Accueil Auto/moto Switch lance son projet « futur » à Valladolid, avec un investissement de 100...

Switch lance son projet « futur » à Valladolid, avec un investissement de 100 millions d’euros

823
0

L’entreprise commencera la construction de l’usine dans les prochains mois pour entamer sa première phase, la production de bus électriques.

VALLADOLID, 18 mars. (Maroc-Actu) –

L’entreprise indienne Switch Mobility a posé ce vendredi la première pierre de son usine d’autobus et de véhicules légers électriques, ainsi que de son centre d’innovation et de batteries à Valladolid, qui sera déclaré, comme l’a confirmé le président de la Junta de Castilla y León, Alfonso Fernández Mañueco,  » projet industriel prioritaire « .

Les terrains de l’ancienne sucrerie Acor, à côté de l’Avenida de Santander, ont accueilli la cérémonie de pose de la première pierre ce vendredi, qui comprenait également un rituel traditionnel hindou (« Puja »), car le 18 mars est célébré dans le sous-continent asiatique comme « Holi », une fête « de la vie, de l’amour et des couleurs ».

Ont participé à l’événement les autorités locales, régionales et municipales, ainsi que des représentants indiens de la famille Hinduja – principal actionnaire privé de la société Switch -, le conseil d’administration de Switch lui-même, dirigé par son PDG Andy Palmer, et des représentants diplomatiques, notamment les ambassadeurs en Espagne de l’Inde, Dinesh Patnaik, et du Royaume-Uni, Hugh Elliot.

Tous les représentants, dont le maire de Valladolid, Óscar Puente, la ministre des transports, de la mobilité et de l’urbanisme, Raquel Sánchez, et le président du gouvernement régional, Alfonso Fernández Mañueco, se sont accordés sur l’importance d’un projet axé sur la mobilité durable, tel que celui proposé par l’entreprise indienne dans la ville de Valladolid avec le concept de  » zéro émission de carbone « .

Switch a posé ce vendredi la première pierre de ce qui sera, comme l’a souligné le président du groupe Hinduja, Dheeraj Hinduja, la première usine du groupe sur le continent européen, puisqu’ils sont présents dans les îles britanniques depuis un certain temps, d’une part avec Ashok Leyland – l’un des prédécesseurs du groupe actuel – et, d’autre part, avec Optare, une entreprise anglaise qu’ils ont acquise en 2014 et qui fournit des véhicules de transport de passagers à des conseils municipaux comme celui de Londres.

Hinduja a rappelé que l’entreprise prévoit de créer 2 000 emplois directs et un nombre supérieur de contrats indirects, estimés à environ 5 000, avec un investissement de 100 millions d’euros dans ce projet, qui sera développé sur un terrain de 14 hectares à la périphérie de la ville.

Le président du groupe a précisé que la construction de l’usine commencera d’ici un an avec la production de bus électriques à zéro émission de carbone. Ensuite, une deuxième phase sera abordée, avec l’installation d’un centre d’innovation et d’une usine de production de batteries, et une troisième, avec une nouvelle gamme de véhicules légers électriques.

Lire aussi:  Les constructeurs défendent l'avenir des concessionnaires mais appellent à leur transformation

Le chef d’entreprise a expliqué que les bus seront d’abord commercialisés en Europe, avant de faire le saut aux États-Unis, prévu « en 2024 ou 2025 ».

Hinduja a souligné avec gratitude les relations intenses qu’il a entretenues ces derniers mois avec les administrations espagnoles telles que la mairie, le gouvernement régional et le gouvernement espagnol, tout en précisant qu’ils ont déjà des contacts avec des « agents régionaux et nationaux » pour le travail de l’entreprise à Valladolid dans les prochaines années.

« UN CONCURRENT REDOUTABLE » EN MATIÈRE DE MOBILITÉ DURABLE

Grâce à tout cela, il est convaincu que « l’Inde et l’Espagne » créeront un « concurrent redoutable sur le marché international » de la mobilité durable.

En ce qui concerne le projet, le président de la Junta a déclaré aujourd’hui que le gouvernement régional a confirmé que le gouvernement régional travaille déjà sur la demande soumise par Switch Mobility pour la déclaration de son projet d’usine et de centre de recherche de bus électriques à Valladolid comme « projet industriel prioritaire ».

