Accueil Divertissements Aujourd’hui s’ouvre la neuvième session du Festival du Film Marocain de Sidi...

Aujourd’hui s’ouvre la neuvième session du Festival du Film Marocain de Sidi Othmane et célèbre Hamid Zougy et Omar El Sayed

314
0

Les activités de la neuvième session du Festival du Film Marocain de Sidi Othman, qui sera organisée par le Ciné Club de Sidi Othman, en coordination avec la Province de Sidi Othman, débuteront aujourd’hui mercredi, dans la période du 22 au 25 novembre au Moulay Complexe Culturel Rachid dans la ville de Casablanca. L’édition de cette année porte le nom de l’artiste Hamid Zougy, pour célébrer ses réalisations cinématographiques et sa brillante carrière artistique. Il sera mis à l’honneur lors de la soirée d’ouverture, qui débutera à 19 heures dans l’espace du Complexe Culturel Moulay Rachid, et qui sera également marquée par la projection de son long métrage « Les Saisons de la Soif. » Son autre cassette, « Kharbousha », sera également projetée lors de la cérémonie de clôture, qui rendra à son tour hommage à l’artiste Omar El Sayed le dernier jour du festival (25 novembre).

Dix courts métrages participeront à la compétition officielle de cette session et concourront pour trois prix : le Grand Prix, le Prix Spécial du Jury et le Prix du Meilleur Diagnostic. Ils sont les suivants : * « A Road to Stone » d’Idris Sawab. * « Cordes d’affection » de Wijdan Khaled. * « Mémoire à oublier » de Hawari Ghobari. * « Né samedi » par Imad Zawaghi. * « Ressources humaines » par Dania Ashour. * « Célébration » de Bilal Tawil. * « Au bord de la mer » de Muhammad Al-Huri. * « Statut » de Dalal Al-Iraqi. * « Morceaux » de Salah Al-Jabali. * « Le Message » de Mahmoud Ait Al-Hajj. Quant au jury de la session, il sera présidé par le réalisateur et producteur Hamid Baskit et comprendra, à ses côtés, l’actrice Fatiha Watili, le critique de cinéma Abdel Karim Wakrim, le journaliste d’art Ahmed Redsi et l’écrivaine Amina Al-Sibari, vice-présidente du Parlement national. Université des Ciné Clubs du Maroc.

La neuvième édition du Festival du Film Marocain Sidi Othman proposera une programmation riche et diversifiée répartie sur plusieurs espaces et comprenant, outre les représentations cinématographiques, plusieurs activités, parmi lesquelles :

* Deux ateliers, dont un sur la « Lecture de films », animés par le professeur Lamjid Toumert, le jeudi 23 novembre, à 15 heures, au Complexe culturel Moulay Rachid ; L’autre porte sur « l’écriture de scénario », écrit par le critique de cinéma Majeed Sedati, le vendredi 24 novembre, à trois heures de l’après-midi, dans le même bateau.

* Master Class avec l’embarrassant Idris Al-Roukh, présentée et animée par le journaliste et critique de cinéma Hassan Narayes ; Le jeudi 23 novembre, à dix heures du matin à l’Ecole nationale supérieure des arts et des métiers ;

* Une conférence sur le thème « Les couleurs au cinéma » par le réalisateur Abdullah Abari ; Samedi 25 novembre, à 15 heures, au Complexe Culturel Moulay Rachid ;

Lire aussi:  Abdel Aziz Thalassa : L'accord de Louxor en Egypte vise à soutenir mutuellement le cinéma africain et à partager informations et expériences

* Une séance d’échanges sur les films participant à la compétition officielle du festival, en présence de leurs réalisateurs, le samedi 25 novembre, à dix heures du matin à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers ; Nouvelle séance de projection et de débat sur le long métrage « Boulnoir » de Hamid Al-Zoughi, le vendredi 24 novembre, à 21 heures, chez l’étudiant.

* Cérémonie de présentation et de signature des quatrième et cinquième volets de la série « Visages du cinéma marocain » du critique de cinéma Ahmed Sigelmassi, série éditée par les éditions Cinéma Club de Sidi Othman.

A noter que les performances cinématographiques participant au concours seront présentées lors de deux soirées, jeudi et vendredi 23 et 24 novembre, à 19 heures au Complexe culturel Moulay Rachid.

**********

Abdul Haq Mabshour, président du festival : Le court métrage est le domaine le plus large et le plus approprié pour les jeunes créateurs cinématographiques

* Pourquoi un festival du court-métrage ?

