Accueil L'International Ukraine – La FEJ appelle la communauté internationale à faire pression sur...

Ukraine – La FEJ appelle la communauté internationale à faire pression sur la Russie pour qu’elle débloque la ville ukrainienne de Mariupol.

773
0

Marrakech, 16 Mar. (Maroc-Actu) –

La Fédération européenne des journalistes (FEJ) a appelé mardi la communauté internationale à faire pression sur la Russie pour qu’elle mette fin au blocus de la ville ukrainienne de Marioupol, afin d’éviter  » une catastrophe humanitaire de grande ampleur « .

Dans un communiqué, la FEJ a déclaré soutenir ses affiliés ukrainiens, l’Union nationale des journalistes d’Ukraine (NUJU) et le Syndicat indépendant des médias d’Ukraine (IMTUU), dans leurs efforts pour évacuer les journalistes et les travailleurs des médias à Mariupol.

Selon le NUJU, au moins 50 professionnels des médias ont pu être secourus, mais une cinquantaine d’entre eux restent otages dans une ville privée d’électricité, de chauffage central et d’eau en raison des bombardements et des attaques directes de l’armée russe.

« Nos collègues Irina Horbasiova et Sergii Vaganov sont arrivés à Zaporiyia, territoire contrôlé par l’Ukraine. Ils ont quitté Mariupol lundi soir et ont passé la nuit à Berdyansk », s’est félicitée Lina Kushch, première secrétaire du NUJU.

Lire aussi:  Au moins trois morts et cinq blessés dans une explosion dans un restaurant à Guayaquil, en Équateur.

Le président du NUJU, Sergii Tomilenko, a ajouté qu’ils travaillent « 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour évacuer les journalistes des zones de guerre ».

Le président de la FEJ, Ricardo Gutierrez, a averti que  » de nouveaux crimes de guerre à Mariupol doivent être évités à tout prix  » et a appelé la communauté internationale  » à faire tout son possible pour permettre l’évacuation des milliers de civils et des dizaines de journalistes qui sont piégés dans cette grande ville portuaire « .

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a déploré la mort du journaliste Pierre Zakrzewski, caméraman pour la chaîne américaine Fox News, tué dans une attaque dans la banlieue de Kiev avec la journaliste ukrainienne Oleksandra Kuvshinova.

« Les attaques contre les travailleurs des médias en première ligne constituent des crimes de guerre qui ne peuvent rester impunis », a souligné l’organisation internationale dans un message sur son profil Twitter officiel.

Lire aussi:  Jordanie : le prince Hamza présente ses excuses au roi Abdullah II de Jordanie pour le complot de l'année dernière

Liudmila Denisova, commissaire aux droits de l’homme du Parlement ukrainien, a déclaré qu’au moins trois journalistes avaient été tués dans le conflit en Ukraine. Plus tard, le conseiller du ministère de l’Intérieur, Anton Gerashchenko, a reconnu la mort de Zakrzewski et Kuvshinova, ce qui porte le bilan à au moins cinq journalistes.

Selon Mme Denisova, « les occupants russes luttent contre la couverture objective de leurs crimes de guerre en Ukraine » et « tuent et abattent » les journalistes qui couvrent les événements dans le pays.

Elle a dénoncé le fait que la Russie tente « d’imposer une propagande et une idéologie racistes et de supprimer toutes les autres ressources d’information », et qu’elle a attaqué ces dernières semaines des tours de télévision à Kiev, Lutsk et Rivne.

Article précédentToyota développe un module de stockage basé sur des réservoirs d’hydrogène en résine haute pression
Article suivantL’observatoire Gaia capture le télescope Webb dans l’espace