M. Fernández Mañueco a souligné le soutien de la Junte à ce projet depuis le début, et a déclaré qu’une première réunion a eu lieu en avril de l’année dernière et que depuis lors, il y a eu une « collaboration intense » pour faire de cette initiative une réalité. En outre, en octobre, le protocole de collaboration a été signé entre la Junte et la société indienne.

« Nous sommes tous à vos côtés », a déclaré le chef de l’exécutif par intérim, qui a rappelé les différentes réunions tenues pour faire le point sur les différentes lignes d’aide à l’investissement, au financement, à la R+D+i, au recrutement et à la formation disponibles. En outre, a-t-il souligné, des réunions ont également eu lieu avec l’administration d’État, ce qui constitue un « exemple » de collaboration public-privé et inter-administrative.

Pour sa part, la ministre Raquel Sánchez a souligné la valeur du projet en termes de création de 7 000 emplois, et l’a présenté comme un exemple de la politique du gouvernement espagnol, qu’elle représente, puisqu’elle a avancé qu’au cours du mois de mars, 30 000 emplois devraient être créés dans le pays, ce qui portera le nombre de personnes actives à 20 millions.

Pour Raquel Sánchez, cette action est également « une grande opportunité » car, selon elle, « elle montre que l’Espagne est une référence dans le secteur automobile, dans son industrie auxiliaire et dans sa durabilité et sa transformation ». Le secteur, a-t-elle rappelé, est confronté à « une véritable révolution ». Un modèle 100 % électrique est une étape importante pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles, a-t-elle ajouté.

Lire aussi:  Volkswagen Navarra reprend ses activités mardi avec une "incertitude" pour le reste de la semaine

Lors de son discours, M. Sánchez a rappelé que le gouvernement s’attaque actuellement, par le biais du plan de relance, de transformation et de résilience (PRTR), à des objectifs  » très ambitieux  » en termes de durabilité et de numérisation de l’ensemble de notre industrie, ainsi que de modernisation et de transformation du secteur de la production automobile. Ainsi, le plan comprend des objectifs importants en matière de mobilité électrique, qui passerait de 78 400 véhicules électriques à 250 000 en 2023 et de 7 879 points de recharge à 100 000.

Il a également fait référence au plan Moves III, avec un investissement initial de 400 millions d’euros pour l’achat de voitures électriques ; à l’investissement de 13 200 millions que le PRTR prévoit de mobiliser, plus 11 300 millions gérés par le ministère des Transports, de la Mobilité et de l’Agenda urbain, dont 2 900 millions sont destinés aux zones à faible émission et à la transformation du transport urbain – la mairie de Valladolid a déjà reçu des fonds de plus de 11 millions d’euros pour ces questions.

Il a également annoncé que, dès cette année, davantage de fonds seront répartis entre les communautés et qu’un nouveau paquet d’aide de 500 millions d’euros pour la mobilité durable dans les zones urbaines et métropolitaines sera annoncé avant l’été.

D’autre part, M. Puente a rappelé qu’il y a six ans, il avait participé à une cérémonie « Holi » lors d’une visite des installations de l’entreprise Lingotes Especiales en Inde et qu’il n’imaginait pas qu’un événement similaire pourrait être organisé pour l’arrivée d’une entreprise comme Switch à Valladolid.

Pour cette raison, il a remercié le travail du personnel de l’entreprise et du conseil municipal pour avoir facilité l’arrivée et la volonté d’Acor de parvenir à un accord pour que Switch puisse acquérir le terrain.

D’autre part, il a reflété que bien que le secteur automobile se trouve dans une situation d’une certaine « incertitude », également conditionnée par la situation internationale, le secteur de la mobilité durable dispose déjà d’importantes projections pour l’avenir, raison pour laquelle le projet Switch donne « espoir et certitude » à Valladolid et Castilla y León.

Après la bénédiction du « Holi », des représentants de l’entreprise et des politiciens ont participé à la pose de la première pierre, à laquelle ont été ajoutées des briques et des fleurs symboliques qui ont été bénies lors de la cérémonie.


651534.1.260.149.20220318162235

Vidéo de l'actualité


Article précédentRépublique centrafricaine – La CPI se félicite de la reddition par le Tchad d’un chef de milice  » anti-balaka  » en RCA
Article suivantDéconnexion : Cette femme a peur lorsque son mari se cache dans un ours en peluche pour lui faire une surprise.