dans le théâtre...

La question du patrimoine et de la culture populaire dans le théâtre marocain

223
0

Al-Miskini Al-Saghir est considéré comme l’un des pionniers qui ont enrichi la recherche théâtrale marocaine d’un ensemble de publications de poids, que ce soit au niveau de la théorie et de l’écriture ou au niveau de la pratique. Peut-être que son projet artistique – Le Troisième Théâtre – est l’un des articles théoriques qui reflètent la vision artistique de cette approche, qui a été suivie par un groupe d’écrivains et de metteurs en scène, qui ont adopté les mêmes idées et propositions artistiques et esthétiques pour cette expérience théâtrale marocaine. .
La nouvelle publication du professeur Miskini Al-Saghir, intitulée « Documents sur le théâtre marocain », est une collection de documents et d’articles précédemment publiés et qui viennent compléter un groupe de textes théâtraux, sur la culture populaire et le théâtre de cercle en particulier. Elle vient aujourd’hui témoigner de cette mémoire théâtrale, et questionner avec urgence la négligence et le manque d’intérêt des chercheurs pour la culture populaire. Ces communications dans le domaine des études théâtrales ont été diffusées sur une superficie de 130 pages et ont été publiées par les publications de la Fondation de la Mosquée Hassan II de Casablanca au cours de la saison 2023.
Le livre comprenait un ensemble de sujets importants, dont la plupart étaient basés sur la culture et le patrimoine populaires et leur relation avec le théâtre, les structures du rire dans le spectacle populaire et le chemin de l’expérience liée au troisième théâtre en tant que vision artistique consciente. dans lequel l’héritage national, arabe et humanitaire s’est reflété dans le théâtre marocain. Ces communications traitaient d’aspects du théâtre marocain actuel, ainsi que du théâtre pour enfants comme support pédagogique de communication, et du théâtre scolaire et de sa relation avec l’éducation esthétique.
Après l’introduction des articles de ce livre, que « l’écrivain a choisi de rassembler, pour rendre justice à leur histoire et à leur droit à apparaître comme un guide, une référence et un argument artistique antérieur existant », l’écrivain a parlé de culture populaire et l’espace du cercle ou théâtre de cercle dans le quartier mahométan – Kiryan Central – où il a consacré une introduction à la définition de la culture populaire et de son rôle. Carrière. Il a estimé que le concept de culture populaire signifie l’existence populaire à travers la mémoire collective et les comportements collectifs acquis, et que ceux qui s’intéressent à ce domaine l’ont limité à son aspect matériel et à son aspect littéraire. Depuis l’intérieur du quartier mahométan, les données culturelles populaires seront extrapolées comme modèle vivant et espace spacieux pour l’émergence des différents épisodes vulgaires de Casablanca. Il déterminera la localisation du quartier mahométan et son environnement social et naturel. Il s’appuiera également dans ses recherches de terrain sur la mémoire comme méthodologie, en mettant à profit son témoignage d’un de ses résidents. Et en s’appuyant sur la mémoire de ses résidents intéressés et créatifs pour documenter les procédures pratiques de la recherche.
Le quartier musulman – Kiryan Central – était l’un des hauts lieux populaires et sociaux de diverses sous-cultures populaires qui ont fusionné et ont produit de nombreux créateurs et talents dans le chant et le théâtre. C’était aussi un symbole de lutte et de lutte contre les colonialistes. Au cours de ce parcours de recherche et de documentation, l’écrivain évoque un groupe de pionniers qui ont contribué à faire rayonner et enrichir les scènes populaires, à travers l’espace de l’épisode : « C’est un espace chargé de diversité dans la présentation de textes oraux dans la mémoire des traditions populaires. » L’écrivain a vécu l’expérience de l’épisode et en a profité pour écrire certains de ses textes théâtraux, comme référence dans la création et la constitution du théâtre. Les artistes avec lesquels il a vécu et par lesquels il a été influencé au sein de l’espace du cercle peuvent être regroupés en différents groupes, dont certains combinaient le théâtre, la musique