Accueil Divertissements Hommage au réalisateur marocain Faouzi Bensaidi au Festival international du film de...

Hommage au réalisateur marocain Faouzi Bensaidi au Festival international du film de Marrakech

230
0

Hier mercredi soir, le réalisateur marocain Faouzi Bensaidi a été mis à l’honneur lors de la 20ème session du Festival international du film de Marrakech, en présence de réalisateurs, acteurs et critiques marocains et étrangers.
Faouzi Bensaidi a exprimé sa joie de cet honneur qui lui a été décerné par l’administration du festival, qu’il a dédié à sa mère, remerciant Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, Président de la Fondation du Festival International du Film de Marrakech, ainsi que le acteurs, techniciens et tous les soldats cachés qui soutiennent son expérience cinématographique.
Bensaidi a déclaré, dans son discours devant le public qui a assisté à la cérémonie au Palais des Congrès de la Ville Rouge, qu’il y a 25 ans, il considérait l’idée de réaliser un film cinématographique comme impossible, indiquant que le niveau qu’il a atteint aujourd’hui est venu comme le résultat d’un long processus de travail continu sur le terrain.
Le réalisateur marocain a rendu sa mémoire au passé, lorsqu’il avait envie d’entrer au cinéma, à travers le portail de formation de l’Institut du Film, dont il avait été exclu, mais son échec à l’examen d’entrée ne l’a pas empêché de continuer à chercher une autre fenêtre pour entrer au cinéma.
Fawzi Bensaidi a regardé les premiers films au cinéma « Caméra » de Meknès, dont il a apprécié l’idée de rénover et d’ouvrir aux habitants de la capitale ismailie, soulignant que la vie pour lui signifiait « cinémas et musées ».
Bensaidi ne cherche pas d’argent dans l’industrie du cinéma, autant il se préoccupe avant tout de créativité et de production, d’autant plus qu’il a renoncé à son rêve de devenir millionnaire, que le septième art ne peut réaliser pour lui, surtout s’il est lié à la production de films d’élite.
Le deuxième lauréat du Festival de Marrakech, après l’acteur danois Mads Mikkelsen, qui a reçu l’étoile d’or vendredi dernier, a estimé que chaque œuvre qu’il a accomplie était considérée comme la première sur son chemin, soulignant que réaliser son premier film à l’âge de trente ans C’était comme une seconde naissance dans la vie. , qu’il estime à 25 ans, date à laquelle il a passé dans le septième art.
Fawzi Bensaidi a révélé que le cinéma est une représentation du doute, de la faiblesse et des lacunes, rejetant l’idée d’un cinéma parvenu à la certitude, qui selon la jurisprudence est considérée comme un extrémisme, car il met fin aux idées, à la créativité, à la création et à l’expérience.
Parce que le cinéaste ne doit pas être loin de son monde, Bensaidi, à la fin de son discours, s’est arrêté sur les tragédies dont le monde est témoin, notamment dans les territoires palestiniens, où il a récité des extraits du poème « Les mains du cactus ». », du poète palestinien Mahmoud Darwish, dans lequel il dit :
Où m’emmener, papa ?
Du côté du vent, mon fils…
… Alors qu’ils sortaient de la plaine, où les soldats de Bonaparte avaient dressé une butte pour observer les ombres sur l’antique mur d’Acre –
Un père dit à son fils : N’aie pas peur. N’ayez pas peur du bourdonnement des balles !
Restez fidèle à la terre pour survivre !
Nous survivrons et gravirons une montagne au nord,
Nous reviendrons lorsque les soldats reviendront dans leurs familles lointaines
Qui vivra dans la maison après nous, père ?
Cela restera comme avant, mon fils !

