Accueil Economie La session ordinaire du Conseil suprême de la chasse

La session ordinaire du Conseil suprême de la chasse

219
0

Le lundi 10 juillet 2023, au siège du ministère, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche, du Développement rural, des Eaux et Forêts, Mohamed Siddiqui, a présidé la session ordinaire du Conseil supérieur de la chasse.
A l’occasion de cette session, les résultats de la dernière saison de chasse ont été évalués, qui ont enregistré des résultats satisfaisants en termes de taux de proies chassées, notamment les perdrix, car elles sont la proie la plus importante pour notre pays compte tenu des conditions climatiques qui caractérisées par des précipitations rares et irrégulières. Le taux de capture était de 1,6 marelle par tireur d’élite par jour de chasse.
Cette saison a été marquée par l’activation de la stratégie nationale liée à la maîtrise de la reproduction des effectifs de sangliers dans les différentes régions du Royaume. Jusqu’au 15 juin de cette année, 537 enlèvements étaient organisés au niveau de 360 ​​points noirs répartis sur le territoire national. Parallèlement à ce programme, 767 coutures ont été réalisées à l’intérieur des parcelles louées et à l’extérieur des points noirs, et 132 coutures spéciales. Au cours de toutes ces prospections, 8 221 sangliers ont été tués.
En revanche, le nombre de tireurs d’élite durant cette saison, qui pratiquaient ce sport dans des espaces ouverts au public ou dans des espaces loués au profit d’associations de chasse ainsi que des organisateurs de tourisme cynégétique au Maroc, a atteint environ 70 000 tireurs d’élite. A noter que les emprises affectées à la pratique de ce loisir sont d’environ 4 millions d’hectares répartis sur 1 490 parcelles, dont 1 251 parcelles sont destinées à la chasse collective et 172 parcelles sont destinées à la chasse touristique.
La politique d’affermage du droit de chasse, adoptée par l’Agence Nationale des Eaux et Forêts, vise à inciter les associations et les entreprises de tourisme cynégétique à s’impliquer davantage dans la gestion directe des domaines de chasse faisant l’objet de fermage. Cela se traduit par la préparation de ces zones, notamment en ce qui concerne l’alimentation des proies, la préparation des points d’eau en plus d’assurer le gardiennage et les soins nécessaires, en plus d’effectuer des opérations de lâcher de perdrix ; Ce qui a grandement contribué à préserver l’abondance de gibier et d’animaux sauvages en général dans les emprises. A ce titre, plus de 126 600 perdrix ont été relâchées au sein des parcelles en fermage.
L’Agence nationale des eaux et forêts travaille dur, dans le cadre d’un partenariat et d’une concertation avec toutes les parties. Mentionnons notamment la mise en place d’une convention de partenariat avec l’Université Royale Marocaine de la Chasse pour la période 2023-2027, qui porte sur :
Formation et sensibilisation dans le domaine de la chasse,
– lutter contre les tirs embusqués,
Réhabilitation et conservation des animaux sauvages,
Activer les interventions visant à développer la chasse au Maroc
En parallèle, l’agence, en coopération avec l’Association des Organisateurs de Tourisme de Chasse et de Chasse au Maroc, continue d’encourager et de soutenir le tourisme de chasse. Là où le nombre d’entreprises de sniping touristiques a atteint 92 entreprises actives dans ce type de sniping.
Par ailleurs, le secteur cynégétique contribue en tant qu’outil de développement local, car il permet à de nombreux secteurs parallèles d’en bénéficier, notamment à travers la commercialisation du matériel de chasse, des armes, du transport et de l’accueil, ainsi que la commercialisation des animaux d’élevage. Il contribue également au développement régional et local, en plus d’améliorer les ressources financières de l’État à travers :
Apporter des tireurs d’élite aux touristes, permettant la création de 10 000 à 15 000 jours de chasse par an ;
Créer des opportunités d’emploi dans les zones rurales (1 million de journées de travail permanent et 200 000 journées de travail temporaire) tout en commercialisant les produits locaux ;
Créer un boom économique estimé à 1 milliard de dirhams pendant la saison de chasse.
Création d’investissements annuels par les bailleurs de chasse d’un montant de 60 millions de dirhams, dont 30% sont affectés aux efforts déployés pour reconstruire les zones de chasse, dans le but d’assurer le développement de certains types d’animaux.
Au milieu de cette dynamique encourageante qui se traduit par le développement progressif de la chasse louée au détriment de la chasse régulière et l’augmentation continue du nombre de tireurs embusqués, l’Agence Nationale des Eaux et Forêts s’attèle à prendre plusieurs actions et mesures pour doter le secteur avec un arsenal juridique et un cadre réglementaire appropriés pour une exploitation rationnelle des ressources animales prenant en compte la préservation des équilibres écologiques et de la biodiversité .
Enfin, le Conseil supérieur de la chasse a approuvé les mesures d’organisation pour la saison 2023/2024, notamment les dates d’ouverture et de clôture de la saison de chasse pour les différents types de gibier, ainsi que les effectifs autorisés à chasser au cours de chaque journée de chasse, qui sont basés sur sur le respect des caractéristiques biologiques de chaque espèce séparément, ainsi que des périodes de sa reproduction et de sa migration.
Il a été décidé que la prochaine saison de chasse ouvrira le 01 octobre 2023 pour tous les types de proies, à l’exception des tourterelles, dont la chasse ouvrira le 27 juillet 2024 (voir tableau 1 ci-dessous). Il n’y a eu aucun changement dans le nombre de proies différentes autorisées à être chassées, ainsi que les droits liés aux chasses et les montants des permis. tireur d’élite.

Lire aussi:  Royal Air Maroc .. La première compagnie africaine à obtenir le certificat "Cargo iQ"

Marrakech, 2023-07-11 18:04:12 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe nombre de touristes arrivant au Maroc a atteint 6,5 millions à fin juin 2023
Article suivantLe renforcement du partenariat maroco-britannique est au centre des activités de la délégation CGEM à Londres