** Ce n’est un secret pour vous qu’un grand nombre de jeunes réalisateurs tournent certains courts métrages avec un grand professionnalisme, et nous considérons que le court métrage est le domaine le plus large et le plus approprié pour accueillir les jeunes créateurs cinématographiques. Le Neuvième Sidi Othman Marocain Le Festival du Film, comme d’habitude lors des sessions précédentes, sélectionne des films. Il est obtenu par l’intermédiaire d’un comité qui sélectionne les meilleurs et les plus raffinés. Sur 52 films reçus par l’administration du festival, dix ont été choisis pour être présentés au jury du festival, présidé cette année par l’artiste et réalisateur Hamid Baskit.

A travers ce nombre de films, ainsi que les films sélectionnés, on constate l’intérêt des jeunes cinéastes pour le court métrage, quasiment réservé aux catégories de jeunes créateurs. De là est né notre intérêt pour le court métrage et ses créateurs. Il me semble que la tâche du jury sera difficile étant donné que chacun de ces dix films sélectionnés Il a une formidable capacité compétitive et mérite toute appréciation. Encourager les films jeunesse et les jeunes réalisateurs est au cœur des préoccupations et des objectifs du Festival du Film Marocain Sidi Othman.

* Comment se porte le court métrage marocain en ce moment ?

** Concernant le court métrage, il y a beaucoup de jeunes marocains obsédés par le cinéma et qui se lancent désormais dans la photographie, et comme je l’ai déjà dit, leurs productions se caractérisent par un grand professionnalisme et une audace dans le contenu, ainsi que de bonnes suggestions au niveau du tournage et de l’emploi. Ainsi, le court métrage dans notre pays vit au rythme de la croissance, du développement et du renouveau grâce à ces jeunes, qui ont contribué à une accumulation importante d’expériences cinématographiques… Il n’y a donc, à mon avis, aucune crainte pour l’avenir du le cinéma du court métrage, qui est aussi une pépinière du cinéma marocain dans la catégorie des longs métrages… Je tiens ici à souligner que les festivals de cinéma sont le seul refuge. Reste à ces jeunes de présenter, présenter et discuter de leurs films devant le public… et notre festival fait partie de ces espaces qui ouvrent cette fenêtre face aux jeunes du fait qu’ils exposent leurs films devant le public, car, comme vous le savez, il n’y a plus de salles de cinéma qui peuvent recevoir leurs films, comme c’était le cas… Dans les années 80, il y avait 250 salles de cinéma, alors qu’aujourd’hui il n’y en a plus que 52, y compris les véhicules de cinéma comme Bien.

Lire aussi:  Hommage à l'artiste Abbas Farrak à Agadir

Les jeunes trouvent ainsi dans les festivals un débouché et un espace spacieux pour exposer leurs films et leur créativité.

* Quoi de neuf dans ce cours ?

** Ce n’est un secret pour vous que cette année nous célébrerons un homme qui a beaucoup donné au théâtre, à la télévision et au cinéma, à savoir le professeur Hamid Al-Zoghy, le brillant artiste et directeur de création qui a accumulé un répertoire respectable dans le domaine du théâtre national. …

C’est une occasion de le célébrer à l’ouverture du festival, et à la fin nous célébrerons et honorerons frère Omar Al-Sayed car il a été l’un des principaux acteurs du phénomène Ghiwani et a beaucoup donné au groupe Nass Al-Ghiwani. . Le programme des cours sera également caractérisé par un certain nombre d’événements et d’activités, qu’ils s’adressent au grand public ou aux professionnels. Cette année, nous célébrerons également la merveilleuse sortie de notre frère et ami, le critique de cinéma et historien du cinéma marocain, le professeur Ahmed Sigelmassi.

* Comment positionnez-vous votre festival sur la carte des festivals de cinéma marocains ?

Quant au festival, il est en route, Dieu merci, car nous avons l’obligation de procéder à une revitalisation culturelle et de cultiver une culture cinématographique chez tous les Marocains en général et en particulier chez les habitants de la province Moulay Rachid, étant donné que nous avions trois salles situées dans la région et elles ne fonctionnent plus, et seul le festival reste comme une vitrine culturelle et cinématographique unique pour le public. Les riverains l’attendent avec beaucoup d’envie et de passion, d’autant que la fréquentation dépasse toujours les attentes, d’autant que les représentations auront toutes lieu au Complexe Culturel Moulay Rachid et à la Master Class de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Sidi Othman. Province.

Al-Hussein Al-Shaabi

Marrakech, 2023-11-21 18:00:24 (Maroc-Actu) –