Accueil L'International Élections à l’Assemblée nationale koweïtienne demain jeudi

Élections à l’Assemblée nationale koweïtienne demain jeudi

175
0

Les électeurs koweïtiens se rendront aux urnes demain, jeudi 4 avril, pour élire les membres de l’Assemblée nationale koweïtienne (Nation 2024) lors de sa dix-huitième législature, lors d’élections anticipées convoquées par l’émir du Koweït, Cheikh Meshaal Al-Ahmad Al. -Jaber Al-Sabah.

Pour la quatrième fois en deux ans, 834 733 électeurs koweïtiens dans les cinq circonscriptions électorales devront choisir 50 nouveaux membres de l’Assemblée nationale, après la publication du décret émirien la dissolvant à la mi-février 2024, conformément à l’article 107 de la loi. Constitution koweïtienne. Il s’agit de la douzième dissolution de ce type dans l’histoire de l’Assemblée nationale koweïtienne, puisque la première dissolution du Conseil a eu lieu en 1976, tandis que la dernière fois a eu lieu en avril 2023.

Après la fermeture du créneau de candidature le mercredi 13 mars et la fermeture du créneau de renonciation jeudi dernier, et l’arrêt de la Cour administrative de cassation sur les pourvois formés par les candidats exclus de la candidature en raison d’empêchements légaux, le nombre de candidats à ces élections était limité à 200 candidats, dont 14 femmes. Ils se disputeront les cinquante sièges de la salle Abdullah Al-Salem.

Le ministère koweïtien de l’Intérieur a annoncé que le vote aux élections de l’Assemblée nationale de 2024 se ferait via le certificat de nationalité original, notant qu’en cas de perte ou de perte du certificat de nationalité, l’électeur doit consulter l’Administration générale de la nationalité et des documents de voyage pour obtenir une nouvelle attestation, car l’électeur devra la présenter le jour du scrutin. Il faut tamponner la nationalité et la carte nationale comme preuve du domicile électoral, ce qui est le mécanisme qui a été adopté, pour la première fois lors des dernières élections, où le vote se fait sur la base de l’adresse indiquée sur la carte nationale, dans le but de réduire « le crime de transfert de votes et de falsification des dossiers des électeurs ».

Pour assurer le succès du processus électoral, le Département des affaires électorales du ministère de l’Intérieur a alloué 123 écoles qui serviront de centres de vote et de dépouillement lors des élections à l’Assemblée nationale de 2024 prévues jeudi prochain, dont 118 écoles de vote et 5 écoles principales. écoles pour le décompte et l’annonce des résultats définitifs dans les cinq circonscriptions. Des identités ont également été délivrées aux volontaires souhaitant travailler dans les commissions électorales, et ils sont au nombre de 4 871, dont 2 232 hommes et 2 639 femmes, en plus d’une équipe médicale bénévole du Croissant-Rouge koweïtien qui sera présente dans les bureaux de vote. pendant le processus électoral.

Les observateurs craignent que le mois de jeûne affecte le taux de participation à ces élections électorales, tandis que d’autres estiment que le jeûne n’aura pas d’impact significatif sur le taux de participation, étant donné que ces élections sont les deuxièmes du genre à se tenir au mois de Ramadan après les élections à l’Assemblée nationale de 2013, qui ont enregistré un pourcentage de voix élevé. La participation a dépassé 52 pour cent malgré le jeûne. Cependant, le ministère de l’Information, en coopération avec la municipalité du Koweït, a lancé une campagne médiatique sous le slogan « Votre voix… L’avenir d’une nation » visant à appeler les électeurs à assumer leur responsabilité nationale en participant et en votant au scrutin. Élections de l’Assemblée nationale de 2024, les premières du genre sous l’ère du prince Cheikh Mishal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah.

Lire aussi:  Guinée - Le parti de Condé annonce qu'il participera aux consultations nationales après le coup d'État en Guinée.

Compte tenu du caractère privé du mois du Ramadan, la plupart des candidats s’appuient sur les sites de médias sociaux dans leur campagne électorale et pour communiquer avec les électeurs, un moyen devenu essentiel pour inciter les électeurs à participer et à voter pour le candidat qu’ils jugent apte à se présenter aux élections. Dôme d’Abdullah Al-Saleh.

Les circonscriptions électorales au Koweït sont divisées en cinq districts, chaque district élit dix membres et l’électeur n’a le droit de voter qu’une seule fois pour un candidat, conformément au décret d’une voix approuvé par l’ancien émir du Koweït, Cheikh Sabah Al. -Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, par le biais de la loi « Décret de nécessité » en 2012. En conséquence, les voix des électeurs ont été réduites de quatre voix à une voix.