***

Bensaidi est un être humain et un artiste

La rencontre a vu l’acteur Rabih Benjheel prononcer un discours en l’honneur du célèbre Faouzi Bensaidi, au nom des acteurs et actrices les plus impliqués dans ses œuvres, tels que Abdelhadi Taleb, Nadia Kounda, Farid Benchemsi, Nezha Rahim, Hajer Karikaa…
Benjahil a salué l’humanité de Bensaidi, qu’il a décrit comme un créateur doté de son propre talent en matière de cinéma, soulignant sa biographie créative pleine de réalisations nationales et internationales, qu’il a dessinée avec mérite et intelligence, en tant qu’artiste de théâtre, de cinéma et de mise en scène.
Le fils vertueux du Maroc et de Meknès a pu, selon le témoignage de Rabih Benjhil, asseoir son nom auprès des aînés, en s’appuyant sur les deux témoignages qui ont été dits sur ses œuvres par Jean-Luc Godard et Martin Scorsese. C’est parce que l’homme, malgré la longue expérience qu’il a dans le domaine, est humble et persiste. En diligence d’un travail à l’autre.
Rabih Benjhil a rapporté que Faouzi Bensaidi s’est rebellé contre les modèles du cinéma, ce qui est considéré comme normal, car il émane d’un talentueux, artiste et créateur, qui a consacré sa vie au septième art, ce qui a fait de lui l’un des grands pionniers au Maroc. maîtriser les outils de travail, car le Maroc représente la meilleure représentation dans les festivals. Cinéma international.
Benjihel a déclaré que Fawzi Bensaidi est un génie dans le maniement de la caméra, qu’il sait déplacer pour capturer les scènes appropriées à l’histoire du film, ce qui n’est pas étrange pour « un bon artiste avec une connaissance profonde et renouvelée du cinéma ».
Le Palais des Conférences de la Ville Rouge a assisté à la projection du dernier film « Le Troisième Vide » du réalisateur marocain Faouzi Bensaidi, à l’occasion de sa distinction au festival, soulignant que le film n’a pas encore été projeté commercialement dans les salles de cinéma. .

Lire aussi:  L'Isil Theatre Association organise une résidence artistique internationale à Rabat

Le tiers vide

Les événements de « The Empty Third » (124 minutes) tournent autour de la décision d’une banque de récupérer les prêts qu’elle a accordés à ses clients qui ne les ont pas payés. Le public découvrira, avec le parcours d’Al-Mahdi et Hamid, chargés de collecter les fonds du prêt, de vastes zones de pauvreté et de marginalisation dans les zones reculées du Maroc.
Entre le déménagement de Mehdi et Hamid (les acteurs Fahd Benchemsi et Abdelhadi Taleb) de Casablanca vers les villages du sud-est du Maroc, Fawzi Bensaidi dépeint les fortes disparités sociales et économiques entre les régions, dont les familles souffrent du dénuement, car elles ne disposent pas des ressources financières continentales qui assurent leur subsistance quotidienne. Et rembourser les dettes qu’elle doit, que beaucoup n’ont pas réussi à payer en raison de la pauvreté et du manque de ressources.
Entre jouissance, tragédie et mélancolie, la caméra de Faouzi Bensaidi s’est déplacée vers le désert du sud-est marocain qui, autant qu’il capte la beauté de ses paysages, qui ressemble aux déserts américains des films hollywoodiens, autant qu’il cache derrière lui des êtres humains. des tragédies, que le réalisateur présente à travers des clichés photographiques plus proches de l’abstraction, rappelant les peintures plastiques. Et le langage de la poésie.
Il convient de noter que cette œuvre cinématographique mettait en avant la participation ; Rabih Binghil, Abdel-Ghani Al-Sanak, Muhammad Al-Shoubi, Muhammad Hamimsa, Nazha Raheel, Zahoor Al-Sulaimani, Ibrahim Khai et Abdullah Shisha.

***

Simon Baker : Il est difficile de trouver un réalisateur qui fasse confiance à l’acteur et lui laisse une grande liberté

