Accueil Economie Raho menace les compagnies pétrolières de nouvelles sanctions si elles ne respectent...

Raho menace les compagnies pétrolières de nouvelles sanctions si elles ne respectent pas leurs obligations envers le Conseil de la Concurrence

208
0

Le président du Conseil de la concurrence, Ahmed Raho, a confirmé que les sociétés pétrolières opérant dans la fourniture, le stockage et la distribution de l’essence et sur les marchés de l’essence, qui ont fait l’objet de censures dans le dossier des carburants, pourraient s’exposer à de nouvelles sanctions si elles ne le font pas. respecter leurs obligations envers le Conseil.
Raho a déclaré, dans une interview publiée par Maroc Hebdo dans son dernier numéro, « En ce qui concerne la crainte de commettre de nouvelles violations, en ne respectant pas les obligations imposées par le Conseil, des sanctions pourraient être à nouveau prononcées ». Le Conseil surveille, et s’il constate une violation des obligations, il y aura des avertissements et, si nécessaire, des sanctions seront imposées à ceux qui s’abstiendront d’appliquer les décisions.»
Raho a indiqué que le rapport du rapporteur général, publié en août 2023, contenait un certain nombre de critiques qui ont été communiquées aux acteurs du secteur des hydrocarbures.
Il a ajouté que le rapport souligne à la source que les services d’enquête ont conclu qu’il existait suffisamment d’arguments et de preuves indiquant que les entreprises concernées avaient commis des actes contraires aux règles de la concurrence sur les marchés nationaux de fourniture, de stockage et de distribution d’essence et d’essence. .
Le président du Conseil a expliqué que ces pratiques constituent une violation flagrante des exigences de la loi car elles limitent l’accès au marché et entravent la concurrence et son rôle dans la fixation des prix, notant que les entreprises concernées ont exprimé, dans le cadre de la loi , leur désir de bénéficier de la procédure de règlement prévue à l’article 37 de la loi sur la concurrence, qui prévoit un mécanisme de réconciliation pour régler les problèmes et les litiges liés à la concurrence.
Il a souligné que le Conseil de la concurrence privilégie toujours cette option lorsque les parties le demandent, car elle permet de clôturer les dossiers relativement rapidement sans recourir aux tribunaux.
Il a ajouté qu’en plus du paiement de l’amende pour l’accord de réconciliation, les parties concernées sont tenues, dans le cadre de cette procédure, de prendre des engagements qui seront mis en œuvre immédiatement, indiquant que les accords de réconciliation, une fois signés, auront un effet immédiat. alors que les obligations prises dans le cadre de la procédure de règlement des différends peuvent mettre du temps à se concrétiser. Ce que la procédure contentieuse permet de faire appel des décisions.
Parallèlement, le président du Conseil a évoqué le cadre juridique adopté pour évaluer l’amende infligée à neuf sociétés pétrolières et à leurs organisations professionnelles, d’un montant de 1,84 milliard de dirhams.
Il a souligné : « Nous nous appuyons sur une loi qui précise que dans le cadre d’un litige, c’est-à-dire en cas de recours aux tribunaux, la pénalité maximale qui doit être payée à titre d’honoraires dans le cadre du litige ne dépasse pas 10 pour cent du montant du litige. nombre de transactions pour une année et non pour toutes les années concernées. Il est naturel que, dans une procédure de conciliation, le montant maximum ne soit pas appliqué.
Selon Raho, la loi prévoit également que seul le chiffre d’affaires des activités en question, en l’occurrence l’essence et l’essence, soit pris en compte. « Il a donc fallu déduire du chiffre d’affaires total des sociétés pétrolières les activités qui ne sont pas liées au sujet en question. Après avoir calculé l’amende maximale en fonction de tous ces critères, la négociation commence. Les négociations ont été menées séparément avec chaque acteur individuellement.
Raho, pour sa part, a indiqué que la procédure de conciliation a abouti à un accord signé entre les parties et le rapporteur général, qui le soumet à la discrétion du Conseil pour approbation, ajoutant que l’accord entre en vigueur à partir de ce moment.
Il a également expliqué que l’amende devient payable immédiatement et est versée au trésor public.

Lire aussi:  Signature d'une convention de partenariat entre TAQA Maroc et l'Université Mohammed VI Polytechnique

Marrakech, 2023-12-06 18:21:04 (Maroc-Actu) –

Article précédentSon Altesse Royale le Prince Moulay Rachid : Le Festival International du Film de Marrakech est une invitation à connaître les autres, à développer l’esprit d’empathie et à partager ses expériences.
Article suivantApprobation d’une feuille de route commune visant à dynamiser le marché boursier