Accueil Divertissements Abdel Aziz Thalassa : L’accord de Louxor en Egypte vise à soutenir...

Abdel Aziz Thalassa : L’accord de Louxor en Egypte vise à soutenir mutuellement le cinéma africain et à partager informations et expériences

228
0

Récemment, un accord de partenariat a été signé entre le Festival international du film africain de Khouribga, en la personne d’Abdelaziz Thalatha, directeur des médias et de la communication, et Azza El-Husseini, directrice du Festival de Louxor en Egypte, en marge de la 13ème session du le Festival de Louxor.
D’autre part, Azzedine Kriran, directeur du Festival international du cinéma africain de Khouribga, et Ahmed Hosni, président du Festival du film méditerranéen de Tétouan, ont signé un autre accord. A cet égard, Abdelaziz Thalassa, dans une interview au journal Bayan Al-Youm, explique le contenu des deux partenariats, et l’extension locale, nationale et continentale qu’ils constituent du Festival du cinéma africain de Khouribga, comme un repère culturel et diplomatique parallèle. Ci-dessous les détails du dialogue :

Tout d’abord, la création du Festival du film africain de Louxor a commencé dans la ville de Khouribga, car elle constituait la « base » du lancement d’expériences de festivals de films nationaux et continentaux, et contribuait à l’émergence de nombreux noms de réalisateurs africains.
L’équipe du Festival du Film Africain de Louxor a suivi cette position prise par le Festival de Khouribga, avant de poser la première pierre de ce projet cinématographique africain dans la ville de Louxor, en examinant de près l’expérience du Festival du Film de Khouribga, pour découvrir son fonctionnement et son déroulement, et aujourd’hui le Festival de Louxor accumule une expérience importante, elle est représentée par son arrivée au cycle 13.
Comme vous le savez, le Festival international du cinéma africain de Khouribga, dont les organisateurs préparent actuellement la 24ème session, a une expérience importante qui l’a fait s’étendre à différents pays africains, et c’est ainsi qu’un groupe de festivals a commencé à chercher à en profiter davantage. En retour, cela est resté un catalyseur pour de nombreuses villes qui ont créé des festivals et des forums de cinéma. À l’échelle nationale, notre pays est devenu un importateur et un exportateur de culture, ce que nous pouvons appeler une « diplomatie culturelle parallèle ».
Ainsi, notre présence aux côtés de nos frères au Festival de Louxor est venue répondre à leur volonté de renforcer et de renforcer les liens de nos relations bilatérales.
Parmi les objectifs de l’accord entre les Festivals de Khouribga et de Louxor figurent la projection mutuelle de films, le partage d’informations et de publications, et la constitution d’un panorama privilégié du cinéma marocain et égyptien dans les deux festivals, en plus d’inviter des réalisateurs marocains. et l’Egypte à chacun des deux festivals et un représentant de la direction de chaque festival lors de chaque session, et en plaçant le slogan des deux événements dans les publications de chacun. Un court métrage a été projeté sur les activités qui ont caractérisé chaque session des deux festivals.
Cet accord s’inscrit dans le prolongement d’autres accords cinématographiques, comme l’annonce de la création de « l’Université africaine des ciné-clubs à l’intérieur et à l’extérieur du continent » au cours de l’année 2023, dans le cadre du Festival du cinéma et de la télévision africains de Ouagadougou (au pays du Burkina Faso). L’idée de cette « université » est lancée depuis Khouribga et devient Ouagadougou. ).
L’idée de cette union est née après la tenue de vastes réunions initiées par le directeur du Festival de Khouribga, Ezzedine Creren, au sein d’un groupe de festivals africains, pour mûrir le projet et annoncer le document fondateur au sein duquel se déroule actuellement le travail entre les fêtes africaines.
La participation du Festival du cinéma africain de Khouribga à diverses activités continentales s’inscrit dans le cadre de son travail permanent et continu depuis 1977 dans la question culturelle, qui nécessite un travail de longue haleine.
Pour référence, un groupe de tentatives ont émergé qui cherchaient à aborder les affaires africaines à travers le cinéma – au niveau national – mais elles ont gâché les relations que nous avions accumulées et déformé cet héritage historique. Le cinéma africain a besoin de quelqu’un qui y croit, le défende et y travaille sérieusement, sachant que nous sommes les autres. Nous n’avons pas encore réalisé beaucoup de choses, en raison du manque de soutien et de soutien. La pénalité réside plutôt dans la perturbation de cette expérience par certaines parties.
Malgré la force de l’apport de notre festival au sein du continent, confirmant la présence marocaine dans les enceintes africaines, basée sur la prise de responsabilités de comités d’arbitrage ou la contribution à des interventions ou l’établissement de partenariats cinématographiques, nous sommes le seul festival au Maroc dont les membres ont pu s’engager dans « diplomatie parallèle » à travers le cinéma. Nous ne trouvons pas un soutien suffisant de la part des responsables publics. Pour être plus clair, le cinéma hollywoodien, par exemple, a mis en valeur l’État américain et a gravé son nom dans l’imaginaire mondial, et les États-Unis d’Amérique sont devenus mondialement célèbres, en raison du rôle principal joué par Hollywood dans ce qu’on appelle actuellement la « diplomatie parallèle », qui était capable de soumettre de nombreux peuples aux États.
Quant à nous, nous menons depuis de nombreuses années une diplomatie parallèle douce, sans que personne ne reconnaisse officiellement ce que nous faisons, portant de nos poches et aux dépens de nos familles et de nos préoccupations, cette immense mission nationale à laquelle l’amour de la patrie nous anime.

