Accueil Economie Le Maroc au deuxième rang des exportations de pastèques vers l’Europe

Le Maroc au deuxième rang des exportations de pastèques vers l’Europe

386
0

À une époque où le Maroc a connu en 2022 la pire sécheresse en plus de trois décennies, il a franchi une nouvelle étape dans l’exportation de la pastèque, en dépassant l’Italie pour devenir le deuxième fournisseur de pastèque de l’Union européenne et se classe deuxième après l’Espagne.
L’approvisionnement en pastèque de l’Espagne vers l’Union européenne a été réduit au cours des quatre dernières années, et pendant ce temps, l’offre de pastèque marocaine est en constante augmentation, selon les données du service statistique Iceex-Eurostat rapportées par les médias espagnols.
Les exportations de melons du Maroc vers l’Union européenne ont presque doublé entre 2019 et 2022, passant d’environ 149 000 kilogrammes à 270 000 kilogrammes, tandis que les approvisionnements en provenance d’Espagne ont diminué de 681 000 en 2019 à 520 000 en 2022.
Le Maroc se bat pour occuper les premières places dans l’exportation de la pastèque, qui est considérée comme une « exportation d’eau », à un moment où la pénurie d’eau apparaît comme un défi majeur pour le développement social et économique du Maroc, alors que la pression démographique, ainsi que activités agricoles, conduit à l’épuisement des ressources en eau en diminution dans le pays, où l’agriculture représente À elle seule, elle représente 88 pour cent de la consommation d’eau, selon des données récentes de la Banque mondiale.
Il convient de noter que, dans un contexte d’inquiétudes croissantes concernant la pénurie d’eau, le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, des Eaux et Forêts a annoncé en septembre 2022 la fin des subventions à l’irrigation pour les cultures d’avocat, de melon et d’agrumes.
Le Maroc figure sur la liste de la Banque mondiale des pays ayant le moins de ressources en eau par habitant. La ressource en eau moyenne par habitant dans le pays était de 645 mètres cubes par an en 2015, bien en deçà du « seuil de pauvreté en eau » international de 1 000 mètres cubes par habitant.
Selon la Banque mondiale, les ressources en eau au Maroc devraient diminuer de plus de 2 050 à 500 mètres cubes par habitant, se rapprochant du seuil international de « pénurie extrême d’eau ».
La décision de l’État de mettre fin aux subventions à l’irrigation est intervenue à la suite de nombreuses campagnes en ligne appelant à mettre fin aux cultures gourmandes en eau, alors que plusieurs militants civils et politiques ont appelé le gouvernement à mettre fin à la culture des pastèques et des avocats, mais la décision n’a pas eu un impact clair sur ces cultures épuisantes en eau, ce qui est évident à travers le nombre d’exportations de pastèques enregistrées ainsi que le volume d’approvisionnement en pastèques sur le marché national.
Une grave sécheresse l’année dernière a fait que les barrages marocains ont atteint un taux de remplissage record en cinq ans. Alors que la sécheresse n’est pas historiquement étrangère au Maroc, le changement climatique sévère de ces dernières années a rendu les sécheresses plus fréquentes et plus graves.
L’augmentation des exportations marocaines de pastèques vers l’Union européenne intervient à un moment où le Maroc recourt à des mesures strictes pour assurer la sécurité de l’eau.

Lire aussi:  Le taux de change du dirham marocain s'apprécie face à l'euro

Marrakech, 2023-07-04 19:07:19 (Maroc-Actu) –

Article précédentAl-Yaqoubi : Une prime à l’importation de blé tendre qui permettra de réapprovisionner les marchés dans de bonnes conditions
Article suivantLe théâtre Riyad Al-Sultan conclut son programme annuel avec « l’été africain »