Accueil Divertissements Lecture critique du film Imkosa de Latifa Ahrar

Lecture critique du film Imkosa de Latifa Ahrar

451
0

Lorsque je suis tombé sur le téléfilm marocain en langue amazighe « Emkosa/Les héritiers », je n’ai pas hésité un instant à le regarder, pour plusieurs raisons dont la plus importante était qu’il était réalisé par l’artiste Latifa Ahrar, qui s’est récemment tournée vers la réalisation de films après que sa mise en scène ait été confinée au théâtre. Son premier film dans ce genre, pourquoi exactement Latifa Ahrar ? Parce que je la suis depuis longtemps, et je suis attiré par ses expériences théâtrales. C’est une artiste ambitieuse, assidue et innovante, et c’est ce qui me fait suivre ses oeuvres avec curiosité et plaisir. Ses œuvres font partie intégrante de sa personnalité, de ses idées et de sa vision du monde. Ou, permettez-moi de dire, elle vous donne intentionnellement l’opportunité d’entrer dans les profondeurs de sa personnalité et de révéler ses secrets.
Latifa Ahrar n’est pas apte à dissimuler ses pensées et ses mondes intérieurs dans ses œuvres, car elle est extrêmement transparente, c’est pourquoi ses expériences m’attirent. Peut-être que ce trait et cette vision l’ont emmenée avec elle dans ses expériences documentaires, comme dans son film « Le Dernier Voyage » par exemple, mais elle ne m’a pas révélé de manière visible. La première romancière « Imkosa » le remplit, peut-être parce que c’est sa première expérience, ou parce qu’il s’adresse à un médium spécifique et à un public qui ne tolérera pas l’expérimentation aussi bien que le public.
« Imkosa » est un téléfilm social qui traite de la question de l’héritage. Je ne raconterai pas l’histoire, bien sûr, mais cela reste une histoire simple dans la mesure où elle est présentée en une seule ligne non ramifiée, avec un début clair et une fin plus comme une leçon de morale. La structure dramatique n’est pas compliquée ou complexe et cela est cohérent avec la nature de la télévision, il y a un contrôle notable sur son rythme. Son déroulement, et sa fluidité dans l’enchaînement de ses événements, le dialogue est équilibré et harmonieux avec les événements, discipliné sans falsification et sans désagrégation, et cela n’est pas nouveau pour les œuvres marocaines de langue amazighe, qui se distinguent – à mon avis – avec cet aspect dont souffrent les œuvres arabophones, la photographie n’a techniquement pas dévié de ce que nous voyons dans le reste Nos films, qui sont tournés pour la télévision, n’ont pas de vision créative spécifique, mais la bonne sélection des espaces extérieurs photographiés , notamment les scènes de nature et d’urbanisation de la ville, qui sont différentes de ce à quoi nous sommes habitués dans la plupart des œuvres filmées dans certaines villes, ont donné au tournage un esprit esthétique différent et ont également donné au spectateur des moments de sérénité et de pureté visuelle, intrusion excessive Les scènes prises par drone sans raison dramatique précise et inutilement sont aussi un des points faibles de ce travail.
Il y a un élément sur lequel je me suis beaucoup arrêté, c’est le casting et sa distinction. Chaque acteur a été placé exactement au bon endroit. Comme toujours, l’artiste Raja Kharmaz, qui saisit le personnage dans tous ses détails dans chaque œuvre à laquelle elle participe, m’a attiré. La première fois que je l’ai vue incarner un personnage maléfique, mais ce « mal social léger », l’espace qui lui a été accordé était étroit, malheureusement, ne lui laissait pas la place de s’agrandir et de naviguer davantage, alors s’il vous plaît, elle a besoin d’un grand et spacieux espace pour souffler un diagnostic, mais en tout cas elle a fait sa mission comme il se doit, malgré comme je l’ai dit l’étroitesse de l’espace et la lenteur de sa personnalité qui lui a été imposée.
L’éclat reste pour moi dans ce travail des artistes Said Darif et Heba Haddou. Saeed Darif était distingué, spontané et spontané dans son diagnostic, et je veux dire ici la spontanéité dans son cadre professionnel et discipliné devant la caméra. C’est plutôt un talent capable de donner et de créativité dans n’importe quel travail auquel il participe, et c’est ma conjecture et mon intuition parce que je le regarde pour la première fois dans une œuvre d’art. Aussi ceux qui ne l’utilisent pas dans leurs œuvres cinématographiques pour le grand écran, je suis sûr que ce sera un ajout dans ce domaine.
L’actrice Heba Haddou s’est aussi distinguée, et sa distinction est apparue surtout dans les scènes qu’elle a collectionnées avec le patient chef de famille / son mari. Ce sont des scènes semblables à des monologues dramatiques, puisqu’elle s’adresse à lui, lui parle et lui parle comme si elle s’adressait à elle-même et n’attend pas de réponse de sa part, puisqu’elle est l’action et la réaction à la fois tant que son interlocuteur n’est qu’un corps. Une personne paralysée, allongée devant elle, incapable de parler ou de bouger, mais il y a un groupe de fils humains entrelacés avec lui, qui l’ont forcée à exprimer ses sentiments, et elle excellait en cela d’une manière remarquable. contexte des événements.

Lire aussi:  Un père Vergara grotesque dans la première bande-annonce de la saison 2 de 30 Coins.

< Écrit par : Fouad Zwerik

Marrakech, 2022-07-14 19:56:46 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa Banque africaine de développement se classe première dans l’indice mondial de transparence de l’aide
Article suivantLa Société Financière Internationale accorde à Al-Amanah Microfinance un prêt de 8 millions de dollars