Accueil Economie Les prix élevés du pétrole enflamment les prix au Maroc et affectent

Les prix élevés du pétrole enflamment les prix au Maroc et affectent

467
0

Les prix des carburants au Maroc connaissent une hausse importante depuis plusieurs semaines, puisque le prix du litre d’essence a atteint 1,3 dollar, tandis que le prix du diesel a dépassé 1,2 dollar le litre, ce qui a affecté les prix des autres produits. Cette situation a suscité un ressentiment généralisé chez les professionnels et les citoyens en général. , d’autant plus qu’elle coïncide avec des hausses des prix à la consommation. Alors que le gouvernement marocain attribue la hausse actuelle des prix du carburant à la situation internationale et à la guerre en Ukraine, les partis et certains syndicats appellent le gouvernement à prendre ses responsabilités et à prendre des mesures concrètes pour enrayer cette hausse qui repasse les poches d’un grande partie des Marocains. .

Les prix du pétrole ont bondi ces derniers jours, pour poursuivre leur ascension depuis le déclenchement du conflit entre la Russie et l’Ukraine, alors que l’on s’attend à ce que la pénurie d’approvisionnement se poursuive pendant plusieurs mois, suite à l’imposition de sanctions sévères à Moscou et à la sortie collective de les investissements des grandes entreprises à partir des actifs pétroliers russes.

Le prix du pétrole avant la crise ukrainienne

L’analyste économique, Rachid Sari, estime que « la hausse des prix du pétrole au Maroc est liée au contexte mondial, et cela a commencé de manière significative depuis octobre 2021, ce qui signifie que cette tendance à la hausse n’est pas seulement liée à la crise ukrainienne, mais remonte à à environ cinq mois. » Dans son discours à « Sky News Arabia », Sari a expliqué la hausse des prix du carburant dans le monde, avec la demande croissante de produits énergétiques après la reprise progressive de la crise liée à la pandémie de Corona, notamment par les grands pays comme la Chine, donc que le résultat serait une flambée des prix du pétrole au niveau mondial de sorte qu’il a dépassé 100 dollars le baril en février, contre environ 50 dollars à la même période l’an dernier.

Le porte-parole a déclaré que « le problème d’approvisionnement ou l’aspect logistique, à leur tour, ont contribué à l’inflammation des prix, car le coût du transport des marchandises à travers le monde, y compris le pétrole, est devenu plus élevé qu’auparavant ». Il est connu par différentes régions du monde, ce qui a affecté la facture des produits énergétiques tels que le pétrole, le gaz et le charbon. Sari a poursuivi : « La situation actuelle ne va pas durer, et le niveau d’inflation au Maroc ne dépasse pas 2% par rapport aux autres pays, soulignant que » le gouvernement est tenu d’expliquer ce qui se passe, car ils sont obligés d’expliquer au public que la situation est temporaire et ne se poursuivra pas au-delà de mars, à mon avis. »

Explication des stations-service

Les propriétaires et exploitants de stations-service au Maroc ont attribué la hausse des prix du carburant à la décision de libéraliser les prix prise par le gouvernement d’Abdelilah Ibn Kiran en 2015, lorsque les subventions ont finalement été levées, et donc le gouvernement a levé la main sur la fixation des prix des produits pétroliers et a laissé la question à la concurrence. Depuis lors, les prix sont soumis à la logique du marché international et national. Les stations-service ont déclaré dans un communiqué adressé à l’opinion publique, vu par « Sky News Arabia », qu’elles sont « sur la même ligne avec le consommateur et en contact direct avec lui, et que cette hausse nous épuise et nous nuit au dans la mesure où cela lui fait du mal. »

Lire aussi:  La nouvelle Citroën C4 sacrée Car of the Year 2022 au Maroc

Dans le même communiqué, les directeurs de stations-service ont appelé le ministre de la transition énergétique et du développement durable, à accélérer la promulgation des lois réglementant le carburant, en concertation avec les professionnels, et à activer la commission paritaire entre le ministère et l’Autorité des stations-service, qui a été formé précédemment, soulignant que sa sortie a été retardée sous l’ère du gouvernement précédent. Exacerbé le chaos dans le secteur des hydrocarbures.

