Accueil Economie Commencer à numériser l’exécution des droits de timbre sur la carte nationale...

Commencer à numériser l’exécution des droits de timbre sur la carte nationale et sur le casier judiciaire

702
0

Le casier judiciaire et la carte nationale d’identité électronique sont soumis à des droits de timbre qui s’élèvent respectivement à 30 et 75 dirhams. Les droits de tambour susvisés ont été versés en numéraire au profit de la Direction Générale de la Sûreté Nationale et le produit de ces droits est affecté au « Fonds de Développement des Documents d’Identité Electroniques » institué par la Loi de Finances 2005. Dans le cadre de la simplification des procédures administratives, la loi de finances 2023 a complété le paragraphe II de l’article 179 du code général des impôts par une procédure permettant l’exercice des droits d’imposition précités par voie électronique, à l’instar des droits de douane liés au passeport, un permis de chasse sauvage, un permis de port d’armes et un permis de conduire international.
Obligation des franchisés agréés de vente de voitures de percevoir les droits de timbre liés à la première immatriculation des véhicules au Maroc :
Les droits relatifs au bois sont perçus sur les véhicules à moteur soumis à la taxe spéciale annuelle sur les véhicules, lors de leur première immatriculation au Maroc ou lors du paiement des droits de douane sur les véhicules importés.
Les dispositions législatives en vigueur prévoient la perception de droits de timbre par l’Administration des douanes et des droits indirects, à l’égard des véhicules importés par leurs propriétaires ou au profit de tiers.
La loi de finances 2023 a complété le deuxième alinéa de l’article 179 du code général des impôts, par une procédure prévoyant l’obligation pour les concessionnaires agréés de vente de voitures de percevoir des droits de timbre lors de leur première immatriculation des véhicules qu’ils ont acquis au Maroc au moyen d’un visa de timbre.
Afin de s’inscrire dans la procédure précitée, la loi de finances en vigueur prévoit des modifications des articles 183-b et 207-bis-2 du Code général des impôts afin de :
– Consacrer le principe de solidarité en ce qui concerne le paiement des droits précités entre les propriétaires des véhicules et les titulaires autorisés de la franchise de vente de voitures.
L’application de la pénalité pour violation des règles de falsification relative s’appliquait aux voitures soumises à la taxe spéciale annuelle sur les véhicules, lorsqu’elles étaient immatriculées pour la première fois au Maroc et acquises au Maroc.
Exonération du paiement de la taxe spéciale annuelle sur les véhicules et annulation automatique des majorations et suppléments pour les véhicules de plus de 10 ans, selon certaines conditions :
La loi de finances 2023 a complété l’article 247 d’un nouveau paragraphe n° XXXIX prévoyant une procédure transitoire permettant aux propriétaires de véhicules assujettis à la taxe spéciale annuelle sur les véhicules de bénéficier de l’exonération du paiement de cette taxe et de l’annulation de plein droit des majorations et avertissements stipulés dans le présent Code, pour les véhicules qui ont été utilisés pendant plus de dix ans, dans les conditions suivantes :
– Paiement automatique, durant la période du 1er janvier au 31 décembre 2023, de la taxe spéciale annuelle sur les véhicules pour la dernière année due ;
Présentation, dans le même délai, d’un document justifiant du retrait définitif du véhicule de la circulation conformément aux dispositions des textes législatifs et réglementaires en vigueur.

Lire aussi:  Un rapport qui place le Maroc parmi les trois pays africains les plus influents au monde

Marrakech, 2023-01-05 18:57:19 (Maroc-Actu) –

Article précédentL’Administration des Douanes publie un périodique relatif aux nouvelles dispositions douanières de la loi de finances pour l’année 2023
Article suivantLancement de la tablette HUAWEI MatePad SE au Maroc