et la danse, et d’autres se limitant au théâtre. L’écrivain a poursuivi les textes théâtraux populaires sélectionnés en présentant le spectacle théâtral, où il a expliqué comment le spectacle a été constitué et ses accessoires, tout en citant des exemples tirés de l’intérieur du cercle, estimant que le théâtre du cercle marocain et arabe est une pure référence pour le peuple sincère. art. L’écrivain considérait que le Théâtre Biographique était un théâtre autonome, tout à fait semblable au « Tasbis » grec et à sa chorale. Il a également mis en lumière l’expérience du double théâtre : Al-Lota et Ba’u et son expérience Farajiya et ses caractéristiques. Il a également discuté en détail de l’expérience de l’épisode Boghtat, de sa personnalité et du sujet de son théâtre. Il a parlé spécifiquement du phénomène spontané et spontané du théâtre de cercle, qui s’incarne clairement dans le Théâtre Khalifa, où il dit : « C’est un modèle théâtral unique, qui peut être utilisé pour préparer l’acteur qui a du talent et de l’intuition. … et une présence distinguée au-dessus de la scène populaire. Ainsi, l’écrivain a évoqué l’expérience théâtrale de Khalifa, le langage du spectacle et ses relations distinguées avec le public à travers sa spontanéité et sa spontanéité, comme cela s’incarnait dans la scène de la mort et la scène de Bint Breital.
Dans le troisième axe théâtral, l’écrivain a prêté attention au déroulement de cette expérience comme à un courant théâtral qui a enrichi l’arène théâtrale, ainsi que d’autres expériences théâtrales. Au sein de cette expérience se pose la question centrale et embarrassante de la raison de l’absence de spectacle théâtral dans la culture arabe.
Il restera une question inquiétante de rechercher et d’explorer ce spectacle et ses représentations au plus profond de notre richesse et de notre conscience populaire. Cette proposition s’inscrit dans la recherche d’un théâtre arabo-marocain qui commence par cultiver la culture populaire et investit dans la technique du texte original pour développer l’esthétique de la communication entre le destinataire et le sujet, ce qui contribuera à établir le technique d’écriture d’un nouveau texte à la fois distingué et différent. C’est cette ambition qui a donné naissance à la troisième expérience théâtrale, qui a absorbé le concept de théâtre sous ses multiples formes, en s’appuyant sur les références de la culture arabe marocaine, islamique et internationale. Le Troisième Théâtre présentait un ensemble d’œuvres théâtrales qui suivaient cette tendance en ce qui concerne la culture populaire et les formes érotiques. Dans cette direction, des articles critiques ont émergé afin de développer la présentation théâtrale en tant que méthodologie appliquée, création et communication qui respecte le contexte théorique du troisième théâtre. Rappelant le regretté réalisateur Abdelkader Ababou, qui affirme que « l’expérience de la mise en scène dialectique comme méthodologie résume son concept dans une vision systématique et une méthode créative, cherchant à révolutionner le processus créatif artistiquement et socialement ». Le public est peut-être considéré comme l’un des fondements du troisième théâtre, car sa théorie repose sur deux trinités principales dans lesquelles l’être humain joue un rôle central. Dans le cadre de l’enrichissement de l’expérience, le pauvre papier théâtral du metteur en scène Saadallah Abdel Majeed vient présenter l’idée technique de cette expérience. « L’idée est la conception logique de tout aspect de l’action motrice productive. La deuxième idée est à l’opposé de l’idée, qui est la conception logique opposée à l’action cinétique productive. La troisième idée est la perception logique d’une action motrice productive qui avance, s’éloignant de la perception automatique de la première idée et tirant parti de la perception opposée de l’idée opposée.
