Accueil Divertissements Saison théâtrale : signes et aspirations – bayanealyaoume

Saison théâtrale : signes et aspirations – bayanealyaoume

212
0

Nombres et significations

L’année 2023 nous quitte, laissant derrière elle un calendrier de questions sur la réalisation théâtrale, qui nous oblige désormais à nous arrêter, ne serait-ce qu’un instant, à une contemplation et une responsabilisation capables de formuler une production de questions pouvant contribuer à réorganiser la scène théâtrale marocaine, et anticiper une pratique théâtrale capable de relever tous les défis… pour cela. Pour finir, dans cette présentation, nous suivrons le langage des nombres comme une approche inductive qui pourrait nous donner une idée de ce qu’est le mouvement théâtral au Maroc, car peut-être que ce langage des nombres pourrait nous aider à formuler un ensemble de questions détaillées qui interroger la réalisation théâtrale dans son rapport à la créativité en général, et les politiques publiques qui assurent la gestion du dossier théâtral, et son rapport avec les institutions théâtrales et leurs différentes composantes, notamment les troupes théâtrales, que nous considérons comme l’un des mécanismes garantissant la continuité de cet acte, que ce soit au niveau structurel, organisationnel et juridique ou au niveau créatif, qui a commencé à soulever de nombreuses questions de détail, liées à la nature, aux points de départ et aux fondements qui contrôlent le processus. Les méthodes de travail de nombreux créateurs de spectacles de théâtre.
Dans cet article, nous nous limiterons à l’aspect lié au langage des chiffres, et au nombre de projets qui ont reçu un soutien à tous les niveaux, un soutien à la production et à la promotion, un soutien aux tournées nationales et un soutien à la localisation théâtrale, comme au cours de l’année. En 2023, 99 projets théâtraux ont été soutenus, soit environ 99 institutions théâtrales qui ont bénéficié du soutien, qui équivaut à la réalisation de 99 œuvres théâtrales, sont des chiffres qui n’ont certes pas encore atteint les ambitions du mouvement théâtral, mais en même temps à la fois ils nous amènent à nous interroger sur l’impact laissé par cette dynamique liée au nombre d’œuvres théâtrales au cours d’une saison théâtrale entière, en partant de l’hypothèse que chaque troupe Une pièce était présentée sur une moyenne de 6 représentations théâtrales, pour un total de 594 représentations théâtrales durant cette « saison théâtrale ». Seules les représentations entrant dans le cercle de soutien théâtral sont prises en compte ici.
Parler ici de la saison théâtrale se limite uniquement à la période comprise entre le moment de la production des spectacles théâtraux qui a commencé dans les derniers mois, du début avril à la fin décembre 2023, ce qui signifie que la durée de la saison n’a pas dépassé cinq mois. , ce qui nous amène à nous demander comment est géré le temps théâtral, depuis la réalisation des représentations jusqu’aux tournées théâtrales, la nature des espaces parcourus par ces représentations, dont le nombre était approximativement prédéterminé à 594, et le pourcentage de la participation du public à ces représentations.? Et aussi le volume des suivis de presse et des articles critiques qui ont suivi ces expériences avec leurs différents choix intellectuels et artistiques. Des questions qui peuvent nous placer devant le dilemme d’exprimer en toute objectivité la situation théâtrale au Maroc, étant donné qu’il existe une contradiction flagrante entre la réalité des chiffres et la réalité de la pratique théâtrale dans son rapport au temps théâtral.
Cet article arrive à l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale du Théâtre (27 mars de chaque année), et l’occasion est une condition, pour contribuer à évaluer l’expérience d’accompagnement théâtral dans son exhaustivité et réaliser le processus de suivi pour la rendre Il est clair que la crise de la pratique théâtrale est une crise structurelle qui existe toujours malgré les efforts et les mesures qui ont tenté de former les caractéristiques d’une saison théâtrale, mais chaque fois que nous revenons au point zéro et avec lui nous posons à nouveau les mêmes questions et problèmes qui peut devenir plus complexe, avec la prolifération des institutions théâtrales (la troupe), et le passage inconditionnel du hobby au professionnalisme, sans définir de concepts clairs et spécifiques pour les deux concepts, de sorte que le soutien passe d’un mécanisme à un objectif. .