Alerte à la dégradation du pouvoir d’achat

Ali Lotfi, secrétaire général de l’Organisation démocratique du travail (Union), a appelé le gouvernement marocain à accélérer la lutte contre la hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires de grande consommation, qui a connu une hausse « folle » sans précédent qui affectera les coûts de transport et inflation. Le syndicat a appelé, dans une déclaration à « Sky News » Arabiya, le gouvernement à revoir la loi 104.12 relative à la liberté des prix et de la concurrence, qui a été imposée par le gouvernement Benkirane contre les groupes sociaux, les droits des consommateurs et ses capacités d’achat, qui a ouvert les portes grand ouvert, pour une hausse massive et insensée des prix et infligé de grands dommages au pouvoir d’achat des citoyens.

Dans le même contexte, Ali Lotfi a appelé à « réorganiser la caisse de compensation (subventionnement des matières premières) pour gérer la politique de subvention des carburants et financer le coût des aides sur le budget de l’Etat et œuvrer à l’arrêt de la libéralisation complète des prix des carburants et surveiller les entreprises distribuées et les prix de certains biens, produits et services à caractère stratégique ou social. Et financer le coût de l’aide sur le budget de l’État par le biais du système de compensation. Le syndicat marocain a suggéré « de réduire les taxes et redevances sur les carburants, en particulier la taxe sur la valeur ajoutée, pour permettre aux groupes vulnérables, aux pauvres et à la classe moyenne de bénéficier de l’aide et de subvenir à leurs besoins de base ».

Précisions gouvernementales

Au milieu de la polémique généralisée sur la hausse des prix du carburant qui occupait les sites de réseaux sociaux et les gros titres de la presse marocaine, le gouvernement est sorti pour étouffer le feu de colère exprimé par les citoyens et les professionnels du secteur des transports. Le ministre délégué chargé du budget, Faouzi Lakjaa, a indiqué jeudi, à Rabat, que les raisons qui ont conduit à la hausse actuelle des prix à la consommation dans le monde et au Maroc, et restent liées à la conjoncture internationale actuelle. Le responsable gouvernemental a révélé qu’en ce qui concerne les produits pétroliers liquides, comme l’essence par exemple, son prix en 2020 a atteint environ 70 dollars, pour remonter en 2021 à 88 dollars. En 2022, il a atteint 97 $, le prix le plus élevé depuis 2014.

Lire aussi:  Le spectre de la faim menace le sud de la Libye et la guerre ukrainienne s'aggrave

Par conséquent, il était naturel, a ajouté Lakjaa, que le prix augmente sur le marché local, car le prix de l’essence a dépassé la barrière des dix dirhams en novembre 2021, pour augmenter séquentiellement le même prix pour atteindre plus de 10,9 en février 2022. Le ministre a indiqué dans une interview à la presse après le conseil des ministres du jeudi 17 février, a indiqué que la taxe imposée sur les produits pétroliers au Maroc s’élève à 10%, alors qu’elle atteint 20% dans les pays voisins. S’agissant des taxes imposées par le gouvernement sur le carburant, le conférencier a indiqué que la part des taxes imposées au Maroc sur l’essence est de 37% et l’essence de 47%. pour cent, par rapport au quota fiscal imposé par de nombreux pays, qui est de 53 pour cent sur l’essence et de 62 pour cent sur l’essence.

Proposition de réduction des taxes sur le carburant

L’économiste Rashid Sari a évoqué la possibilité pour le gouvernement de renoncer aux taxes sur les carburants au Maroc, ou du moins de les réduire. Il a expliqué : « Après que le prix de l’essence ait atteint environ 13 dirhams le litre, le gouvernement ne devrait-il pas réduire ses taxes sur le pétrole ? Sari a souligné que tant que le prix du carburant dépasse 70 dollars le baril, le gouvernement profite de cette augmentation en prélevant plus de taxes, qui sont des revenus importants que le gouvernement doit reconsidérer, pour réduire le prix des carburants dans les stations de distribution. Dans un contexte connexe, les observateurs marocains appellent à se référer au plafonnement des bénéfices des acteurs et distributeurs, et à réfléchir à soutenir le pouvoir d’achat des citoyens et des entreprises travaillant dans le domaine des transports pour créer les conditions d’une réelle concurrence.

Vous pourriez également être intéressé par :

Les prix du pétrole augmentent de plus de 2% et le Brent dépasse les 131 dollars

Les prix du pétrole continuent de grimper sur fond de guerre russo-ukrainienne, et le Brent dépasse les 127 dollars

Marrakech, 2022-03-10 18:53:26 (Maroc-Actu) –

Article précédentAmazon concurrence Sony et entre dans le monde des jeux vidéo électroniques
Article suivantEn réponse aux sanctions occidentales, la Russie impose une interdiction de