Accueil Economie Le produit des détournements d’électricité au Maroc dépasse 1 362 millions

Le produit des détournements d’électricité au Maroc dépasse 1 362 millions

476
0

Des chiffres choquants révélés par Abdel Rahim El Hafidi, directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, hier devant la commission des infrastructures, de l’énergie, des minéraux et de l’environnement à la Chambre des représentants, en présence de Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et Développement Durable, sur le bilan de la lutte contre les détournements d’électricité durant la période comprise entre 2013 et 2022. A cet égard, le Directeur Général de l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable a indiqué que les montants détournés facturés durant la période mentionnée s’élèvent à 1362,5 millions de dirhams, car environ 93 733 malversations ont été facturées.

Al Hafezi a indiqué qu’au cours de la même période, environ 375 millions de dirhams ont été extraits des factures de détournement d’électricité, soit environ 27,5%. Pour lutter contre ce phénomène, le même responsable a confirmé que l’office avait pris un certain nombre de mesures techniques liées à la protection des installations et des appareils ; Comme le placement de caméras de surveillance, la protection des transformateurs et de leurs accessoires avec des systèmes de protection mécaniques, des systèmes de contrôle et de supervision à distance, avec l’adoption de nouveaux compteurs numériques et un système avancé de gestion des compteurs prépayés de nouvelle génération.

Le bureau a également soumis, selon Al-Hafizi, un projet de loi visant à modifier la loi 40.09 relative à la création du bureau, afin d’accroître les pouvoirs des agents assermentés du bureau et des personnes chargées de l’enquête, du contrôle et de la rédaction des dossiers. , et de déléguer une partie des pouvoirs de la police judiciaire à cette catégorie d’agents, sachant que le projet a été présenté au secrétariat général. Au gouvernement en février 2021. Dans le même contexte, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable propose de modifier le chapitre 521 du code pénal en levant les peines et amendes privatives de liberté, ainsi qu’en donnant la définition juridique appropriée du délit de détournement d’énergie électrique, en tenant compte de toutes ses caractéristiques techniques et méthodes de preuve, Et stipulant des peines pour y avoir tenté, participé et participé, ainsi que stipulant des sanctions matérielles strictes pour les détourneurs institutionnels, et accélérant la préparation de la version finale du projet loi relative à la réprimande des infractions dans le domaine de l’électricité et de l’eau potable et à sa soumission à la procédure d’agrément.

Lire aussi:  Le ministre marocain de l'Industrie confirme qu'une génération est lancée

Le bureau vise également à renforcer la coopération des collectivités territoriales, de la sûreté nationale et de la gendarmerie royale dans le cadre des campagnes d’épuration qu’il mène pour lutter contre les détournements, ainsi qu’à identifier et contrôler les adresses des détourneurs de matériel électrique l’énergie, et sollicitant l’appui et l’assistance du ministère public afin d’accélérer les procédures de suivi judiciaire et de traduire les malfaiteurs en justice. D’autre part, Abdul Rahim Al-Hafidi a confirmé que la hausse importante des prix du carburant et de l’électricité au niveau international s’est reflétée et affectera négativement les équilibres économiques et la situation financière du bureau, car on estime que la facture d’achat de carburant et d’électricité pour l’année 2022 s’élèvera à environ 47,7 milliards de dirhams.

Lire aussi:  En réponse aux sanctions occidentales, la Russie impose une interdiction de

Le même responsable a souligné que la facture d’achat de carburant et d’énergie s’élevait en moyenne à environ 21 milliards de dirhams, au cours des quatre dernières années, sur les quatre dernières années. Alors qu’il est prévu que cette année verra une augmentation de plus de 25 milliards de dirhams par rapport à l’année 2021, principalement en raison de la hausse des prix courants au niveau international.

Pour faire face à cette situation, a révélé Al-Hafiz, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable a élaboré un plan d’urgence afin d’assurer le stock de réserve nécessaire pour les carburants, d’assurer la continuité du fonctionnement des moyens de production d’électricité et de conclure des contrats d’achat de charbon suffisant pour couvrir les besoins de l’office à moyen terme jusqu’en septembre 2022 Des études et des consultations sont également menées afin d’élaborer des solutions et des procédures d’approvisionnement en gaz naturel des stations de Tihadrat et Ain Bani Mathar, en coordination avec le Ministère de la Transition Energétique et du Développement Durable et l’ensemble des partenaires concernés. Il devrait atteindre 64 % en 2022.

Vous pourriez également être intéressé par :

Un quartier de Casablanca utilise l’énergie solaire pour réduire sa facture d’électricité

Les ministres de l’énergie de l’UE conviennent de connecter rapidement le système électrique au réseau ukrainien

almaghrib aujourd'hui

Marrakech, 2022-04-14 17:40:42 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe ministre marocain des Transports explique les conséquences de la hausse des prix du carburant
Article suivantIsraël attend l’occasion pour l’Europe de se passer de Moscou comme source