Accueil L'International Afghanistan : confirmation de la libération de quatre militantes afghanes détenues par...

Afghanistan : confirmation de la libération de quatre militantes afghanes détenues par les talibans

719
0

Marrakech, 13 févr. (Maroc-Actu) –

Quatre militantes afghanes des droits des femmes ont été libérées après des semaines de détention par les talibans, ont confirmé leurs familles dimanche, dénonçant les pressions extérieures exercées sur les militantes pour qu’elles taisent les détails de leur emprisonnement.

La libération de Parwana Ibrahimkhel, confirmée samedi, a été suivie de celles de Zaryabi Pariani, Zahra Mohamadi et Mursal Ayar, qui ont tous été détenus pendant environ quatre semaines à Kaboul pour avoir participé à des marches en faveur des droits et libertés civils.

« Pour nous, c’est une excellente nouvelle que les filles détenues par les talibans aient été libérées. Cela nous donne l’espoir que les talibans peuvent respecter leur engagement en faveur des droits des femmes », a déclaré à Tolo News Nazdané, membre du groupe militant Mouvement pour la justice.

Lire aussi:  Pérou - L'opposition péruvienne présente une nouvelle motion de censure contre le président Castillo.

La libération des femmes a été saluée par les Nations unies, qui demandaient depuis des semaines aux talibans de mettre fin à ces détentions. « Les femmes afghanes ont une longue histoire de lutte pour leurs droits et font face, dans de nombreux cas, à des obstacles incroyables », a déclaré ONU Femmes en Afghanistan dans un communiqué.

« La responsabilité de faire respecter les droits des femmes ne peut pas être la seule responsabilité des femmes afghanes, mais de nous tous », a déclaré l’agence des Nations unies.

L’Émirat islamique indique que les enquêtes visant à confirmer que les militants ont été retenus en captivité par ses forces sont toujours en cours. « Nous ne pouvons rien dire à ce sujet car nous essayons d’obtenir des informations et nous ne pouvons pas le confirmer », a déclaré le porte-parole de l’émirat, Bilal Karimi.

Lire aussi:  Ukraine - Le président ukrainien n'envisage la paix régionale qu'avec la Russie comme contrepartie diplomatique

Ibrahimkhel et Paryani ont été portées disparues le 19 janvier, quelques jours après avoir participé à une marche dans la capitale afghane, Kaboul, pour le droit des femmes à travailler et à étudier. Ibrahimkhel elle-même a déclaré à Tolo News qu’elle avait été arrêtée par l’Émirat islamique d’Afghanistan, le nom officiel des talibans.

L’ONU se félicite des informations encourageantes selon lesquelles les quatre militantes afghanes « disparues », certaines depuis des semaines, sont autorisées à rentrer chez elles. Leur bien-être et leur sécurité sont d’une importance capitale », a tweeté la MANUA.

Ces dernières heures, l’envoyée spéciale des États-Unis pour l’Afghanistan, Rina Amiri, a indiqué sur Twitter que les talibans avaient arrêté 29 autres femmes et leurs familles pour des raisons non précisées. Cependant, l’envoyée spéciale a supprimé son message peu de temps après.

Article précédentAfghanistan – Les talibans se rendent au Qatar pour rencontrer des représentants de l’UE et du golfe Persique
Article suivantLa société civile burkinabé annonce la création d’un groupe chargé de surveiller le processus de transition post-coup d’État