Accueil Sciences & Tech L’équipe Progrès et Socialisme de la Chambre des Représentants souligne la nécessité...

L’équipe Progrès et Socialisme de la Chambre des Représentants souligne la nécessité de fournir des ressources humaines suffisantes et efficaces pour faire de la transformation numérique un succès

216
0

Le Conseil économique, social et environnemental marocain a révélé qu’il est nécessaire de redoubler d’efforts pour lever les obstacles liés à la numérisation des services administratifs, même si ceux-ci ont connu un développement ces dernières années.
Les programmes du Ministère de la Transition Numérique, de la Réforme de l’Administration et de la Fonction Publique ont permis de nombreux changements au niveau des services, notamment à travers des applications et des portails électroniques pour faciliter l’obtention des documents nécessaires à l’accomplissement des démarches administratives.
Le Conseil économique, social et environnemental a récemment confirmé devant une commission parlementaire que le pays connaît un niveau de numérisation de l’administration faiblissant, déclarant qu’il a pour ambition que 50 pour cent des programmes administratifs soient électroniques d’ici 2025 et que la satisfaction des utilisateurs atteigne un taux de 80 pour cent.
Ahmed Reda Al-Shami, président du Conseil, a constaté le retard du Maroc en matière de niveau de numérisation dans de nombreux secteurs, notant que la valorisation grâce aux technologies a dépassé d’autres domaines de valeur, tels que la finance, l’énergie et la santé, à l’échelle mondiale.
Il a souligné l’absence d’une plateforme nationale de réservation dans le secteur du tourisme, avec des variations dans le niveau de progression de la numérisation d’un secteur à l’autre.
Al-Shami a abordé le domaine de l’éducation, qui a enregistré que 40 pour cent des élèves n’ont pas pu poursuivre leurs études à distance pendant la période de quarantaine.
Il a également souligné le retard dans l’établissement des performances de la technologie financière via le téléphone mobile, l’absence du dossier médical électronique, le retard de la télémédecine, ainsi que le retard dans les performances électroniques et logistiques, outre le manque de nombre de créateurs de contenu culturel sur Internet.
Le Conseil estime que la modernisation des services administratifs passera par la numérisation des différents programmes administratifs, d’ici trois ans, et en œuvrant pour permettre aux citoyens d’accéder à Internet.
Les autorités s’emploient à rendre l’administration plus efficace en développant les infrastructures de communication, afin de la rapprocher des clients tout en améliorant ses services en accélérant le rythme de la transformation numérique.
Il affirme que, conformément aux objectifs du nouveau modèle de développement et aux engagements du programme s’étendant entre 2021 et 2026, il a fait de la réforme et de la numérisation de l’administration publique la pierre angulaire de toutes les réformes administratives, économiques et sociales pour faire avancer la roue. de développement et fournir les meilleurs services.
Dans le cadre du processus de transformation numérique, le Premier ministre a souligné que les ateliers de transformation numérique s’inscrivent dans les priorités de l’État, qui estime que la numérisation de l’administration est un moyen essentiel pour atteindre l’efficacité, la transparence et renforcer la confiance des citoyens.
Le nouveau modèle de développement montre que la numérisation est un véritable outil de développement durable, un moteur de transformations structurelles et un mécanisme essentiel pour parvenir à l’inclusion numérique.
Il contribue également à gagner la confiance numérique entre différents acteurs, notamment la direction, les entreprises et les particuliers. Cela augmente également les opportunités d’investissement, améliore la compétitivité de l’économie, soutient l’innovation et garantit la souveraineté électronique.
Rachid Lazraq, directeur du Centre d’études et de recherche d’Afrique du Nord, estime que les choix faits par le Maroc sur les plans économique et social et les grands projets lancés ces dernières années ont accéléré la tendance vers l’option de la numérisation de l’administration en raison de ses avantages.
Lazraq a déclaré dans un communiqué de presse : « Aborder positivement la révolution numérique contribue à surmonter les systèmes traditionnels et à contrôler les déséquilibres que l’administration connaît dans ses relations avec les citoyens et les investisseurs. »
Quant à contourner la bureaucratie administrative et faciliter l’accès aux documents à distance, Lazraq a souligné que la numérisation de l’administration améliore davantage la transparence, mais elle est conditionnée à la qualification de l’élément humain plus qu’à une question de lois.
Sur cette base, Lazraq a souligné la nécessité de changer les mentalités pour que l’administration puisse entrer dans la phase de transparence et d’intégrité au service du développement du pays, pour avancer sur la voie des pays qui ont intégré la numérisation dans leurs transactions.
Le représentant Rashid Hamouni, chef de l’équipe Progrès et Socialisme à la Chambre des Représentants, est allé dans ce sens et a appelé à la nécessité de fournir des ressources humaines qualifiées, adéquates et efficaces pour renforcer la sécurité numérique tout en développant une stratégie nationale forte de formation continue à l’information. systèmes.
En réponse aux demandes visant à étendre la numérisation des administrations et à sécuriser les données, la ministre chargée de la transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghaïtha Mazour, a confirmé que le Maroc a atteint 90 pour cent de connectivité numérique et a créé un fonds spécial qui a contribué à sécuriser la transition numérique. dans les communes.
Elle a indiqué que cela s’inscrivait dans le cadre de la volonté de l’État de suivre la voie de « l’amélioration des services administratifs fournis aux citoyens et aux entreprises ».
La connectivité numérique n’est pas un objectif en soi, affirme Mazur, mais plutôt un moyen de servir la population, soulignant que son pays possède l’une des meilleures infrastructures de communication d’Afrique et qu’il est capable d’y résister, y compris les infrastructures situées dans les villages et les zones rurales.
Cependant, Al-Shami estime qu’il est important d’établir un cadre réglementaire intégré et approprié dans le domaine de la numérisation, notamment en ce qui concerne le travail à distance et la protection des données, et de donner la priorité à la numérisation et d’en faire un moyen et un modèle automatiques de mise en œuvre. lois et textes réglementaires et fourniture de services.
Il estime que cela doit s’accompagner du développement de centres de données nationaux et régionaux souverains basés sur des partenariats entre les secteurs public et privé.
Al-Shami a également souligné devant la commission de la justice, de la législation et des droits de l’homme du Parlement la nécessité pour les universités et les secteurs économiques et industriels de s’engager dans des projets de recherche et de développement liés à la transformation numérique.
Il a déclaré que cela conduirait à « des systèmes appropriés pour développer les startups et l’industrie numérique, que ce soit en termes d’infrastructures et d’équipements ou de recherche de solutions dans le domaine des logiciels et des applications ».
Il a recommandé de promouvoir l’adoption d’un système numérique en utilisant des marchés publics et des mécanismes de financement innovants au profit des acteurs du secteur, et en offrant aux petites, micro et moyennes entreprises qui investissent dans leur processus de numérisation des incitations financières et une amélioration de la fiscalité. des incitations.

Lire aussi:  Realme confirme la date de lancement de son téléphone phare Realme GT Neo3 et sa sortie avec des technologies uniques

Marrakech, 2024-01-07 18:30:47 (Maroc-Actu) –

Article précédentLes agriculteurs attendent la pluie pour relancer un agriculteur épuisé par le plan vert
Article suivantLaisser le monde derrière : une cyberattaque isole l’Amérique du monde et met à l’épreuve sa cohésion sociale