Le système électoral koweïtien est basé sur le système à une voix qui a été approuvé dans la loi électorale modifiée en 2012, après que le vote s’est déroulé selon le système à quatre voix, ce qui signifie que chaque électeur avait le droit de voter pour quatre candidats aux élections. district enregistré, mais après cela a été modifié. Le système permet désormais à chaque électeur de voter pour un seul candidat dans la circonscription dans laquelle il est inscrit, et un vote supérieur à ce nombre est considéré comme nul, tout en maintenant la division des circonscriptions électorales pour l’adhésion à l’Assemblée nationale en cinq circonscriptions électorales. districts, avec dix représentants pour chaque district.

Mohammed Hajiwi

********

L’émir du Koweït met en garde contre le boycott des élections et appelle à l’élection d’une Assemblée nationale distinguée avec des personnalités à la pensée éclairée

L’émir du Koweït, Cheikh Meshaal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, a mis en garde contre le boycott des élections à l’Assemblée nationale de 2024, qui auront lieu demain jeudi, soulignant que boycotter les élections est une négligence du droit constitutionnel.

Il a déclaré dans un discours adressé au peuple koweïtien, diffusé par l’agence de presse koweïtienne KUNA : « Nous attendons avec impatience la participation du peuple de notre cher pays aux élections, et quiconque les boycotte néglige son droit constitutionnel et n’a pas » a rempli le secrétariat de sélection, et il n’a plus le droit de blâmer qui que ce soit pour de mauvais résultats ou de mauvaises performances. Et en cas d’échec, tout le monde ne doit pas prêter attention aux partisans de la division et des conflits, et nous devons être unis et protéger le Koweït et son peuple.

Lire aussi:  Mali : 16 morts dans deux attaques contre des postes militaires au Mali ce lundi

Cheikh Meshaal a exprimé l’espoir que ces élections déboucheraient sur une Assemblée nationale qu’il a qualifiée de « distinguée », comprenant des représentants qui, selon lui, ont une « pensée éclairée », bénéficient des « leçons et expériences parlementaires antérieures et remplissent leurs responsabilités nationales ». », ajoute l’émir du Koweït, qui a appelé les électeurs à bien faire. Choisissez ceux qui les représentent et évitez de choisir ceux dont « le but est de réaliser des intérêts personnels, de créer des crises ou de saper des constantes constitutionnelles. Votre bon choix est votre façon de construire l’avenir de votre pays et de vos générations », appelant à « ouvrir une nouvelle page », à adhérer aux valeurs de « l’amour » et à répandre « l’optimisme », et en même temps, Rester à l’écart « du fanatisme, des intérêts personnels et des mauvaises pratiques qui menacent l’unité nationale ».

Dans un contexte connexe, le Conseil des ministres koweïtien a dénoncé, lors de sa réunion d’avant-hier lundi, ce qu’il considère comme une incitation à la sédition et une atteinte à l’unité nationale à travers les sites de médias sociaux.

Le porte-parole officiel du gouvernement, Amer Al-Ajmi, a déclaré : « Le Conseil des ministres a dénoncé l’incitation à la sédition et l’atteinte à l’unité nationale qui ont été soulevées sur les sites de médias sociaux », indiquant le rejet par le Conseil des ministres de « les abus commis se produit en paroles ou en actes, et en provoquant une sédition ou en tentant de justifier ou de promouvoir toute forme de militantisme. Formes de haine, de discrimination ou d’incitation à la haine.

Le ministère koweïtien de l’Intérieur le qualifie de « majeur » dans la lutte contre la rhétorique des conflits et des divisions sectaires, à travers les sites de réseaux sociaux et d’autres actions qui violent la loi de l’unité nationale et insultent les tribus. Dans ce contexte, il a pris les mesures nécessaires contre tous ceux qui ont été exposés à porter atteinte à l’unité nationale par des expressions insultantes. Pour différentes catégories de la société koweïtienne.

Il convient de noter que les élections du 4 avril 2024 sont les quatrièmes élections législatives organisées au Koweït depuis 2020. Les élections ont eu lieu le 5 décembre 2020 et ont été dissoutes le 2 août 2022 et le 29 septembre 2022. la même année, des élections législatives ont eu lieu, mais bientôt… Ce conseil élu a été invalidé le 19 mars 2023 par une décision de la Cour Constitutionnelle, invalidant l’ensemble du processus électoral, et le retour de l’Assemblée Nationale 2020, en raison du nullité du décret dissolvant l’Assemblée nationale en 2020, suivi des élections à l’Assemblée nationale le 6 juin 2023 et le 15 février 2024, un décret Amiri a été publié statuant en dissolvant le Conseil, conformément à l’article 107 de la Constitution koweïtienne.

Marrakech, 2024-04-02 18:00:31 (Maroc-Actu) –

Article précédentLes chefs d’entreprise réclament un code du travail qui offre de bonnes conditions aux employeurs et aux salariés
Article suivantUne délégation de l’Organisation Arabe de Développement Administratif explore les opportunités d’investissement dans la région Casablanca-Settat