Accueil Economie L’Administration des Douanes publie un périodique relatif aux nouvelles dispositions douanières de...

L’Administration des Douanes publie un périodique relatif aux nouvelles dispositions douanières de la loi de finances pour l’année 2023

601
0

Vendredi dernier, la Direction des Douanes et des Impôts Indirects du Ministère de l’Economie et des Finances a publié un périodique relatif aux nouvelles exigences douanières inscrites dans la loi de finances de 2023.
Ces modifications, entrées en vigueur au 1er janvier 2023, concernent certaines dispositions du Code des douanes et des impôts indirects (article 3 de la loi de finances), le tarif des droits de douane (article 4 de la loi de finances), et redevances de consommation intérieure (article 5 de la loi de finances). ) et les redevances sur la valeur ajoutée à l’importation (article six de la loi de finances).
S’agissant du Code des Douanes et des Impôts Indirects, l’article 3 précité prévoit l’établissement de règles d’origine sur les produits aquacoles ou aquacoles marins. Il s’agit ici de compléter l’article 16 du code des douanes et des impôts indirects, afin de permettre aux produits de ce secteur, tels que les œufs, les larves, les juvéniles ou alevins, les invertébrés aquatiques et les poissons importés, de bénéficier du régime règles applicables aux produits d’origine marocaine.
Les modifications du code des douanes et des impôts indirects portent également sur la mise à jour et la modification des exigences des articles 235 et 236, ainsi que sur l’adoption de la nouvelle procédure d’application des attestations sous format numérique prouvant l’origine marocaine des produits exportés, et sur l’adoption de la numérisation des procédures de délivrance des certificats de dédouanement liés aux régimes économiques douaniers, conformément aux exigences de l’article 203. Affiné au Code des douanes et des impôts indirects.
Il est également lié à la clarification des exigences de l’article 294 bis du code des douanes et des droits indirects, modifiant les chapitres 45, l’article 45 répété trois fois, l’article 66 bis, les chapitres 235 et 240, et l’article 297 bis du code, dans le cadre d’efforts continus visant à renforcer le rôle de l’administration dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, et à améliorer la conformité du Maroc aux recommandations internationales en la matière.
Les modifications portent également sur une mesure en faveur des redevables douaniers acceptés par les douanes, en assouplissant les conditions d’accès à la profession de commissionnaire en douane (article 68), et l’inclusion des cas d’annulation d’agrément et des déclarations minimales annuelles à enregistrer par les douanes acceptées contribuables, dans le code des douanes et des impôts indirects (article 70 bis).
Par ailleurs, le Code des Douanes et des Impôts Indirects s’est enrichi d’un nouveau titre « Zones d’Accélération Industrielle » lié au contrôle douanier, dans le cadre de la transparence législative et réglementaire, à l’instar des autres législations douanières.
Il s’agit également de proroger le délai de réalisation des programmes d’investissement à grande échelle (article 164-1), et d’exonérer des droits d’importation de certains médicaments et matériels pharmaceutiques (article 164-1) pour les maladies de longue durée dont l’acquisition nécessite des coûts importants, dans le cadre des stratégies nationales d’appui, pour promouvoir l’industrie pharmaceutique, et faciliter l’accès aux médicaments.
En ce qui concerne le tarif des droits de douane, les modifications apportées portent sur la restructuration de l’article 30 relatif aux médicaments avec la réorganisation de la structure tarifaire des produits pharmaceutiques, qui relèvent de cet article, et l’ajout de sous-lignes nationales dédiées aux « les préparations de lavage », dont la part est de 40 % des montants tarifaires, et l’augmentation des montants tarifaires de 2,5 % à 40 % pour les cigarettes électroniques.
Il porte également sur la réduction de la part des droits d’importation de 10% à 2,5% pour le café non torréfié, de 17,5% à 10% pour le papier double, de 40% à 17,5% pour les élastiques, les composants métalliques et les composants en plastique entrant dans la fabrication des filtres de voiture, et de 17,5 % à 2,5 %. % de papier destiné à la fabrication de filtres.
S’agissant des redevances intérieures à la consommation, les modifications portent sur les exigences pour certaines matières soumises à ces taxes et redevances qui leur sont appliquées. La question est liée aux éclaircissements apportés pour le cas de l’approvisionnement pour l’importation de gaz naturel (liquéfié ou gazeux), la dépendance de la taxe intérieure à la consommation sur les produits liés au tabac « chicha », ainsi que la dépendance de la taxe intérieure sur la consommation de produits contenant du sucre.
S’agissant de la taxe sur la valeur ajoutée, les modifications portent sur l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée à l’importation d’aliments du bétail et sur la mise en place d’une procédure d’octroi de l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée accordée à l’importation de produits et matériels destinés exclusivement à l’agriculture utiliser.

Lire aussi:  Un forum international à Dakar sur le financement des projets ferroviaires en Afrique

Mots clés

2023, gestion, nouveau, douanes, douanes, financiers, exigences, liés, émis, périodique, pour l’année, de la loi

Marrakech, 2023-01-03 18:12:29 (Maroc-Actu) –

Article précédentProjets cinématographiques bénéficiant du flux de revenus Projets cinématographiques bénéficiant du flux de revenus
Article suivantCommencer à numériser l’exécution des droits de timbre sur la carte nationale et sur le casier judiciaire