L’acteur et réalisateur australien Simon Baker a déclaré que l’existence du film dépend de la présence du réalisateur, qui fait tout, de la réflexion sur le sujet jusqu’au montage, soulignant que l’autodidacte est le secret de son succès dans la tâche.
Simon Baker, qui parlait avant-hier, mercredi, de son parcours artistique dans la séquence « Dialogue avec… », à la 20ème session du Festival International du Film de Marrakech, rejette l’accusation du réalisateur de dominer le cinéma. travail, soulignant que la présence importante des réalisateurs est le résultat de leur encadrement des différentes étapes. La production, comme l’écriture du scénario sous forme de feuille de route, le choix des acteurs, la musique, la photographie…
Baker a souligné, lors de la « Master Class » dirigée par Jean-Pierre Lavanya, qu’en tant que réalisateur, il pense beaucoup au personnage principal de l’œuvre sur laquelle il travaille, et cela n’est pas à l’intérieur du bureau, comme certains le croient, mais plutôt pendant qu’il consacre ses activités quotidiennes à la cuisine, au jardinage…
Concernant son expérience d’acteur, l’acteur et réalisateur australien a expliqué qu’il est un acteur chaotique dans la préparation des rôles, mais cela ne signifie pas qu’il gère les choses de manière imprudente, mais qu’il essaie plutôt d’être plus libre et plus fluide dans son diagnostic.
Le même intervenant estime que l’acteur a besoin de la confiance du réalisateur pour se déplacer librement et créer un complément à l’œuvre, sachant que cette possibilité n’est pas toujours disponible, en raison de la pression du temps et du coût du budget, qui ne permet pas toujours pour cette expérience.
Il a expliqué lors de la réunion à laquelle ont participé les étudiants en cinéma qu’il est très difficile de trouver un réalisateur qui vous fasse confiance et vous laisse une grande liberté, mais qu’avec l’âge, l’acteur professionnel apprend à se faire une place dans le film.
Concernant son entrée dans le monde hollywoodien aux États-Unis d’Amérique, Simon Baker a souligné que cette expérience était le résultat d’un long travail en Australie, où il a participé à des œuvres publicitaires et cinématographiques, mais il n’a pas caché son étonnement à ce sujet. Premièrement, « il n’est pas facile de quitter les marges de l’Australie ». Au monde hollywoodien», déclare le porte-parole.
Baker a eu peur en entrant dans l’espace fermé d’Hollywood, qui ne croit qu’aux grands noms experts dans le métier du cinéma, et cela lui permettrait de travailler avec des acteurs qui deviendraient ses collègues, après avoir été leur public.
En réponse à ceux qui le décrivent comme le prénom porte-bonheur qui trouve rapidement sa place dans toute œuvre artistique, grâce à sa beauté et à la grâce de son corps, l’artiste australien a noté que ce dicton est souvent répété, et il l’a entendu plus d’une fois. une fois, et ce n’est vrai que dans une partie, car on ne peut pas toujours vous attribuer des rôles. Pour cette raison, il a souligné qu’il recherche des personnages complexes et compliqués dans lesquels il met beaucoup d’efforts, afin qu’ils apportent quelque chose de plus à son parcours artistique, d’autant plus qu’une personne perd sa beauté avec le temps, ce qui signifie que la norme de beauté pour réussir au cinéma est incorrecte.
Simon Baker a déclaré que, tout en passant son enfance, il n’avait jamais pensé à entrer dans le monde du septième art, d’autant plus qu’il vivait dans un environnement social dans lequel l’infrastructure cinématographique était absente. Théâtre, salles de cinéma, mais il a découvert la magie de l’écran en regardant des films avec sa mère à la télévision.
Baker n’est allé dans les salles de cinéma qu’à l’âge de vingt ans, après avoir déménagé à Sydney, où il organisait un festival de films. Il se consacre ensuite au visionnage de divers films du monde du cinéma, notamment l’expérience française.
Concernant sa méthode de gestion des acteurs lors de la mise en scène, il a expliqué qu’il leur demande seulement de bien préparer leurs rôles, même si chaque acteur a ses propres caractéristiques que le réalisateur ne doit que bien gérer.
Le succès d’une œuvre cinématographique, selon Simon Baker, dépend de la contribution de chacun, décrivant le film comme les pièces éparses portées par chaque acteur, qui doit avoir un point de vue sur l’œuvre sur laquelle il travaille.
Baker considère que le doute et la peur sont des choses importantes dans la vie d’un créateur, qui doit surfer sur les vagues de danger et braver toutes les difficultés dans le but de produire des œuvres qui plaisent au public et ajoutent quelque chose de nouveau au monde du cinéma.
Commentant le choix de l’administration du festival de projeter mardi soir dernier, dans la section festive des projections, le film « Limbo », réalisé par Ivan Sen, dans lequel Simon Baker jouait le rôle principal, il a déclaré avoir beaucoup réfléchi au personnage avant de jouer cela, en particulier en ce qui concerne sa constitution psychologique.
L’Australien Baker a apprécié la décision de produire ce film, qui raconte la souffrance de la population indigène d’Australie face à l’injustice de la part des « blancs », tandis que les noirs se plaignent de la corruption du système judiciaire du pays, parce qu’il n’agit pas. sur un groupe de fichiers.
Il a souligné que le film était venu critiquer le système judiciaire en Australie, d’autant plus que la situation perdure encore aujourd’hui, ce qui a poussé le réalisateur à soulever la question, et que le Festival de Marrakech était l’occasion de présenter cette œuvre, le cinéma n’étant pas créé uniquement pour le divertissement, mais pour éduquer et sensibiliser le public et soulever les problèmes sociétaux qui y sont liés. Sa présence.

Lire aussi:  Charlie Cox (Daredevil) choisit son Spider-Man favori après No Way Home

Marrakech, 2023-11-30 20:51:57 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe Conseil supérieur des comptes publie un rapport thématique sur l’activation de la régionalisation avancée
Article suivantInwi lance la sixième édition du « Contracting Forum »