Accueil L'International Royaume-Uni/Iran : deux ressortissants britannico-iraniens libérés par l’Iran arrivent au Royaume-Uni

Royaume-Uni/Iran : deux ressortissants britannico-iraniens libérés par l’Iran arrivent au Royaume-Uni

538
0

Marrakech, 17 Mar. (Maroc-Actu) –

Les ressortissants irano-britanniques Nazanin Zaghari-Ratcliffe et Anoosheh Ashouri ont atterri tôt jeudi matin au Royaume-Uni, après une escale à Oman, après avoir été libérés mercredi par les autorités iraniennes à la suite d’un accord avec Londres.

Zaghari-Ratcliffe et Ashoori ont atterri à la base d’Oxfordshire, où ils ont été accueillis par leurs familles. Elika Ashoori, fille de l’homme d’affaires Anoosheh Ashouri, a posté une photo sur son compte Twitter avec le message suivant : « Le bonheur en une image ».

La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a déclaré que la libération était une inconnue « jusqu’à la dernière minute » et a ajouté que les derniers jours avaient été « très émouvants » pour les deux familles. « Je suis ravie que Nazanin et Anoosheh soient de bonne humeur », a-t-elle déclaré.

« J’ai remercié les familles pour le stoïcisme dont elles ont fait preuve pendant cette période vraiment difficile. C’est fantastique de les accueillir en toute sécurité au Royaume-Uni », a-t-il déclaré, comme le rapporte la BBC.

Lire aussi:  AMP-Ukraine : Biden, Macron, Johnson et Scholz appellent la Russie à cesser "immédiatement" ses attaques contre les civils en Ukraine

Truzz a également déclaré que Morad Tahbaz, qui possède la double nationalité britannique et américaine, a été libéré de prison, bien qu’il n’ait pas encore reçu l’autorisation de quitter le pays. Il s’est félicité du fait que l’homme « a été réuni avec sa famille en Iran », mais a souligné que « cela est loin d’être suffisant ».

Les pourparlers entre Londres et Téhéran ont débuté après qu’un tribunal iranien a rejeté, en octobre 2021, un appel contre une deuxième peine de prison infligée au militant. La sentence est une peine d’un an de prison et une interdiction de quitter le pays pendant un an, et elle a déjà purgé cinq ans pour espionnage.

L’affaire serait liée au non-paiement par le Royaume-Uni d’une dette historique envers l’Iran de 400 millions de livres (environ 473 millions d’euros). Londres affirme que les sanctions contre l’Iran empêchent le paiement du remboursement des fonds versés pour l’achat de chars de combat Chieftain avant la révolution islamique de 1979, qui n’ont jamais été livrés.

Lire aussi:  M. Sánchez invite les quatre anciens présidents à échanger leurs points de vue sur la crise ukrainienne

Mme Truss a elle-même déclaré mercredi que la dette est « légitime » et que les autorités du pays européen « cherchent des moyens de la rembourser ». Elle a également souligné que la libération de Zaghari-Ratcliffe et des autres détenus « est une priorité absolue » pour Londres.

Mme Zaghari-Ratcliffe, 44 ans, de la Fondation Thomson Reuters, a été libérée sur parole en mars après avoir purgé cinq ans de prison pour conspiration et espionnage. Toutefois, peu de temps après, elle a été inculpée de nouvelles charges de propagande contre la République islamique pour avoir participé en 2009 à une manifestation devant l’ambassade d’Iran à Londres et fait des déclarations au service Farsi de la BBC.

Parallèlement, l’homme d’affaires Anoosheh Ashouri a été arrêté en août 2017 alors qu’il se rendait dans le pays pour rendre visite à sa mère et a été condamné en 2019 à douze ans de prison pour espionnage au profit d’Israël et corruption.

Article précédentDenis Villeneuve affirme que le scénario de Dune 2 est « presque terminé ».
Article suivantMichelin suspend son activité industrielle et ses exportations vers la Russie