Dans l’aspect lié au théâtre pour enfants, l’intérêt de l’écrivain s’est concentré sur le fait de le considérer comme un pilier éducatif pour développer les compétences de communication et de dialogue. Il a également évoqué quatre postes liés à la situation actuelle du théâtre marocain. Dans la première station, le problème de l’écriture sur le théâtre marocain a été révélé, et il a été considéré comme une écriture qui relève du théâtre, en l’absence de suivi sur le terrain, et contribue ainsi à la démolition des expériences pionnières d’un groupe de pionniers. . Dans la deuxième station, il a souligné l’absence d’un laboratoire d’expérimentation et de recherche théâtrale, tandis que dans la troisième station, il a souligné la nécessité d’avoir un élément démocratique dans la pratique, en fournissant des médias pour se rapprocher du destinataire. Dans la quatrième station, la question a été posée sur l’actualité du théâtre marocain, car il existe des facteurs internes et externes qui affectent cette actualité, notamment : le resserrement de l’étau sur la production locale, puis la restriction à l’art de consommation et folklorique.
Quant à l’axe du patrimoine, du théâtre et de la culture populaire, il a souligné que le problème du patrimoine et du théâtre arabe se résume au manque de liens de rencontre intime entre le théâtre et la culture populaire, et que notre théâtre peut donc dépasser sa forme grecque. selon la spécificité de l’acte dramatique au sein des textes arabes et les connotations de l’imaginaire populaire parlé et de ses espaces.
À cet égard, Al-Miskini Al-Saghir déclare : « Réaliser ce projet arabe dans notre exploration du patrimoine avec un sens théâtral nécessite la présence de la préoccupation arabe commune dans le comportement et le discours, face à l’autre, la présence de la mémoire arabe dans recherche sur le terrain sur le traitement des textes dramatiques traditionnels et la présence de la démocratie. Le livre aborde également l’absence et la présence du théâtre scolaire, et donc l’absence des conditions de base pour sa présence et sa représentation dans les écoles, aux niveaux de l’enseignement primaire, secondaire et universitaire.
L’écrivain considère que l’éducation esthétique apportée par le théâtre est plus solide que tout autre facteur et qu’il est le seul créateur de sa couleur, de son imagination et de sa nature artistique. Il a longuement parlé du théâtre universitaire et des déboires qu’il a subis, estimant qu’il n’avait pas de mémoire et ne documentait pas son travail par écrit ou par photographie pour qu’il devienne un document.
Dans la dernière partie de l’ouvrage, l’auteur évoque les structures du rire dans le spectacle populaire entre l’absent et le présent dans le théâtre marocain. La question s’est posée de l’absence de structures de spectacle et de récréation psychologique et sociale. Il a donné une conception du rire et de ses caractéristiques psychologiques et sociales. Il a ensuite évoqué les références du drôle dans le spectacle marocain, et a également considéré l’importance de la culture populaire pour satisfaire les situations et les ironies qui provoquent le rire et qui alimentent les aspects comiques et sarcastiques.
Enfin, nous concluons que ces articles présentés sur le théâtre marocain troublaient leurs auteurs avec la question et l’angoisse intellectuelle de reconsidérer, de manière scientifique, l’écrit et l’oral transmis, de le réécrire, de le lire et de l’interpréter, et de faire exploser le de l’intérieur et révolutionner son action dramatique, pour que le théâtre arabe et marocain ait Son modèle est dérivé de sa culture populaire et de son héritage arabe, représenté par les techniques du théâtre de cercle, et cela contribuera inévitablement à construire un spectacle qui appartient au plus profond de l’héritage et de la conscience populaire. Nous aspirons toujours à un théâtre, une direction distincte et une école distincte qui résume les formes de la culture populaire dans un spectacle alternatif qui questionne le théâtre marocain et arabe.

Lire aussi:  Daniel Radcliffe refuse de jouer dans Harry Potter et l'Enfant maudit : "Je ne suis pas intéressé".

Écrit par : Talebi El-Tohamy
Chercheur en théâtre

Marrakech, 2024-01-04 18:02:05 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa Chambre des Industries Traditionnelles de la région Fès-Meknès et le Ministère du Tourisme organisent la deuxième session du Salon National du Cuir
Article suivantCréation d’un comité pour assurer l’approvisionnement du marché national en produits de la pêche maritime pendant le mois de Ramadan