Accueil Sciences & Tech Le Maroc mise sur la transformation numérique pour atteindre les objectifs de...

Le Maroc mise sur la transformation numérique pour atteindre les objectifs de la stratégie nationale dans ce domaine

216
0

Dans le cadre de réformes volontaires visant à redynamiser la vie publique, le Maroc mise sur la transformation numérique afin d’atteindre les objectifs fixés par la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption (2015-2025), recommandée par la Convention des Nations Unies contre la corruption.
À l’instar d’autres expériences internationales, la lutte contre ce fléau au Maroc peut bénéficier du développement du numérique, car la numérisation constitue un outil essentiel qui ouvrira la voie à l’établissement d’une gouvernance responsable, à la transparence et à la prévention et à la lutte contre la corruption.
Il convient de noter que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a affirmé dans le Discours suprême du 14 octobre 2016, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la première année législative de la dixième législature, que « l’emploi des technologies modernes contribue à faciliter l’accès du citoyen aux services le plus rapidement possible, sans avoir besoin « des déplacements fréquents et des frictions avec l’administration, qui sont la principale raison de la propagation du phénomène de corruption et d’abus d’influence ».
Dans le même contexte, la Commission nationale pour l’intégrité, la prévention et la lutte contre la corruption, créée en vertu de la loi n° 113-12 de 2015, a souligné dans son rapport de l’année 2022 la relation étroite entre la transformation numérique d’une part, et la gouvernance responsable, d’une part, la transparence et, d’autre part, la prévention et la lutte contre la corruption. Autre.
Afin d’atteindre les objectifs souhaités en matière d’intégrité, de prévention et de lutte contre la corruption, tout en garantissant le succès de la transformation numérique, et sur la base des expériences internationales et de l’analyse de l’évolution du contexte national, l’Autorité nationale recommande d’établir un cadre stratégique et une transformation numérique orientée vers les citoyens avec des mesures pour suivre le rythme et diriger le changement.
Concernant le cadre stratégique, l’Autorité indique que le succès de la transformation numérique dépend de l’existence de ce cadre, qui garantit également un accompagnement de haut niveau pour assurer une forte mobilisation et implication de tous, ainsi qu’une vision globale et intégrée qui définit clairement les chemin à moyen et long terme avec des stratégies et des plans pratiques qui garantissent le succès. Ce cadre stratégique permettra également de renforcer une gouvernance centrée autour d’instances dont les rôles et responsabilités sont clairement définis et articulés.
Concernant le deuxième aspect, la Commission nationale pour l’intégrité, la prévention et la lutte contre la corruption souligne que la transformation numérique doit être orientée vers le citoyen, et cette orientation devrait inclure notamment l’amélioration de la qualité des services publics, la mise en place de moyens de mesure et d’évaluation et le renforcement de la l’inclusion numérique des citoyens en renforçant les infrastructures. Des infrastructures prenant en compte les spécificités de certaines catégories de résidents et privilégiant les services de proximité.
Dans le même contexte, l’Autorité a souligné que l’obtention des résultats souhaités dépend de la mise en œuvre de mesures visant à suivre le rythme et à conduire le changement, notamment en ce qui concerne le renforcement et la valorisation du capital humain, à travers des processus de sensibilisation, de formation et de motivation, et l’unification du cadre réglementaire et normatif. .
Par ailleurs, l’implication du Maroc au niveau international constitue un élément important contribuant au succès de cette stratégie, comme en témoigne l’adoption par consensus de la dixième Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption, tenue en décembre dernier à Atlanta, du 11 résolutions, y compris la résolution présentée par le Maroc concernant le « Suivi de la Déclaration de Marrakech sur la prévention de la corruption ».
En octobre dernier, la Commission Nationale pour l’Intégrité, la Prévention et la Lutte contre la Corruption a organisé une conférence régionale africaine regroupant une vingtaine de pays du continent, qui a abouti à l’adoption par ses participants de la « Déclaration de Rabat », présentée comme un document officiel de la dixième session de la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption. .
Il convient de noter que le chapitre 167 de la Constitution stipule que la Commission nationale pour l’intégrité, la prévention et la lutte contre la corruption doit entreprendre « les tâches consistant à initier, coordonner, superviser et assurer le suivi de la mise en œuvre des politiques anti-corruption, à recevoir et à diffuser des informations dans les plus brefs délais ». ce domaine, contribuant à l’amélioration de la vie publique, en consolidant les principes de bonne gouvernance et une culture de service. public, et les valeurs de citoyenneté responsable.

Lire aussi:  OPPO défie Samsung et Huawei avec un nouveau téléphone pliable "pas cher"

Marrakech, 2024-01-07 18:00:48 (Maroc-Actu) –

Article précédentSignature d’un accord-cadre pour le développement des zones industrielles de la région Casablanca-Settat
Article suivantCommerce électronique de toiture sur mesure d’un million d’AED pour les jeunes entrepreneurs innovants