Accueil Auto/moto L’usine Nissan de Cantabrie fermera la semaine prochaine en raison de la...

L’usine Nissan de Cantabrie fermera la semaine prochaine en raison de la crise des semi-conducteurs

612
0

La grève des transports n’affecte pas l’usine pour le moment, même si elle est « sur le fil ».

SANTANDER, 23 mars. (Maroc-Actu) –

L’usine Nissan de Los Corrales de Buelna (Cantabrie) fermera ses portes la semaine prochaine pour ajuster les résultats de l’année fiscale japonaise – du 1er avril au 31 mars – et parce que la production est « très faible » en raison de la crise des semi-conducteurs et qu’elle n’a « presque pas » de commandes.

 » Il y a très peu de travail « , a déclaré José Ángel de la Peña (CC.OO.), membre du comité d’entreprise, dans des déclarations à Europa Press, qui a expliqué que cette semaine, aucun travail n’a été effectué le jeudi et le vendredi -seulement sur quelques lignes, en fonction des commandes-, également en raison du coût élevé de l’énergie.

Lire aussi:  Les exportations de composants "made in Spain" augmentent de 10 % en 2021 et atteignent 20 milliards d'euros.

De même, un arrêt de travail est prévu pour la semaine prochaine, initialement pour toute la semaine, bien que lundi, mardi et mercredi, quelques lignes travailleront, de sorte que l’activité sera arrêtée « à coup sûr » jeudi et vendredi.

M. De la Peña a indiqué que l’entreprise adapte les horaires des employés aux travaux sur les lignes et que, jusqu’à présent, elle ne prend pas de mesures en raison de l’augmentation des coûts de l’énergie et des matières premières, qui « sont assumés par les clients ».

Lire aussi:  L'atelier de batteries de l'usine Stellantis de Figueruelas fête un an d'activité

Quant à la grève des transports, il a souligné que jusqu’à présent, elle n’affecte pas l’usine car elle a fait un approvisionnement en matières premières, mais a noté qu’elle est « à la limite ».

Dans ce sens, il a détaillé qu’ils n’ont pas de plateaux pour placer les pièces car « ils n’arrivent pas », ce qui a fait que certaines lignes ont dû s’arrêter car, bien qu’ils fabriquent des pièces, ils n’ont pas où les placer.

L’usine dispose d’un plan de licenciement temporaire (ERTE) en vigueur depuis 2021 pour l’ensemble de son effectif de 532 travailleurs.

Article précédentUkraine – La CEDH continuera à examiner les plaintes contre la Russie jusqu’à la mi-septembre
Article suivantMaroc-Actu – La démonétisation des vidéos YouTube « problématiques » n’est pas une stratégie efficace, selon une étude