Accueil Divertissements Soulignant la nécessité de renforcer le cadre législatif du droit d’auteur pour...

Soulignant la nécessité de renforcer le cadre législatif du droit d’auteur pour faire progresser les industries cinématographiques en Afrique

518
0

Des responsables, universitaires et cinéastes africains ont souligné, mardi à Rabat, la nécessité de renforcer le cadre législatif du droit d’auteur afin de faire progresser les industries cinématographiques du continent et de les rendre plus compétitives.
Cela s’est produit lors d’une table ronde sur le thème « Droit d’auteur et droits voisins : modèles d’emploi et conditions dans le contexte post-crise sanitaire », dans le cadre de la première session de l’événement des Journées du cinéma africain.
Les experts ont expliqué qu’il s’agit principalement de l’établissement de lois dans le domaine du droit d’auteur et des droits voisins qui permettent aux structures et sociétés de gestion d’intervenir pour percevoir ces droits.
« Le cinéma en Afrique est une industrie florissante qui génère une grande valeur économique », a déclaré Samuel Sangwa, directeur régional pour l’Afrique de la Fédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs. Il faut donc aujourd’hui mettre en place des cadres juridiques et institutionnels permettant de rémunérer les créateurs d’œuvres cinématographiques africaines.
Il a souligné qu' »en Afrique, il existe 37 associations de droit d’auteur, dont l’Office marocain du droit d’auteur, cependant, il manque encore des mécanismes permettant aux créateurs africains de vivre de leur travail et d’accéder à l’indépendance financière », soulignant qu’il Il est important d’adopter des lois qui prévoient « une indemnisation équitable, dans tous les pays du continent ».
Pour sa part, le directeur général de l’Association sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins, Alli Bathily, a indiqué que « si certains droits peuvent être gérés individuellement, il arrive parfois qu’une mesure collective soit la seule alternative qui permette aux ayants droit d’être équitablement indemnisé. »
Bathily a également souligné « la nécessité d’harmoniser les législations dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine, dans l’intérêt d’un marché africain sûr et attractif », soulignant que « l’avenir de ce secteur, complexe et contingent à la fois , dépend du mécanisme juridique du continent. »
Pour sa part, la directrice par intérim de l’Office marocain du droit d’auteur, Dalal Mohamedi Alaoui, a passé en revue l’expérience marocaine dans le domaine de la protection du droit d’auteur, notant que « la perception de ces droits dans le domaine audiovisuel passe par l’office et les usagers des cinéma et audiovisuel.
Elle a ajouté : « Pendant la période de la crise sanitaire liée au Covid-19, l’office a entamé des opérations régulières de distribution afin que les auteurs d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles puissent obtenir une rémunération pour leur travail ».
Les participants à cette table ronde ont également appelé à sensibiliser les acteurs du secteur à leurs droits grâce à des contenus numériques innovants qui touchent un large public.
A noter que les Journées du Cinéma Africain de Rabat sont organisées à l’initiative de la Fondation Hiba avec le soutien du Ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, dans le cadre des célébrations de Rabat Capitale Africaine de la Culture 2022.
Cet événement, qui se poursuivra jusqu’au 16 mars, vise à promouvoir l’industrie cinématographique sur le continent et la connaissance artistique du continent, et à renforcer la synergie et la coopération entre les pays du Sud qui contribuent à la pérennité de l’industrie cinématographique en son sein. .

Lire aussi:  Saison théâtrale : signes et aspirations - bayanealyaoume

Marrakech, 2023-03-15 18:18:11 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe Maroc entend adapter son économie à la menace climatique croissante
Article suivantLe Maroc consacre ses efforts à accélérer la dynamique de la logistique