Accueil Divertissements Le Festival de Rabat rend hommage à Nabil Ayouch lors de la...

Le Festival de Rabat rend hommage à Nabil Ayouch lors de la cérémonie d’ouverture

30
0

La cérémonie d’ouverture de la vingt-septième session du Festival International du Film de Rabat de l’Auteur, qui s’est déroulée au Théâtre Mohammed V jeudi soir 17 novembre, a été marquée par un hommage bien mérité au réalisateur et producteur Nabil Ayouch, qui était au sommet de sa carrière. Voici un article, signé par Ahmed Sejlmassi, présentant ce réalisateur franco-marocain et ses œuvres :

Nabil Ayouch.. Un réalisateur à succès dans la commercialisation de ses films :

Nabil Ayouch a réussi, de son premier long métrage « Maktoub » (1997) à son nouveau film « Ali Sotak » (2021), à réaliser des films aux budgets et spécifications techniques internationaux respectables, comparés à ses pairs des réalisateurs des années 90 du le siècle dernier. Peut-être son travail, au début de sa carrière artistique, dans le domaine de la publicité aux côtés de son père, Noureddine Ayouch, lui a-t-il permis d’apprendre à rechercher des contributeurs à la production de ses films, et lui a également permis de connaître les moyens de promouvoir ces films avec un professionnalisme remarquable à l’intérieur et à l’extérieur du Maroc, non seulement dans les festivals mais dans les salles. cinématographique aussi. En plus de cela, il choisit souvent des sujets qui ne sont pas abordés, comme la prostitution, l’extrémisme religieux, l’homosexualité, les enfants des rues, et autres. Souvent, traiter d’eux dans ses films suscite une large polémique dans les médias et de vives réactions, parfois de la part de groupes conservateurs au sein de la société, qui forment et constituent pour eux une propagande gratuite. Peut-être que sa double nationalité, maroco-française, lui a permis de bénéficier des capacités productives et promotionnelles disponibles en France, au Maroc et dans d’autres pays.
Il n’est donc pas surprenant que certains de ses films aient été sélectionnés pour participer au célèbre Festival de Cannes, notamment son nouveau film « Ali Sotak », qui en 2021 a pu participer à la compétition officielle de la 74e session, bien qu’il n’ait reçu aucun de ses prix. Ainsi, « Ali ta voix » est considéré comme le premier long métrage de l’histoire du cinéma marocain, signé par un réalisateur marocain, à être choisi pour participer à cette compétition officielle, après des participations antérieures d’un groupe de longs métrages marocains dans des sections parallèles de le même festival, comme « A Look » ou « Critics Week » ou « Directors Weekly » et d’autres, dont deux films de Nabil Ayouch lui-même, qui ont participé successivement dans les années 2012 et 2015 à la section « What Look » : « Oh Cheval de Dieu » et « Le Zen qui est en toi ».
On sait que « Alayan », la société productrice de ce film, dont le scénario a été écrit par Nabil Ayouch et son épouse, Maryam Al-Touzani, a bénéficié du Fonds de soutien à la production d’œuvres cinématographiques pour la première session de 2018 d’un montant de 3,6 millions de dirhams. Il a également été coproduit (52 %) par la société française New World Films, en coordination avec une autre institution française.
L’une des particularités de Nabil Ayouch dans certains de ses films est son souci de tirer leurs thèmes de la réalité vécue avec la participation des jeunes du centre culturel « Noujoum Sidi Moumen », qui a été créé par la Fondation « Ali Zawa » en 2014, car il a donné l’occasion de se tenir devant la caméra pour la première fois à un groupe d’adolescents et de jeunes, dont certains sont devenus plus tard des acteurs du cinéma et de la télévision. Il peut être considéré comme le seul réalisateur et producteur marocain à avoir réussi à ce jour à commercialiser professionnellement ses films ici et là, grâce aux expériences et expertises qu’il a accumulées et grâce au réseau de relations qu’il a su tisser à l’intérieur et à l’extérieur du pays.
Il est à noter que le réalisateur, producteur et scénariste Nabil Ayouch est né à Paris le 1er avril 1969. Après avoir obtenu un baccalauréat (sciences économiques) en 1987, il a bénéficié de cours de théâtre en comédie et mise en scène de 1987 à 1990. Il a également pratiqué , à ses débuts artistiques, des métiers techniques comme la conservation, la direction de production et l’aide à la réalisation. et d’autres. À partir de 1992, il réalise de nombreux liens publicitaires, avant de fonder en 1999 sa société, Elian Productions. Grâce à certaines de ses initiatives, comme le concours « Prix Mohamed Rikab » pour l’écriture de scénario à Casablanca et le projet « Industrie du cinéma » à Agadir pour la production de longs métrages de genres variés parlant dans différentes langues nationales, à la découverte d’un groupe de talents dans l’écriture, la réalisation, le diagnostic et plusieurs disciplines techniques, et affinant leurs expériences dans la pratique jusqu’à ce que certains d’entre eux deviennent parmi certains des noms éminents du cinéma et de la télévision, tels que les réalisateurs Hisham Al-Asri, Yassin Fanan, Ibrahim Al-Shukiri, Muhammad Ali Al-Majboud, et d’autres.
Sa filmographie se compose des titres suivants : « Les Pierres bleues du désert » (1992- court-métrage de fiction), « Espionnage médiatique » (1993- court-métrage de fiction), « Le vendeur de silence » (1994- court-métrage de fiction), « Maktoub » (1997- fiction longue). ), « Ali Zawa » (1999 – fiction longue), « A Moment of Darkness » (2002 – longue fiction), « All You Want Lola » (2008 – longue fiction), « My Land » (2010 – long documentaire), « Oh horses God » (2012- long métrage), « The Zen in You » (2015- long métrage), « Ghazia » (2017- long métrage), « On Your Voice » (2021- long métrage). Ces films ont remporté plusieurs prix dans certains festivals de films marocains, arabes et internationaux.
En plus de ses films cinématographiques et autres activités, Nabil Ayouch a produit, à travers sa société, ou contribué à la production ou à la réalisation de la production d’un groupe de courts et longs métrages de jeunes réalisateurs en début de carrière artistique. Produit par la deuxième chaîne marocaine.

Lire aussi:  Le Dernier Royaume : Le Bebbanburg d'Uhtred existe-t-il vraiment ?

> Ahmad Sigilmasi

Marrakech, 2022-11-21 08:15:58 (Maroc-Actu) –

Article précédentHuawei annonce que le système MineHarmony est entré dans la phase d’utilisation commerciale
Article suivantInwi propose des offres exclusives pour soutenir l’équipe nationale