Accueil Economie Les professionnels paramédicaux refusent d’augmenter l’impôt sur les sociétés

Les professionnels paramédicaux refusent d’augmenter l’impôt sur les sociétés

680
0

Dompteurs médicaux, optométristes et audiologistes (spécialités paramédicales) ont exprimé leur désapprobation

Au complet, quelques-unes des exigences énoncées dans le projet de loi de finances 2023, soulignant qu’il enregistrait une charge fiscale qui romprait les équilibres économiques des métiers du dressage, de la rééducation et de la réinsertion professionnelle, considérés comme de petites entreprises.

Le Syndicat National Professionnel des Optométristes du Maroc, la Fédération Nationale des Médecins Praticiens du Maroc et l’Association Marocaine Professionnelle des Audioprothésistes ont souligné qu’au regard de la crise mondiale étouffante dont les effets se sont intensifiés au niveau national, toute augmentation du poids de l’assiette fiscale ne fera qu’exacerber la situation sociale et enflammer la congestion.

Lire aussi:  La Société Nationale des Autoroutes du Maroc remporte deux prix pour la meilleure présentation

Et les organisations syndicales et professionnelles condamnées « de par leur position de citoyen, et leur claire conscience de la situation nationale difficile, (condamnées) à s’attaquer avec force au déficit et aux pertes des poches des personnes à revenu faible et moyen ».

Le Syndicat refuse, dans le cadre de son suivi des dossiers qui concernent les professions du dressage, de la rééducation et de la réinsertion professionnelle réglementées par la loi 45.13, de relever l’impôt sur les bénéfices des entreprises qui réalisent des bénéfices annuels inférieurs à 300 000 dirhams, en le portant de 10% à 20 %. Un obstacle pour tout professionnel qui souhaite investir ou embaucher.

Lire aussi:  Les industries alimentaires et pharmaceutiques au Maroc attirent des investissements de 1,7

Les représentations professionnelles ont appelé le gouvernement à renoncer à ces amendements, qui nuiront à de nombreuses catégories de professionnels et conduiront à leur faillite avec surendettement.

Abdul Samad Adendin

Marrakech, 2022-11-08 18:07:34 (Maroc-Actu) –

Article précédentLes parlementaires français appellent à une solution à la « crise des visas » entre la France et le Maroc
Article suivantLa nouvelle Dodge Charger dévoilée