Lire aussi:  Festival international de théâtre et d'arts visuels de Dar Al Fan dans sa quatrième session

Acte théâtral entre existence et existence

Depuis que la politique de soutien a été approuvée dans toutes ses étapes en 1998 jusqu’à aujourd’hui, soit près d’un quart de siècle, les politiques successives de gestion des affaires théâtrales n’ont pas pu déterminer les caractéristiques de la saison théâtrale, que nous considérons comme être un point d’entrée essentiel pour aborder bon nombre des problèmes liés à la gestion du temps théâtral et à la nature des contrats. Parmi ceux qui travaillent dans ce domaine, qui connaît beaucoup de troubles en raison de l’absence d’un agenda qui facilite le processus de négociation et facilite les moyens de production et de promotion du travail théâtral, ce qui caractérise l’élément dominant de la scène théâtrale générale par une sorte de chaos et d’ambiguïté. La plus importante de ces raisons est peut-être l’absence d’un agenda définissant la nature des contrats et les reliant à leur époque. Ses lieux, qui imposent la nature d’obligations, y compris de droits et de devoirs, qui n’ont pas pu, jusqu’à présent, et à travers toutes les étapes d’accompagnement, contribuer à la restriction de la pratique théâtrale, contribuent à renforcer ce que l’on pourrait appeler « la répertoire du théâtre marocain.
Dans notre discussion ici, nous devons faire la distinction entre le phénomène théâtral lié à des facteurs socioculturels et politiques, à travers lesquels se forme le tableau général de l’état du mouvement théâtral au niveau national, et la créativité théâtrale liée aux efforts qui peuvent être liés à des personnes qui, dans ce climat, ont pu créer une distinction aux niveaux national et régional. Cette distinction, qui était censée réaliser une avancée qualitative dans le traitement de la production théâtrale… Cependant, en réalité, on ne peut séparer la réalité du mouvement théâtral du contexte général de la réalité de la culture au Maroc, et de la hiérarchie qu’il constitue. dans le cadre des priorités de l’État. Ici, un problème nous est présenté. Fondamental : Adopte-t-on vraiment une politique culturelle liée à toutes les transformations dont la société marocaine a pris conscience, mais aussi aux productions artistiques qui nous déferlent d’ici et d’ailleurs ? Des questions d’hier préoccupent-elles encore aujourd’hui l’esprit du créateur de théâtre, comme la question de l’engagement, de l’identité, de la forme ou du contenu ? , aliénation et esclavage, etc.? Ou bien la question de la créativité, en tant qu’essence, est-elle absente de l’arène théâtrale, restée l’otage du support théâtral et de ses mécanismes ?
Le pari du théâtre marocain, et malgré les réalisations importantes qu’il a réalisées, est lié, comme évoqué précédemment, aux créateurs qui ont créé l’exception et ont permis au théâtre marocain d’atteindre une distinction arabe sans précédent, que ce soit en matière de créativité ou de critique, notre théâtre est confronté à des défis majeurs, qui exigent que le dramaturge soit plus conscient. De toute autre étape de son approche du théâtre comme acte lié à l’existence humaine, lié à son être et à l’anxiété qui lui est imposée en s’interrogeant sur les enjeux qui tournent dans son orbite, dans son environnement et ceux liés à l’existence humaine.
Nous reformulons ici les questions que j’avais soulevées précédemment dans des articles précédents, dont une question détaillée, sur « la question du théâtre dans sa relation avec la structure de la société marocaine », et sur les chocs auxquels la pratique théâtrale a été exposée tout au long de son histoire. ont certainement bouleversé la structure interne du théâtre et de la pensée collective. Pour les dramaturges, ce qui dans de nombreux cas s’est transformé en un « mode de vie » après avoir été auparavant un « mode de vie », car cette équation est devenue principalement régie par le langage de la « diarrhée ».

Lire aussi:  Présentation de la pièce "Mon Pays, Ma Peau" à Fès

Écrit par : Hassan Hamoush
Directeur de théâtre/Président de la Fédération Marocaine des Groupes Professionnels de Théâtre

Marrakech, 2024-03-26 18:11:04 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa Fondation Tamweelcom tient sa huitième réunion du conseil d’administration
Article suivantLa CGEM et le CESE s’associent pour faire progresser la réflexion et le dialogue au bénéfice du développement social et économique