Accueil Sciences & Tech Le réchauffement amplifie le cycle de l’eau plus rapidement que prévu

Le réchauffement amplifie le cycle de l’eau plus rapidement que prévu

527
0

Marrakech, 23 févr. (Maroc-Actu) –

Le cycle mondial de l’eau, c’est-à-dire le mouvement constant de l’eau douce entre les nuages, la terre et l’océan, est amplifié par le changement climatique. et il le fait beaucoup plus vite que prévu.

Comme le soulignent les chercheurs dans une étude publiée dans la revue « Nature ».La hausse des températures mondiales a rendu ce système plus extrême : l’eau se déplace des régions sèches vers les régions humides, ce qui aggrave les sécheresses dans certaines parties de la planète, tandis que les épisodes pluvieux et les inondations s’intensifient dans d’autres. En d’autres termes, les zones humides deviennent plus humides, et les zones sèches plus sèches.

Jusqu’à présent, les changements dans le cycle ont été difficiles à observer directement.puisque environ 80 % des précipitations et de l’évaporation mondiales se produisent au-dessus de l’océan.

Mais une nouvelle étude menée par l’Université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW), en Australie, s’est appuyée sur l’évolution de la teneur en sel de l’océan. pour estimer la quantité d’eau douce océanique qui s’est déplacée de l’équateur vers les pôles depuis 1970.

Les résultats montrent qu’entre deux et quatre fois plus d’eau douce s’est déplacée que ce que prévoyaient les modèles climatiques, ce qui nous donne une idée de l’expansion du cycle global de l’eau dans son ensemble.

« Nous savions déjà, grâce à des travaux antérieurs, que le cycle mondial de l’eau s’intensifiait », reconnaît l’auteur principal de l’étude, le Dr Taimoor Sohail, mathématicien et associé de recherche postdoctoral à l’UNSW Science. Mais nous ne savions pas de combien.

Il rappelle que « le mouvement de l’eau douce des zones chaudes vers les zones froides constitue la majeure partie du transport de l’eau. Nos résultats nous donnent une idée des changements majeurs qui se produisent dans le cycle global de l’eau.« , note-t-il.

Lire aussi:  Le Groupe OCP accompagne au plus près les agriculteurs en proposant une offre et des services flexibles et complets

L’équipe est parvenue à ses conclusions en analysant les observations de trois ensembles de données historiques couvrant la période 1970-2014. Mais au lieu de se concentrer sur les observations directes des précipitations – qui peuvent être difficiles à mesurer à travers l’océan – ils se sont intéressés à un aspect plus inhabituel : la salinité de l’eau dans chaque zone de l’océan.

« Dans les régions plus chaudes, l’évaporation élimine l’eau douce de l’océan, laissant derrière elle du sel, ce qui rend l’océan plus salé », explique le co-auteur Jan Zika, professeur associé à l’école de mathématiques et de statistiques de l’UNSW. Le cycle de l’eau transporte cette eau douce vers des régions plus froides où elle tombe sous forme de pluie, diluant l’océan et le rendant moins salé.

En d’autres termes, le cycle de l’eau laisse une signature dans la configuration des sels de l’océan. En mesurant ces configurations, les chercheurs peuvent suivre l’évolution du cycle dans le temps.

L’équipe estime qu’entre 1970 et 2014, entre 46 000 et 77 000 kilomètres cubes d’eau douce ont été transportés de l’équateur vers les pôles plus que prévu, ce qui représente entre 18 et 30 centimètres d’eau douce provenant des régions tropicales et subtropicales, soit environ 123 fois l’eau du port de Sydney.

Les changements dans le cycle de l’eau peuvent avoir un impact critique sur les infrastructures, l’agriculture et la biodiversité », explique le Dr Sohail. Il est donc important de comprendre comment le changement climatique affecte le cycle de l’eau aujourd’hui et dans le futur. Cette découverte nous donne une idée de l’ampleur de l’évolution de cette partie du cycle de l’eau et peut nous aider à améliorer les futurs modèles de changement climatique.

Lire aussi:  Nintendo annonce que les eShops Wii et DS sont fermés pour cause de maintenance.

Lorsque Sohail et son équipe ont comparé leurs résultats avec 20 modèles climatiques différents, ils ont constaté que tous les modèles avaient sous-estimé le changement réel dans le transfert d’eau douce chaude et froide. Selon lui, ces résultats pourraient donc signifier que nous sous-estimons les effets du changement climatique sur les précipitations.

« Des résultats comme les nôtres nous permettent d’améliorer ces modèles », dit-il. Chaque nouvelle génération de modèles adapte les modèles précédents à des données réelles, ce qui permet de trouver des domaines que nous pouvons améliorer dans les futurs modèles. Il s’agit d’une évolution naturelle de la modélisation du climat.

Les scientifiques utilisent aujourd’hui la sixième génération de modèles climatiques (appelée « Sixth Climate Model Intercomparison Project » ou « CMIP6 »), qui intègre des mises à jour de la cinquième génération. Cette nouvelle découverte est une démonstration du processus scientifique à l’œuvre, et pourrait aider à améliorer les estimations futures.

« L’établissement du changement dans le transport de l’eau douce du chaud au froid signifie que nous pouvons aller de l’avant et continuer à faire ces importantes projections sur la façon dont le changement climatique peut affecter le cycle de l’eau à l’échelle mondiale », déclare Sohail. Dans 10 à 20 ans, les scientifiques pourront utiliser cette base de référence pour voir dans quelle mesure ces schémas continuent à évoluer dans le temps.

Article précédentLe Gouvernement annoncera « dans les jours qui viennent » les aides Perte pour les véhicules électriques et connectés.
Article suivantUkraine – Zelenski exige des « garanties de sécurité » pour l’Ukraine de la part de la Russie et de la communauté internationale