Accueil Economie 50 % de l’eau potable proviendra du dessalement d’ici 2030

50 % de l’eau potable proviendra du dessalement d’ici 2030

170
0

Le ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka, a confirmé mardi à la Chambre des Conseillers que le dessalement de l’eau est devenu une priorité dans la gestion du déficit enregistré dans les ressources en eau, devenu une donnée structurelle compte tenu des répercussions du phénomène du changement climatique. .
Dans sa réponse aux questions orales soumises par les conseillers parlementaires, Baraka a révélé que 50 pour cent de l’eau potable sera fournie d’ici 2030 par le dessalement, indiquant que le gouvernement a préparé un plan pour établir plusieurs usines de dessalement dans le but d’atteindre, d’ici 2030, la production d’un milliard et 400 millions de mètres cubes.
Dans ce contexte, il a expliqué que l’OCP dessalera 560 millions de mètres cubes, précisant que 500 millions de mètres cubes d’eau seront dirigés vers le secteur agricole, tandis que le reste sera utilisé pour approvisionner la population en eau potable.
Il a ajouté que, selon le plan susmentionné, les villes côtières disposeront d’usines de dessalement de l’eau de mer, qui seront réalisées dans le cadre d’un partenariat entre les secteurs public et privé. Cela signifie qu’ils ne bénéficieront pas de l’eau des barrages, et donc l’eau disponible dans ces derniers sera allouée pour répondre aux besoins des villes intérieures et du monde rural, ainsi qu’à l’irrigation du secteur agricole.
Le ministre a souligné que la perspective adoptée par le gouvernement pour faire face au problème du déficit des ressources en eau repose sur « la solidarité entre les villes côtières et les villes de l’intérieur, à travers l’extension des canaux de raccordement pour l’approvisionnement en eau potable, la réduction de la pression sur les injections des barrages et la rétention de l’eau ». pour les régions de l’arrière-pays, le monde rural et le secteur agricole.
Il a souligné que, dans le cadre de cette perspective, le gouvernement a souhaité que les stations d’épuration de l’eau de mer utilisent les énergies renouvelables pour réduire le coût de production de l’eau potable, soulignant que grâce à cette approche, le Maroc est classé parmi les pays les moins chers du monde. le domaine du dessalement de l’eau au niveau international.
Baraka a conclu en disant que le programme des usines de dessalement de l’eau « nous permettra de surmonter la situation actuelle d’ici 2027, et ainsi nous veillerons à ce que la population reçoive 100 pour cent d’eau potable dans les zones côtières, en plus d’attribuer une zone de 100 000 hectares pour la production de denrées alimentaires de base, ce qui aura un impact positif sur le citoyen marocain et contribuera à rapporter des devises fortes.

Lire aussi:  La crise de pénurie de lait s'aggrave en l'absence d'intervention gouvernementale

Marrakech, 2024-01-03 18:00:12 (Maroc-Actu) –

Article précédentLancement d’un nouveau projet de création d’un espace de vie à proximité de l’aéroport Mohammed V de Casablanca
Article suivantLa Chambre des Industries Traditionnelles de la région Fès-Meknès et le Ministère du Tourisme organisent la deuxième session du Salon National du Cuir