Accueil Auto/moto L’ACEA demande une amélioration de la procédure de mesure des normes européennes...

L’ACEA demande une amélioration de la procédure de mesure des normes européennes pour éviter les dépassements de coûts

758
0

Marrakech, Mar. 11. (Maroc-Actu) –

L’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) a préconisé d’améliorer la procédure de mesure de la norme européenne Euro 7/VII en termes de répétabilité et de reproductibilité de la procédure de mesure proposée afin d’éviter les dépassements de coûts sur les nouveaux véhicules.

L’association a chargé le cabinet de conseil Aeris Europe d’examiner l’impact d’éventuelles mesures visant à réglementer les émissions de particules dues à l’usure des freins sur la qualité de l’air et en termes de coûts-avantages de certains scénarios de réduction de l’usure des freins.

Il ressort de cette analyse que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour améliorer la répétabilité et la reproductibilité de la procédure de mesure proposée. En outre, l’organisation comprend que les facteurs d’émission liés à l’usure des freins indiqués par les consultants de la Commission européenne sur les normes d’émission des véhicules (AGVES) doivent être examinés de manière plus approfondie.

Lire aussi:  Automotive Cells Company va convertir une usine Stellantis en Italie pour la fabrication de batteries

Les données du rapport Aeris sur la qualité de l’air permettent d’exprimer le calcul des coûts des dommages externes évités en tant qu’augmentation équivalente du coût d’un futur véhicule neuf unique, c’est-à-dire l’augmentation supportée par les bénéfices, et de l’adapter en utilisant la théorie standard des flux de trésorerie actualisés.

Cela implique que si l’augmentation réelle du coût des mesures techniques était supérieure à l’augmentation supportée par les bénéfices, alors les bénéfices supplémentaires ne supporteraient pas le coût additionnel.

L’étude indique que les avantages découlant de l’introduction d’une limite des émissions de particules dues à l’usure des freins pour atteindre une réduction de 60 % par rapport à la situation de référence justifieraient une augmentation du coût des véhicules neufs de 15 à 27 euros pour une durée de vie du véhicule d’environ dix ans ou de 18 à 36 euros pour une durée de vie du véhicule de quinze ans.

Lire aussi:  Alphabet atteint un portefeuille de près de 700 000 véhicules en 2021 après 25 ans de présence sur le marché.

L’ACEA comprend que ces données peuvent être utilisées pour comparer avec les coûts supposés d’Euro 7/VII et de la technologie de freinage (plus tous les autres coûts, tels que la R&D, qui seraient appliqués pour calculer le coût supplémentaire par nouveau véhicule pour réaliser les scénarios étudiés) afin de voir si les scénarios Euro 7/VII ou d’usure des freins sont rentables, ou si d’autres scénarios ou approches pourraient être plus appropriés.

Article précédentPremière image de Dark Vador en Obi-Wan Kenobi
Article suivantLa photosynthèse passée a réagi rapidement à la présence de plus de carbone dans l’air.