Accueil Economie Progrès et Socialisme à la Chambre des représentants appelle à discuter de...

Progrès et Socialisme à la Chambre des représentants appelle à discuter de l’impact du soutien aux importateurs de moutons et de bovins sur les prix de la viande

156
0

L’équipe Progrès et Socialisme de la Chambre des Représentants a invité le ministre de l’Agriculture, de la Pêche, du Développement rural, des Eaux et Forêts à une réunion consacrée à discuter et évaluer l’impact du soutien exceptionnel accordé aux importateurs d’ovins et de bovins sur les prix de la viande.
A cet égard, Rachid Hamouni, chef de l’équipe « Al-Kitab », a adressé une demande au président du Comité des secteurs productifs pour tenir une réunion pour discuter de cette question, convoquant le ministre de l’Agriculture, de la Pêche, du Développement rural et de l’Eau. et les forêts d’assister à la réunion.
Selon la même source, le gouvernement a eu recours il y a un an à ouvrir la porte à des exonérations, des facilitations et des privilèges fiscaux et douaniers sur les importations, dans le but déclaré de préserver le cheptel national et d’assurer la stabilité des prix pour les citoyens et citoyennes, tout en accordant un soutien. pour l’importation des moutons destinés à l’abattage dans la limite de 500 dirhams par tête sur le budget. Pays. La même source ajoute que l’institution législative n’a pas encore été en mesure d’examiner et d’évaluer l’efficacité de cette décision, le degré de son impact sur le pouvoir d’achat des citoyens, hommes et femmes, et dans quelle mesure ce soutien contribue à réduire la vente. prix de la viande dans le Royaume.
On sait que le gouvernement a récemment cessé de prendre des subventions, selon des sources bien informées, et que les importateurs de moutons et de vaches ne peuvent donc plus bénéficier d’une subvention de 500 dirhams pour chaque tête importée, ni d’une exonération de taxe sur la valeur ajoutée (20 pour cent) et droits de douane (2,5 pour cent). Plus de 7 mois après que l’État a approuvé ce soutien pour combler la pénurie enregistrée au niveau national et maintenir les prix de la viande sur les marchés.
Cette décision a suscité et continue de susciter de nombreuses critiques à l’encontre du gouvernement, et plusieurs professionnels du secteur ont critiqué l’incapacité de ce dernier à établir des procédures contraignantes pour orienter les animaux importés vers l’abattoir et donc vers le consommateur. La majorité des importateurs, selon eux, gardent le bétail importé à des fins d’engraissement et de spéculation, et certains même. Ces professionnels ont blâmé le gouvernement car, selon eux, le soutien ne bénéficiait qu’aux intermédiaires, excluait les petits agriculteurs et ne contribuait pas. à réduire les prix de la viande sur les marchés.

Lire aussi:  La construction de pipelines pour transporter l'hydrogène marocain vers l'Espagne et l'Union européenne va bientôt commencer

Saïd Aït Oumzid

Marrakech, 2024-01-07 20:32:55 (Maroc-Actu) –

Article précédentLaisser le monde derrière : une cyberattaque isole l’Amérique du monde et met à l’épreuve sa cohésion sociale
Article suivantOujda embrasse un espace pour le progrès de l’intelligence artificielle