Lire aussi:  Ouverture des activités du 23ème Festival International du Cinéma Africain à Khouribga

Certes, le Festival international du cinéma africain de Khouribga et le Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan ont signé un accord de partenariat pour renforcer la coopération entre les deux festivals. Ce partenariat bilatéral a contribué à la référence culturelle entre les deux festivals, puisque le premier est né du Screen Cinema Club de Tétouan, et le second du Cinema Club de Khouribga, malgré la présence de 10 ans après la naissance des deux expériences.
Ce qui ressort des deux festivals, c’est la capacité à continuer à travailler, à l’heure où certains festivals ne parviennent pas à être réguliers, et n’organisent parfois qu’une seule séance, ce qui se traduit par la présence du même cinéphile activiste à Khouribga et à Tétouan.
Je vois que le cinéma africain est un cinéma militant, et le Festival de Khouribga et Tétouan a été fondé par des militants cinéphiles, et on me trouve parfois très surpris par cette capacité à perdurer dans une réalité injuste, où l’on a vécu certaines années des périodes d’injustice, dues à la direction locale et nationale, et d’ailleurs, j’écrivais – dans le cadre de l’évaluation La fin de chaque séance du Festival de Khouribga est la phrase : « On ne sait pas ce qu’est la tempête, mais on s’incline jusqu’à ce qu’elle ça passe, et on recommence.
En raison des racines historiques qui s’étendent entre les festivals de Khouribga et de Tétouan, l’idée est venue d’établir un accord de partenariat entre nous, en raison de la présence de certaines contraintes organisationnelles, liées à l’histoire de l’organisation de la session, parfois proche, et pour éviter similitude dans la programmation même si elle n’a jamais été similaire, car chaque festival a sa propre identité, c’est une des raisons. Côté.
D’autre part, il a été convenu d’éviter de choisir de partager les mêmes films, notamment ceux liés au bassin méditerranéen, plus précisément au sud, car nous ne partageons pas le nord, étant donné que la production en Méditerranée est très faible. Par exemple, la production annuelle de l’Algérie ne dépasse pas deux films. Ou trois, ainsi que la Tunisie et l’Égypte, pour certaines raisons qui se reflètent dans l’étendue de sa créativité, car les films sélectionnés pour participer au festival doivent respecter certaines conditions spécifiques et, par conséquent, nous ne pouvons pas rivaliser entre eux. nous-mêmes sur les mêmes films, pour produire une copie conforme les uns des autres. .
Dans un contexte connexe, nous avons partagé des idées qui soulignent la nécessité de réformer le secteur, et nous avons également discuté de la possibilité de développer des festivals, en commençant par nous-mêmes. Je crois qu’après le succès de cette expérience entre les festivals de Khouribga et de Tétouan, nous pouvons travailler à la diffuser au reste des festivals marocains, et le plus fort pari est sur la prochaine génération pour enrichir cette expérience. Ce qui a plus de 40 ans, puisque chaque génération voit les choses différemment, mais ce qui est important c’est d’assurer la continuité avec un nouveau souffle. Le cinéma est un texte écrit basé sur une vision qui se réalise à travers l’image.
D’une manière générale, les deux festivals s’efforceront de valoriser le rayonnement culturel du Maroc dans le cadre d’une diplomatie artistique parallèle, et aborderont diverses thématiques dans les tables rondes qui meublent les sections des deux festivals, sans oublier l’augmentation de la fréquence des échanges de visites entre les deux festivals. festivals et renforcer les canaux de communication culturelle et d’échange d’expériences, tout en encourageant la présence de représentants de chaque festival dans les événements. L’autre fête. La référence culturelle des ciné-clubs reste donc la base sur laquelle s’est construit cet accord.

Lire aussi:  "White Lie" couronne les noms des réalisateurs d'une étoile d'or

Certes, l’idée d’un ciné-club est très importante. La ville de Khouribga, par exemple, dispose depuis 1934 d’un ciné-club, préservé jusqu’à ce jour, et où il organise des projections cinématographiques hebdomadaires, pour contribuer à créer la possibilité de regarder auprès du public.
Le public du festival émerge du public, qui est constitué des ciné-clubs, et la mesure du succès du festival se reflète dans le public, et ce dernier ne peut assister au festival qu’après avoir appris un ensemble d’étiquettes et d’éthique au sein de l’espace du ciné-club. En d’autres termes, nous sommes élevés sur la façon de regarder le spectacle selon un rituel spécial. Nous apprenons la capacité d’exprimer une opinion et de respecter l’opinion des autres, c’est-à-dire que nous acquérons les outils nécessaires pour entrer dans la société avec politesse et discipline.
Ces détails sont importants pour produire une personne pensante et capable de s’exprimer librement, ce qui nous fera plus tard parler d’un critique de cinéma capable d’examiner et d’analyser le film, ou d’un réalisateur capable de filmer une œuvre. D’ailleurs, le Festival de Khouribga propose des formations au profit des personnes intéressées par le domaine, et leurs œuvres sont présentées dans une section. Surtout dans le cadre des programmes cinématographiques du Film Club, dans le but de les motiver à travailler sur de nouveaux films à l’avenir, et de telles initiatives constituent une incitation à continuer et à aller de l’avant.

Marrakech, 2024-03-03 18:20:18 (Maroc-Actu) –

Article précédentLesieur Cristal brille à l’événement « Les Impériales 2024 »
Article suivantBaraka : Les investissements dans les infrastructures, l’eau et les transports s’élèvent à 91 pour cent du programme prévisionnel pour l’année 2023.