Accueil Divertissements « White Lie » couronne les noms des réalisateurs d’une étoile d’or

« White Lie » couronne les noms des réalisateurs d’une étoile d’or

210
0

Lors de la cérémonie de clôture de la vingtième session, avant-hier samedi, au Palais des Congrès de la Ville Rouge, le jury du Festival international du film de Marrakech a couronné le film documentaire : « Mensonges blancs », de la réalisatrice marocaine Asmaa El -Moudir, avec « l’Étoile d’Or ».
Le Prix du Jury a été attribué à parts égales à mon film. « Gangs » du réalisateur marocain Kamal Azraq et « Bye Bye Tiberias » de la réalisatrice palestinienne Lina Sawalem. Sa mère, Hiam Abbas, a reçu le prix.
La réalisatrice sénégalaise Ramata-Tolay Sy a remporté le « Prix de la réalisation » pour son film « Bannel et Adama ».
Par ailleurs, le jury du festival a décerné le prix de la « Meilleure actrice » à Asya Zara Lakomdzia pour son rôle dans le film « Picnic », réalisé par la réalisatrice bosniaque Una Konjak, tandis que le prix du « Meilleur acteur » a été attribué à Duka Karakas pour son rôle dans le film film « Le Dortoir », réalisé par le réalisateur turc. Rivière de thon.
La victoire d’un réalisateur marocain à ce festival est considérée comme un précédent dans son histoire, d’autant plus que les noms des réalisateurs avaient auparavant bénéficié des « Ateliers Atlas », le programme industrie cinématographique du festival, créé en 2018, et c’est le programme à partir duquel Kamal Azraq et Ramata-Toulay Si, également sacrés, en ont profité. Ce cours.
Le couronnement de ces trois œuvres, en compétition avec 11 autres œuvres, pendant neuf jours, confirme le rôle de la plateforme du festival dans l’accompagnement des nouveaux talents du cinéma du monde arabe et d’Afrique.
Asmaa la réalisatrice a exprimé sa joie de cette victoire, considérée comme un point culminant pour l’industrie cinématographique locale, soulignant que ce résultat est intervenu après qu’elle ait suivi un groupe de formation dans les ateliers Atlas du Festival International du Film de Marrakech, où elle avait auparavant reçu le Prix Atlas du Développement (5 000 euros) en 2019 et le Prix Atlas de la Post-Production (20 000 euros) en 2021.

Large interaction

Le jury de la vingtième édition du festival était composé de huit personnalités venues des cinq continents, présidé par Jessica Chastain, et comprenait l’actrice franco-iranienne Zar Amir, l’actrice française Camille Cottan, l’acteur et réalisateur australien Joel Edgerton, le britannique la réalisatrice Joanna Hook, la réalisatrice américaine Dee Rees et le réalisateur suédois d’origine égyptienne Tariq Saleh, l’acteur suédois Alexander Skarsgård et l’écrivaine franco-marocaine Laila Slimani.
Cette session a vu la participation d’un public nombreux qui a assisté aux projections de films et aux différentes sections du festival, puisque près de 21 000 participants ont été agréés et ont reçu gratuitement leur carte électronique.
Comme chaque année, le festival a connu la participation d’environ 8 000 étudiants, enfants et adolescents de la région, qui ont assisté aux projections de films programmés dans la section « Cinéma pour publics émergents », dont 750 enfants de la région d’Al Haouz.
Le festival, organisé malgré des circonstances difficiles, a été dédié à l’honneur de deux personnalités du cinéma international et marocain, l’acteur danois Mads Mikkelsen et le réalisateur marocain Faouzi Bensaidi.
Dans un contexte connexe, de nombreux noms célèbres de professionnels marocains et internationaux ont répondu à l’invitation du Festival de Marrakech, dont 10 personnalités venues des cinq continents pour participer à l’émission « Dialogue avec… », qui a été témoin d’entretiens intimes libres de toutes restrictions. avec l’acteur et réalisateur australien Simon. Baker, le réalisateur marocain Faouzi Bensaidi, le réalisateur français Bertrand Bonello, l’acteur américain Willem Dafoe, le réalisateur et producteur indien Anurag Kashyap, la réalisatrice japonaise Naomi Kawase, l’acteur danois Mads Mikkelsen, l’acteur et réalisateur américano-danois Viggo Mortensen, l’actrice écossaise Tilda Swinton, la réalisatrice russe et scénariste. Andreï Zviaguintsev.
D’autre part, le public du festival a pu découvrir 75 films en provenance de 36 pays répartis en plusieurs sections : la compétition officielle, les séances festives, les séances spéciales, le onzième continent, le panorama du cinéma marocain, le cinéma destiné aux publics émergents, en plus de les films projetés dans le cadre des honneurs.

