Accueil L'International AMP3.- Ukraine : l’Assemblée générale de l’ONU adopte une résolution condamnant l’invasion...

AMP3.- Ukraine : l’Assemblée générale de l’ONU adopte une résolution condamnant l’invasion lors d’une session extraordinaire

853
0

« Mettez fin aux hostilités en Ukraine maintenant. Faites taire les armes maintenant », a déclaré M. Guterres.

Marrakech, 3 Mar. (Maroc-Actu) –

L’Assemblée générale des Nations unies a adopté mercredi une résolution condamnant l’invasion de l’Ukraine lors d’une session spéciale d’urgence, la onzième de l’histoire de l’instance.

La résolution a été adoptée avec le soutien de 141 pays, tandis que cinq pays – la Russie, le Belarus, la Syrie, la Corée du Nord et l’Érythrée – ont voté contre. Trente-cinq pays – dont la Chine, l’Inde, la Bolivie, Cuba, le Salvador, le Nicaragua, l’Iran, l’Irak, le Kazakhstan et le Vietnam – se sont abstenus.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a souligné que le message de l’Assemblée générale était « fort et clair ». Dans des déclarations à la presse, il a appelé à la fin des hostilités en Ukraine, « à faire taire les armes » et à ce que les parties ouvrent la porte au dialogue et à la diplomatie.

Selon le bureau de son porte-parole, Stéphane Dujarric, via son compte Twitter, M. Guterres a souligné que la résolution adoptée reflète « une vérité centrale ». « Le monde veut mettre fin à l’immense souffrance humaine en Ukraine », a-t-il poursuivi, avant de souligner qu’il continuerait à faire tout ce qui est en son pouvoir pour contribuer à une cessation immédiate des hostilités et à des « négociations urgentes » pour parvenir à la paix. « Les gens en Ukraine en ont désespérément besoin. Et les gens du monde entier le réclament.

Le président ukrainien Volodimir Zelenski a salué l’adoption de la résolution et a remercié « chacun » des pays qui ont voté en sa faveur. « Vous avez choisi le bon côté de l’histoire », a-t-il ajouté dans un message posté sur Twitter.

Il a également déclaré que les résultats « destructeurs » du vote pour la Russie, qu’il a qualifiée d' »agresseur », montraient de manière « convaincante » qu’une « coalition mondiale ‘anti-Poutine' » avait été créée et « fonctionnait ». « Le monde est avec nous. La vérité est avec nous. La victoire sera la nôtre », a conclu le dirigeant ukrainien.

Pour sa part, le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, a salué la décision adoptée « à une majorité écrasante » par l’Assemblée générale des Nations unies.

« La décision est claire. Le monde a condamné fermement les attaques illégales et non provoquées contre un État souverain », a déclaré M. Borrell dans une déclaration dans laquelle il a défini ce qui s’est passé dans l’organe des Nations unies comme « un moment historique ».

Lire aussi:  Le Kremlin est invité à dissocier l'avenir de Nord Stream 2 des considérations politiques.

M. Borrell a reconnu que l’UE a travaillé « côte à côte » avec l’Ukraine et ses partenaires pour préparer cette résolution, pour laquelle il a remercié « tous les pays qui l’ont soutenue » et avec lesquels il considère que la défense d’un « système international fondé sur des règles » est renforcée.

Le chef de la diplomatie européenne a toutefois souligné qu’il fallait « continuer à œuvrer au profit de la paix et de la sécurité internationale », en protégeant les États « grands et petits », ainsi qu’en apportant un soutien à l’Ukraine, à ses institutions et à ses représentants.

La décision de tenir cette session a été adoptée dimanche par le Conseil de sécurité de l’ONU, où la Russie avait précédemment utilisé son veto pour bloquer une déclaration condamnant son offensive. Dans ce cas, le vote a eu lieu après avoir été organisé dans un modèle où les pays ne peuvent pas appliquer le droit de veto.

Ainsi, le vote s’est déroulé avec onze voix pour, trois abstentions – Chine, Émirats arabes unis (EAU) et Inde – et une voix contre, celle de la Russie.

