Accueil L'International AMP-Mexique/Espagne-López Obrador insiste sur la « pause » dans les relations avec l’Espagne, tout...

AMP-Mexique/Espagne-López Obrador insiste sur la « pause » dans les relations avec l’Espagne, tout en précisant qu’il ne s’agit pas d’une « rupture ».

785
0

Il exhorte les autorités et les entreprises espagnoles à « intérioriser » le fait qu’elles ne peuvent plus « piller » le Mexique.

Marrakech, 10 févr. (Maroc-Actu) –

Le président du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, a insisté jeudi sur le fait qu’il est favorable à une « pause » dans les relations avec l’Espagne, tout en précisant qu’il ne s’agit pas d’une « rupture », mais d’un temps pendant lequel les autorités et les entreprises espagnoles doivent « intérioriser » que le « pillage » et la « corruption » ne sont plus acceptables.

« Je n’ai pas parlé de rupture », a déclaré le président, qui est favorable à « l’apaisement des relations » afin que l’Espagne assume que le Mexique ne peut pas être « pillé impunément ». « Ils devraient même présenter des excuses. Ils ne l’ont pas fait, cela n’a pas d’importance, mais nous allons entrer dans une nouvelle étape, lentement », a-t-il déclaré lors de son apparition quotidienne devant les médias.

M. Lopez Obrador a souligné que « parfois, il faut du temps pour que l’on comprenne qu’il existe déjà d’autres conditions » au Mexique et, par conséquent, il juge nécessaire de « prévenir » que les entreprises ne peuvent plus opter pour des marchés publics dans le pays nord-américain sans aucune formalité, avec la prétendue connivence des autorités locales.

Lire aussi:  Ukraine - Les ministres des affaires étrangères de l'UE discuteront lundi de la menace militaire que fait peser la Russie sur l'Ukraine

« Ils nous voyaient comme une terre de conquête », a allégué le président mexicain, qui s’est à nouveau demandé si, avec chaque président précédent, il y avait une entreprise « favorite ». Lors de son apparition, il a de nouveau fait directement allusion à Repsol, OHL et Iberdrola, dans ce dernier cas pour critiquer l’incorporation d’anciennes autorités mexicaines telles que l’ex-président Felipe Calderón dans leurs organes directeurs.

« Ils nous ont offensés, nous les Mexicains, parce que ce n’est pas seulement le fait que des hauts fonctionnaires travaillent avec ces entreprises, mais aussi ce que ce type de relation nous coûte », a déclaré Lopez Obrador. Dans ces transactions présumées, a-t-il ajouté, « l’argent du budget qui appartient à tous les Mexicains a été gaspillé, et au lieu d’être utilisé pour sortir le peuple de la pauvreté, il a été utilisé pour favoriser ces entreprises ».

En ce sens, il a nié l’existence d’une « phobie » à l’égard de l’Espagne et a regretté qu’il y ait maintenant des personnes qui « s’arrachent les cheveux ». « Maintenant, ils sont surpris, parce qu’il n’y a pas de rupture, si cela doit être clarifié », a-t-il dit, dans une présentation où il a souligné que « la corruption n’est plus acceptée ».

Lire aussi:  L'Ukraine offre à l'Union européenne une option pour le stockage stratégique des stocks énergétiques

L’APPEL D’ALBARES

La « pause » demandée par M. Lopez Obrador, dont la portée n’a été précisée ni par le président lui-même ni par le ministère mexicain des Affaires étrangères, a été accueillie avec « surprise » par l’Espagne, comme l’a reconnu mercredi le ministre José Manuel Albares. Le chef de la diplomatie espagnole s’est entretenu hier soir avec son homologue mexicain, Marcelo Abrard, précisément pour obtenir des éclaircissements, selon des sources diplomatiques.

M. Albares a précisé que le gouvernement espagnol « n’a entrepris aucune action qui pourrait justifier une déclaration de ce type », après avoir rappelé que la relation entre les deux pays est « stratégique » et qu’elle va « au-delà des déclarations verbales soudaines ou des paroles occasionnelles ». Il a également souligné que le gouvernement espagnol défendra toujours les intérêts de l’Espagne « en toute circonstance et devant tout pays ».

L’appel entre Albares et Ebrard « s’est déroulé dans le bon ton habituel entre les deux », selon les sources consultées, qui n’ont pas donné plus de détails sur le contenu de ce que les deux ministres ont discuté et si Albares a obtenu les clarifications qu’il cherchait.

Article précédentSiemens augmente son bénéfice au premier trimestre de 19% à 1,643 milliard d’euros
Article suivantDeux hommes arrêtés pour avoir décapité une adolescente lors d’un « crime d’honneur » présumé dans le sud de l’Iran