Accueil L'International L’Ordre des médecins du Pérou exige la démission du nouveau ministre de...

L’Ordre des médecins du Pérou exige la démission du nouveau ministre de la santé pour avoir encouragé l’utilisation illégale de médicaments

751
0

Marrakech, 11 févr. (Maroc-Actu) –

L’Association médicale péruvienne (CMP) a exigé jeudi la démission du nouveau ministre de la Santé, Hernán Condori, pour avoir encouragé « l’utilisation illégale de la médecine » et la pseudo-science et pour ne pas avoir les compétences suffisantes pour rester en fonction.

« Le professionnel susmentionné promeut ouvertement l’exercice illégal de la médecine et l’utilisation trompeuse de préparations commerciales aux vertus médicinales supposées sans aucune preuve scientifique pour étayer ces informations », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le doyen Raúl Urquizo a déclaré à la RPP péruvienne que la démission a été demandée « parce que les preuves montrées au cours de la journée sont trop graves » et a exhorté le président, Pedro Castillo, à « prendre note immédiatement » du fait qu’une « personne ne présentant pas les conditions minimales pour diriger une question aussi grave que la troisième vague de la pandémie » reste en fonction.

Le doyen de l’autorité sanitaire a ajouté qu’il était « irresponsable de nommer quelqu’un qui n’a pas les compétences nécessaires » et a souligné que « ce qui est important, c’est la santé, qu’il ait de l’expérience et qu’il puisse gérer le secteur ».

Cette semaine encore, M. Urquizo a critiqué le nouveau ministre de la santé pour avoir prétendument encouragé les pseudosciences, affirmant que la médecine ne se fonde pas « sur des hypothèses ou sur « mon expérience dit » » et qualifiant la situation de « regrettable ».

Lire aussi:  Ukraine - L'Espagne convoque l'ambassadeur russe pour lui faire part du rejet par le gouvernement de la décision de Poutine.

« Nous nions que notre rejet de sa nomination vise à discréditer les professionnels de toute obédience politique et encore moins parce qu’il a exercé au premier niveau de soins dans les zones rurales du pays », a déclaré le CMP dans son communiqué.

« Il est nécessaire de rappeler que notre pays traverse une crise sanitaire déclenchée par la pandémie de COVID-19 qui a mis à nu la situation catastrophique de notre système de santé, comme nous l’avons exprimé à de multiples reprises aux autorités et à l’opinion publique », a-t-il ajouté.

L’organisme de santé a notamment souligné « la pénurie de médicaments », qui a conduit à « négliger les maladies chroniques », lesquelles sont « en augmentation ». La CMP a également réaffirmé que le maintien en fonction du ministre de la santé est « une grave erreur qui doit être corrigée immédiatement ».

Le nouveau ministre péruvien de la santé, Hernán Condori Machado, qui a prêté serment mardi, fait également l’objet d’une enquête du bureau du procureur chargé de la lutte contre la corruption dans le département de Junín pour des délits de corruption présumés.

Lire aussi:  Brexit - Truss déclare que le protocole d'Irlande du Nord est "une priorité absolue".

Le médecin a été directeur du réseau de santé de Chanchamayo et a été directeur de la direction régionale de la santé en 2019 et 2020, respectivement, dans le cadre du mandat de Peru Libre dans l’administration régionale.

La presse péruvienne a rapporté que le bureau du procureur anti-corruption de La Merced a ouvert une enquête contre Condori pour les délits présumés de charges indues et de négociation illicite, qui auraient été commis en 2019.

Le président péruvien, Pedro Castillo, a prêté serment mardi dans son nouveau cabinet ministériel, après la démission du Premier ministre Héctor Valer, qui sera remplacé par Aníbal Torres, jusqu’à présent ministre de la justice.

Dans le contexte de la crise politique déclenchée par le remaniement de son gouvernement, M. Castillo a nommé six nouveaux ministres et ratifié douze qui faisaient déjà partie du cabinet précédent, annoncé il y a sept jours à peine au Palais du gouvernement.

Il s’agit du quatrième cabinet ministériel de M. Castillo en près de six mois. La première était dirigée par Guido Bellido, qui a été remplacé par Mirtha Vásquez. Finalement, Valer a pris le poste de premier ministre, mais il n’a tenu que quatre jours.

Article précédentLes pauvres sont 40 % plus susceptibles de souffrir des vagues de chaleur.
Article suivantLeasePlan quadruple ses bénéfices annuels, avec plus d’1 milliard