ÉVALUATIONS APRÈS LE VOTE

Après le vote, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a souligné que « le message de l’Assemblée générale est fort et clair ». « Mettez fin aux hostilités en Ukraine maintenant. Faites taire les armes maintenant. Ouvrez la porte au dialogue et à la diplomatie. L’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine doivent être respectées conformément à la Charte des Nations unies », a-t-il déclaré.

Il a souligné qu’il n’y a « pas un instant à perdre » et a insisté sur le fait que « les effets brutaux du conflit sont visibles pour tous ». « Aussi mauvaise que soit la situation pour le peuple ukrainien en ce moment, elle menace de devenir beaucoup, beaucoup plus grave », ajoutant que « le tic-tac de l’horloge est une bombe à retardement ».

L’ambassadeur d’Ukraine auprès des Nations unies, Sergii Kislitsia, a souligné que « le peuple ukrainien a désespérément besoin de paix et les gens du monde entier la réclament. » Faisant référence à l’Assemblée de mercredi, il a déclaré qu’il croyait en l’ONU. « Maintenant, le peuple ukrainien a plus de raisons de croire en l’ONU.

La Russie est intervenue immédiatement après l’Ukraine dans les premières heures du débat et a rendu l’Ukraine responsable de l’invasion, tout comme ses alliés aux États-Unis et en Europe.

Lire aussi:  Pologne/Biélorussie - L'ONU dénonce les menaces et les intimidations à l'encontre des interprètes et des journalistes à la frontière avec la Biélorussie

« Je tiens à affirmer que la Fédération de Russie n’a pas déclenché ces hostilités », a déclaré le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, Vasili Nebenzia, prévenant que le document « ne permettra pas de mettre fin aux activités militaires ».

« Au contraire, elle pourrait enhardir les radicaux et les nationalistes de Kiev à continuer de déterminer la politique de leur pays à tout prix », a-t-il ajouté, soulignant que le « refus de soutenir le projet de résolution d’aujourd’hui est un vote en faveur d’une Ukraine pacifique ».

Linda Thomas-Greenfield, l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, a averti que « nous vivons un moment extraordinaire » et a souligné que « maintenant, plus qu’à tout autre moment de l’histoire récente, les Nations unies sont mises au défi ».

Thomas-Greenfield, s’exprimant avant le vote, a appelé à voter oui : « Votez oui si vous pensez que les États membres des Nations unies – y compris le vôtre – ont droit à la souveraineté et à l’intégrité territoriale. Votez oui si vous pensez que la Russie doit être tenue responsable de ses actions ».

« Nous avons vu des vidéos montrant des forces russes introduisant en Ukraine des armes exceptionnellement meurtrières qui n’ont pas leur place sur le champ de bataille. Cela inclut les bombes à fragmentation et les bombes et munitions vides, qui sont interdites par la Convention de Genève », a ajouté Mme Thomas-Greenfield.

De même, le représentant de la Chine à l’ONU, Zhang Jun, a dénoncé le fait que la condamnation « ne souligne pas l’importance du principe de sécurité indivisible et l’urgence de promouvoir un règlement politique et d’intensifier les efforts diplomatiques », ajoutant que « cela ne correspond pas aux positions constantes de la Chine ».

De son côté, le Premier ministre britannique Boris Johnson a fait remarquer que « rarement le contraste entre le bien et le mal n’a été aussi frappant. 141 pays ont voté pour condamner la guerre de Poutine », dans une déclaration publiée par le gouvernement britannique.

« Grâce à mes entretiens quasi quotidiens avec le président Volodimir Zelenski, j’ai engagé les dirigeants du monde entier dans notre mission commune de dénoncer les actions de la Russie et de faire comprendre – pour le bien des civils innocents – que la Russie doit se retirer de l’Ukraine et que Poutine doit échouer.

Article précédentBrad Pitt affronte 13 autres tueurs dans la bande-annonce délirante de Bullet Train.
Article suivantVolvo, la marque la mieux notée par les concessionnaires pour la deuxième année consécutive