Accueil Divertissements Ouverture des activités du 23ème Festival International du Cinéma Africain à Khouribga

Ouverture des activités du 23ème Festival International du Cinéma Africain à Khouribga

390
0

La 23e édition du Festival international du cinéma africain s’est ouverte à Khouribga, du 6 au 13 mai, sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
La cérémonie d’ouverture du festival, organisée par la Fondation du Festival international du cinéma africain de Khouribga, dont le cinéma camerounais était l’invité d’honneur, s’est déroulée en présence de représentants des autorités locales de la ville de Khouribga, et de diplomates africains accrédités auprès de Rabat, en plus des événements cinématographiques et culturels du Maroc et de plusieurs pays arabes et africains.
Dans un discours prononcé à cette occasion, le président de la Fondation, Habib El Malki, a déclaré que ce festival représente « une opportunité pour les cinéastes africains de communiquer avec le public de différents pays, de faire entendre leur voix et de présenter leurs œuvres au niveau international ». ajoutant que « le cinéma peut être un moyen efficace de rassembler les gens et de promouvoir le dialogue ». entre eux ».
Il a souligné que « les films présentés lors de cette session motiveront le public marocain avec une passion pour le cinéma », notant que « les films de la session en cours reflètent la diversité linguistique, culturelle et géographique de l’Afrique, et définissent une diversité entre drame, comédie et documentaires sociaux. »
Al-Maliki a également exprimé ses remerciements à « tous ceux qui n’ont ménagé aucun effort pour élever le festival au plus haut niveau du continent », faisant référence à l’un de ses fondateurs, feu Noureddine Al-Sayel, le considérant comme « une grande figure du cinéma africain qui a consacré sa vie à promouvoir le septième art sur le continent. »
Pour sa part, le président du conseil municipal de Khouribga, Mohamed Zakrani, a exprimé sa joie d’avoir organisé la 23ème édition du Festival International du Cinéma Africain à Khouribga, exprimant ses sincères remerciements pour toutes les manifestations cinématographiques présentes dans cet événement culturel africain majeur. .
Il a ajouté que le festival est aussi une occasion de promouvoir les valeurs d’ouverture et de dialogue entre les cultures, sous la conduite avisée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et de renouveler l’attachement du Royaume à ses racines africaines.
D’autre part, la cérémonie d’ouverture a rendu hommage au réalisateur et producteur de films, Drissa Touré, du Burkina Faso, « en reconnaissance de sa longue et merveilleuse carrière artistique et de son parcours riche et impressionnant ».
Douze films de 10 pays africains sont en lice pour les prix de la compétition officielle des longs métrages, à savoir « Jalal Eddine » de Hassan Benjelloun (Maroc), « L’Oasis de l’eau gelée » de Raouf Sabahi (Maroc), « Cedrac » de Narcisswandji (Cameroun) et « L’usine du fermier ». » du réalisateur Dunk John Eystein (Cameroun), en plus des films « I Am the Fortune » de son réalisateur Marc-Henri Wagenerk (Congo), « Aspects » de son réalisateur Mehdi Hamili (Tunisie), « Thorns of the Coast » de son réalisateur Boubakardialo (Burkina Faso), et « The Citizen Kwame » de Yohei Amuli (Rwanda), « 19B » d’Ahmed Abdallah (Egypte), « The Hole » d’Angela Wangikomay (Kenya), « Mapu Nakuzandra » de Lariadinlina et Zampaolo (Mozambique), et le film « Extra Courage » des réalisateurs Billy Toure et Laurent Chevalier (Guinée).
Les prix officiels de la compétition pour le long métrage se répartissent en le « Grand Prix », qui porte le nom de l’écrivain et réalisateur sénégalais (Osman Sambin), le « Prix du Jury », qui porte le nom (Nour El Din Al-Sayel) , et le «Prix de la réalisation» qui porte le nom du réalisateur burkinabé (Idrissa Wedrako), et le «Prix du scénario», qui porte le nom de l’écrivain et critique de cinéma égyptien (Samir Farid), et le «Prix du meilleur rôle féminin », qui porte le nom de l’actrice marocaine (Amina Rasheed), ainsi que le « Prix du meilleur rôle masculin » qui porte le nom de l’acteur marocain (Mohamed Bastawi).
Le jury de la compétition officielle du long métrage, qui sera présidé par la réalisatrice burkinabé Medea Stanielsas Bemel, comprend Faiza Hindawi (Egypte), Naoufel Barawi (Maroc), Pedro Simao Claudio (Angola) et Desiree Begro (Côte d’Ivoire ).
Parmi les développements de la session de cette année figure l’organisation de la compétition officielle du court métrage, qui comprend le « Grand Prix » portant le nom du producteur tunisien (Najib Ayad), et le « Prix du Jury » portant le nom du réalisateur béninois réalisateur (Bolan Somanovira).
Quinze courts métrages de 13 pays sont en compétition pour les deux prix. Et il s’agit de « Corbis » de Mourad Khallou (Maroc), « Kibo » d’Abdou Lai Soi (Sénégal), « Kourie Fide » de Fransky Tohonon (Bénin), « Hotness » de Boris Oui (Côte d’Ivoire), et « Ramy » de Hamdi Wahba (Egypte), « Goa Kali » de Gwach Umandi (Kenya), « Oji » de John-Luc Mitana (Rwanda), « Da Broken Mask » de Kago Edhidpor (Nigeria), puis le film « Ziwa » de Samuel Tebandik (Ouganda).
Outre les films « Molika » de Leo Nelke (République Démocratique du Congo), « Fabula » de Jared Elias (Tunisie), « My Dear Ward » de Marwa El Sharkawy (Egypte), « Eyatra » de Rugabisha Kenny Kasim ( Rwanda), et « Tsutsu » d’Amarti Armar (Ghana), puis le film « Market » de Caston Boncongo (Burkina Faso).
Le jury de ce concours sera présidé par l’actrice marocaine Salima Benmoumen, aux côtés de Vadunukubo Oulu Sitondji Dimitri (Bénin) et de Przybyl Catherine Silvie Monique (France).
Il est à noter que le Festival international du cinéma africain, organisé à Khouribga depuis 1977, et qui est l’un des plus anciens festivals de cinéma au Maroc, a pour objectif de promouvoir le cinéma africain et l’industrie cinématographique, et d’échanger sur des sujets d’intérêt pour le secteur du septième art. , que ce soit en Afrique ou à l’étranger.
Ce festival, qui est considéré comme le troisième continental après les festivals de Vespaco (1969) et de Carthage (1966), cherche tout au long de sa longue histoire à lier des passerelles avec ces deux festivals et le reste des autres dates cinématographiques traitant du septième art africain.

Lire aussi:  Dragon Ball Super : Super Hero révèle le nouveau look de Broly lors de son retour

Marrakech, 2023-05-07 18:09:18 (Maroc-Actu) –

Article précédentQNET présente la Manchester City Victory Cup au Maroc
Article suivantOuverture du premier salon pédagogique des smart cities à l’échelle africaine à Casablanca