Accueil L'International Action contre la faim met en garde contre la « vulnérabilité extrêmement élevée »...

Action contre la faim met en garde contre la « vulnérabilité extrêmement élevée » des réfugiés et affirme que « le pire est encore à venir ».

843
0

Marrakech, 23 Mar. (Maroc-Actu) –

L’ONG Action contre la faim a mis en garde contre la « vulnérabilité extrêmement élevée » à laquelle sont confrontés les réfugiés ukrainiens et a déploré que « le pire reste à venir » étant donné qu’il y a déjà sept millions de personnes déplacées dans le pays.

Le directeur général de l’organisation, Olivier Longué, a prévenu que la situation des personnes qui franchissent la frontière « ne cesse de se dégrader », déplorant qu' »elles arrivent avec rien d’autre que les vêtements qu’elles portent et ont besoin d’une aide psychologique ».

« La sociologie des réfugiés évolue beaucoup, on voit maintenant des gens qui viennent directement des zones de conflit et qui sont dans un grand besoin à cause de leur souffrance physique et psychologique. Ce sont des réfugiés qui ont fui avec les vêtements qu’ils avaient sur le dos, et beaucoup d’entre eux sont des personnes âgées qui sont extrêmement vulnérables », a-t-elle déclaré, selon un communiqué de presse.

Les données indiquent que la majorité des plus de 3,5 millions de réfugiés ukrainiens ont traversé la frontière vers les pays voisins de l’Ukraine. Environ 2,1 millions d’entre eux sont partis en Pologne, 543 000 en Roumanie et 367 000 en Moldavie.

Lire aussi:  Ukraine - Des milliers de civils sont évacués avec succès de la ville ukrainienne de Sumy.

« Ma conviction est que le pire est encore à venir », a déclaré Longué, avant d’ajouter que les personnes déplacées « ont peur de quitter le pays car elles ne savent pas où aller ». « Une grande partie de la première vague de réfugiés a fui vers les pays de l’UE, profitant de la directive européenne sur la libre circulation, mais ceux qui arrivent maintenant ne savent pas quoi faire ».

En ce sens, il a déclaré que beaucoup cherchent à « rester à proximité parce qu’ils ont laissé des parents en Ukraine et parce qu’ils n’ont pas de ressources, ni linguistiques ni économiques, pour commencer une nouvelle vie ». « Cela nous fait craindre que le nombre de réfugiés, qui a été très bien géré par la Pologne, la Roumanie et la Moldavie, ne devienne rapidement saturé, car le conflit ne diminue pas », a-t-il averti.

Lire aussi:  Bruxelles exhorte les Vingt-sept à limiter l'utilisation du pesticide sulfoxaflor pour protéger les abeilles

De son côté, la coordinatrice de l’équipe d’urgence d’Action contre la faim, Janire Zulaika, a souligné que l’ONG renforce sa collaboration avec les organisations locales pour mieux identifier les besoins des réfugiés.

« Nous travaillons avec les municipalités des zones frontalières pour fournir une assistance directe aux familles d’accueil et aux réfugiés en termes de protection de l’hygiène », a-t-elle expliqué.

L’organisation a également prévenu que l’accès à l’argent liquide est limité pour les familles de réfugiés. « Seuls ceux qui possèdent un compte bancaire international peuvent accéder à leur épargne et retirer de l’argent en monnaie locale moldave. En général, les personnes qui doivent fuir rapidement et quitter leur maison arrivent avec très peu d’argent liquide, ce qui limite encore leurs ressources », indique le texte.

L’organisation a appelé au respect des principes fondamentaux du droit humanitaire international et à « protéger la population civile de l’impact direct et indirect des hostilités ».

Article précédentGeorge R.R. Martin avance la date de sortie de Dragon House
Article suivantMini effectue les derniers tests de son nouveau modèle électrique à trois portes en Suède.