Accueil Divertissements 4 questions à Abdul Majeed Fneish, dramaturge et expert en arts traditionnels

4 questions à Abdul Majeed Fneish, dramaturge et expert en arts traditionnels

297
0

A l’occasion de la Journée nationale du théâtre, qui tombe le 14 mai de chaque année, le dramaturge et expert en arts traditionnels, Abdelmajid Fneish, s’exprime dans une interview accordée à la MAP sur la réalité du théâtre marocain, ce qui distingue l’expérience théâtrale marocaine de ses homologues dans les pays arabes, et l’avenir du théâtre marocain à la lumière des transformations. qui s’est produit dans les moyens de communication.

1- A l’occasion de la célébration de la Journée Nationale du Théâtre, quel regard portez-vous sur la réalité du théâtre marocain aujourd’hui ?

On peut dire que le théâtre marocain, une trentaine d’années après les événements de la Journée nationale du théâtre, et au cours des deux dernières décennies en particulier, a connu une vitalité grâce à une génération d’artistes qui ont reçu l’essentiel de leur formation académique, que ce soit au Maroc ou à l’étranger, ou les deux, avec la génération qui a fait le pont entre le passé et le présent, qui est la génération issue du théâtre amateur au temps de sa prospérité, telle qu’on la retrouve fortement présente avec ses spécificités dans le paysage théâtral actuel scène aux côtés de la jeune génération. A cela s’ajoute la pérennité du théâtre populaire, et la forte présence de femmes créatrices de théâtre, principalement auteurs et metteurs en scène, à travers des expériences qui ont laissé une empreinte majeure sur le théâtre marocain.
Il convient également de noter un élément important, qui est la présence d’un soutien théâtral régulier chaque année et qui comprend de nombreux domaines, en plus de la présence de salles et de bâtiments dans la plupart des villes marocaines qui disposent d’équipements techniques capables d’accueillir des représentations théâtrales tout en assurant certains aspects techniques. conditions qui doivent être disponibles pour une représentation théâtrale professionnelle.
Cette année a été marquée par l’accueil au Maroc, en janvier dernier, de la 13ème session du Festival du Théâtre Arabe, organisé par l’Autorité du Théâtre Arabe, et le retour du théâtre marocain à sa forte présence également dans les festivals arabes et internationaux.

2- Qu’est-ce qui distingue l’expérience théâtrale au Maroc de ses homologues dans les pays arabes ?

Le théâtre marocain est l’une des expériences théâtrales pionnières qui a soulevé la question de la théorisation, et c’est quelque chose qui l’a distingué il y a quarante ans, alors que les théories théâtrales marocaines sont apparues avec différents niveaux de constance, de survie et de développement, et des dramaturges dans un certain nombre de pays arabes. les pays ont interagi avec eux soit par l’acceptation, l’argumentation ou le rejet, soit en présentant d’autres théories alternatives.
Le théâtre marocain se distingue également par sa diversité, puisque l’on retrouve l’essentiel des contenus sous ses diverses formes dans le théâtre marocain, comme le théâtre traditionnel, social et expérimental, et maintenant on parle de théâtre post-drame.

Lire aussi:  Le méchant Obi-Wan Kenobi suscite l'indignation des fans de Star Wars

3 – Certains pensent que la diffusion de la numérisation et des médias sociaux entraînera une baisse d’intérêt pour le théâtre. Quel est ton opinion?

Je crois que le théâtre est l’art de la rencontre directe et en direct, et peu importe à quel point la technologie est avancée pour fournir des représentations théâtrales à travers ses outils tels que le téléphone, l’ordinateur ou d’autres médias numériques, la représentation théâtrale restera sa réalité et son essence dans le rencontre directe.
Même dans les pays où la technologie moderne est apparue, la technologie ne pouvait empêcher le destinataire de rester fidèle à regarder le théâtre à l’intérieur des salles. C’est un fait que nous ne voyons pas seulement dans les festivals, mais qui se manifeste dans les rendez-vous hebdomadaires réguliers, car il est parfois difficile de réserver des places car les théâtres sont bondés.

4 – Quelle est votre vision future du théâtre marocain à la lumière des changements intervenus dans les moyens de communication ?

Le théâtre bénéficie désormais beaucoup des mécanismes technologiques pour améliorer le visionnement en salle, et il existe des œuvres qui dépendent fortement de la technologie numérique, y compris des œuvres marocaines qui ont résonné à l’intérieur et à l’extérieur du Maroc. Par conséquent, la numérisation a servi le théâtre, elle ne doit donc pas être considérée comme une simple remise, en particulier avec le public insistant pour regarder le théâtre dans les salles de théâtre.
Je crois que les dramaturges marocains ont pris tôt l’initiative d’être présents à travers les moyens modernes de communication et de communication, et ils ont beaucoup accompli dans ce domaine.

Lire aussi:  L'équipe d'Euphoria nie l'existence d'une atmosphère toxique sur le plateau de tournage de la saison 2.

Interviewé par : Kawthar Kreifi

Marrakech, 2023-05-14 18:00:26 (Maroc-Actu) –

Article précédentL’Office National Marocain du Tourisme fait la promotion de Chefchaouen Zarqa sur « Vogue Arabia »
Article suivantONMT et Air Baltic Company lancent un vol direct entre le Rica lituanien et Agadir