Lire aussi:  M. Poutine se compare à J.K. Rowling et affirme que la Russie est également victime de la "culture de l'annulation" occidentale.

Ateliers Atlas

Chaque année depuis 2018, les « Ateliers Atlas », le programme industrie et développement du festival, voient la présence de plus de 300 experts professionnels internationaux pour 25 projets et films en phase de développement ou en tournage venus de 11 pays. Au cours de ses six sessions, les « Ateliers Atlas » ont soutenu 136 projets et films cinématographiques, dont 57 projets et films marocains, et trois des films primés cette année.
Cette vingtième session a également vu la participation distinguée de 900 professionnels marocains et une couverture médiatique importante, puisque 163 plateformes médiatiques ont été approuvées et 518 journalistes et photographes y ont participé.
Cette séance, organisée sous le signe de la sobriété, s’est également caractérisée par une forte participation des cinéphiles et des rencontres intimes entre les professionnels du cinéma et le public, lors des rencontres de dialogue et d’échanges qui ont suivi les projections des films. Cette année, le festival a également mis l’accent sur la diversité des expériences cinématographiques internationales, contribué à révéler de nouveaux talents et donné aux festivaliers l’opportunité de rencontrer de grands noms du cinéma international.
Ainsi, la vingtième session du Festival International du Film de Marrakech a rempli toutes ses promesses. Elle s’est plus que jamais tournée vers le cinéma comme langage universel pour sensibiliser et rapprocher les peuples.

Lire aussi:  Through My Window 2 et 3, confirmé par Netflix

Mensonge blanc

A l’occasion du film « La mère de tous mensonages », réalisé par Asmaa, qui a remporté le grand prix, le documentaire a été projeté au public.
L’œuvre cinématographique, produite par le Maroc, l’Égypte, l’Arabie saoudite et le Qatar, traite des manifestations de 1981 au Maroc contre l’augmentation des prix alimentaires. Cet incident a fait de nombreuses victimes suite à l’intervention militaire dans la ville de Casablanca.
Il est vrai que le sujet a été abordé dans des œuvres marocaines antérieures, mais cette bande documentaire (96 minutes) est considérée comme une expérience particulière, selon Asmaa, la réalisatrice, car elle documente l’expérience personnelle de sa famille, qui n’a pas gardé un souvenir archives photographiques de cette période, même s’ils ont vécu de près les détails du sujet.
Asmaa, la réalisatrice, a eu recours à des techniques spéciales dans cette cassette pour exprimer son idée, en utilisant des poupées qui représentent tous les membres de la famille, en plus de concevoir l’ancien quartier dans lequel vivait la famille, et de construire et meubler les maisons en bois.
Dans son travail documentaire, la réalisatrice a donné la parole à tous les individus, pour raconter les souvenirs restés gravés dans leur esprit à propos de l’incident douloureux, qui a entraîné la mort d’environ un millier de martyrs, selon les estimations des organismes de défense des droits de l’homme.
Les personnages du film semblent réconciliés avec cette histoire « douloureuse », d’autant plus que l’État a fourni une compensation financière aux familles des martyrs, dans le cadre de l’expérience « Commission Équité et Réconciliation », en plus de leur construire un cimetière dans la ville. de Casablanca, inaugurée en septembre 2016, en l’honneur des dépouilles des morts. Leurs familles ont longtemps protesté devant les institutions nationales, exigeant que leur lieu de sépulture soit révélé.
Lors de sa projection en compétition, le film documentaire d’Asmaa Al-Mudair a reçu une grande attention de la part du public du festival, qui a finalement salué le niveau de travail, d’autant plus qu’il s’appuyait sur des techniques photographiques modernes.

>Déclaration d’aujourd’hui à Marrakech : Youssef Al Khaidar – Photographie : Ahmed Aqeel Makaw

Marrakech, 2023-12-03 18:00:27 (Maroc-Actu) –

Article précédentInwi lance la sixième édition du « Contracting Forum »
Article suivantLa Commission des Finances de la Chambre des Conseillers a approuvé à la majorité la première partie du projet de loi de finances