Accueil Economie Le Fonds monétaire international recommande au Maroc d’investir dans les infrastructures

Le Fonds monétaire international recommande au Maroc d’investir dans les infrastructures

706
0

Le Fonds monétaire international a appelé le Maroc à investir davantage dans les infrastructures hydrauliques, telles que les barrages et les systèmes d’irrigation, afin d’améliorer sa capacité à résister aux effets de la sécheresse. Dans un rapport intitulé « Ressentir la chaleur : Adaptation au changement climatique au Moyen-Orient et en Asie centrale », le Fonds a déclaré qu’investir dans les infrastructures L’infrastructure de l’eau limitera les pertes de produit intérieur brut.

Les simulations du Fonds monétaire international pour le Maroc indiquent que l’investissement dans les infrastructures hydrauliques améliorera la résistance aux sécheresses ; Cela limite les pertes de PIB d’environ 60 %.

La Société financière internationale a déclaré que cet investissement permettra de réduire la hausse de la dette publique, et ainsi fournir des marges pour financer les mesures de secours dans la période post-catastrophe. Le rapport indique que « la production agricole marocaine est très sensible à la sécheresse, et les investissements dans les infrastructures hydrauliques renforceront la résistance aux changements climatiques ».

Le secteur agricole au Maroc emploie plus de 30% de la main-d’œuvre au Maroc et contribue à environ 12% du produit intérieur brut, selon les chiffres de l’année 2020.

Lire aussi:  Casablanca accueillera la 5ème édition de Le Imperiale 2022

Le rapport indique que seulement 10% des terres arables du Maroc sont équipées de systèmes d’irrigation, de sorte que les saisons sèches ont causé des pertes de produit intérieur brut d’environ 1,2 à 7,6% au cours des trois dernières décennies.

Le Fonds monétaire international a averti que le changement climatique et la sécheresse qui en résulte pourraient entraîner des problèmes de sécurité alimentaire et a appelé les pays à investir dans les infrastructures hydrauliques, en particulier les barrages et les systèmes d’irrigation, afin de réduire l’impact de la sécheresse sur les performances macroéconomiques.

Le rapport souligne que « l’investissement dans l’adaptation au climat améliorerait la résilience de l’économie marocaine face aux effets de la sécheresse en augmentant la capacité en eau et l’irrigation pour réduire l’écart entre l’offre et la demande dans le secteur agricole afin de maintenir sa production pendant les sécheresses ».

Lire aussi:  L'Union européenne annonce un investissement de 8,4 milliards d'euros dans

Selon les données du rapport, le changement climatique inflige de lourdes pertes aux pays du Moyen-Orient et d’Asie centrale, et les pays qui souffrent le plus de la hausse des températures et des phénomènes météorologiques extrêmes sont les pays pauvres et touchés par les conflits.

L’institution financière recommande aux pays de la région d’adopter des politiques d’adaptation au climat à la lumière des attentes selon lesquelles les saisons de l’année sont susceptibles de devenir plus sèches au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et les précipitations sont plus variables, ce qui augmente la possibilité de vagues de sécheresse. .

Le Fonds monétaire international appelle à intégrer les politiques d’adaptation dans toutes les grandes stratégies économiques nationales, en encourageant le secteur privé à jouer un plus grand rôle dans le domaine de l’adaptation, sans oublier le renforcement de la protection sociale des familles vulnérables.

Vous pouvez également être intéressé par

almaghrib aujourd'hui

Marrakech, 2022-04-01 10:14:15 (Maroc-Actu) –

Article précédentBritish Chariot révèle des résultats positifs concernant
Article suivantLa Banque mondiale s’attend à ce que les économies du Moyen-Orient se développent