Accueil Sciences & Tech Il est confirmé qu’un crocodile ancestral a dévoré un jeune dinosaure

Il est confirmé qu’un crocodile ancestral a dévoré un jeune dinosaure

498
0

Marrakech, 15 févr. (Maroc-Actu) –

Des techniques avancées d’imagerie nucléaire et synchrotron ont confirmé qu’un crocodile vieux de 93 millions d’années a dévoré un dinosaure juvénile, selon l’étude de la Commission européenne. des restes trouvés dans le contenu fossilisé de l’estomac.

Les recherches sur les fossiles découverts en 2010 dans le Queensland, en Australie, ont été menées par une équipe dirigée par le Dr Matt White de l’Australian Museum of the Age of Dinosaurs et de l’Université de Nouvelle-Angleterre. Les résultats sont publiés dans Gondwana Research.

Le crocodile Confractosuchus sauroktonos, qui se traduit par . « crocodile tueur de dinosaures », mesurait entre 2 et 2,5 mètres de long.. « Broken » fait référence au fait que le crocodile a été trouvé dans un énorme rocher brisé.

Les premières analyses par imagerie neutronique d’un fragment de roche provenant du bloc ont permis de détecter des os du dinosaure juvénile de la taille d’un poulet dans l’intestin, un ornithopode qui n’a pas encore été formellement identifié à l’espèce.

Le Dr Joseph Bevitt, responsable de l’instrument, a expliqué que les ossements de dinosaures étaient complètement enfouis dans la roche ferrugineuse dense. et ont été découverts par hasard lorsque l’échantillon a été exposé au pouvoir pénétrant des neutrons à l’ANSTO.

Dingo, le seul instrument d’imagerie neutronique d’Australie, peut être utilisé pour produire des images bidimensionnelles et tridimensionnelles d’un objet solide et en révéler les caractéristiques cachées.

Lire aussi:  Microsoft teste l'introduction de publicités dans l'explorateur de fichiers de Windows 11

« Lors du scanner initial en 2015, j’ai vu un os enterré qui ressemblait à un os de poulet avec un crochet et j’ai immédiatement pensé qu’il s’agissait d’un dinosaure », a expliqué Bevitt dans un communiqué. « Les yeux humains ne l’avaient jamais vu auparavant, car il était, et est toujours, complètement encastré dans la roche. »

Cette découverte a conduit à d’autres scans à haute résolution utilisant Dingo et le synchrotron X-ray Imaging and Medical Beamline pendant plusieurs années. « Les scans numériques 3D de l’Imaging and Medical Beamline ont guidé la préparation physique du crocodile, ce qui était impossible sans savoir précisément où se trouvaient les os », a déclaré M. Bevitt.

Au lieu de cela, les échantillons fragiles devaient être soigneusement réduits à une taille dans laquelle les rayons X du synchrotron pouvaient pénétrer pour obtenir un balayage de haute qualité. « Les résultats ont été exceptionnels en fournissant une image complète du crocodile et de son dernier repas, un dinosaure juvénile partiellement digéré ».

On pense que c’est la première fois qu’une ligne de faisceaux synchrotron est utilisée de cette manière. Le Dr Anton Maximenko, spécialiste des instruments à l’IMBL, a aidé l’équipe de recherche à repousser les limites de puissance et à affiner le réglage de l’installation pour réussir à scanner les grands échantillons.

Lire aussi:  Maroc-Actu.-Meta étend les options dans Horizon Worlds pour donner aux utilisateurs plus de contrôle sur la limitation de l'espace personnel

Bevitt a expliqué que l’équipe a utilisé toute l’intensité du faisceau de rayons X du synchrotron pour obtenir ces résultats dans une roche dense.

Ensemble, les docteurs Bevitt et White ont effectué tout le traitement des données et ont développé de nouveaux mécanismes logiciels pour traiter et fusionner tous les ensembles de données de ce crocodile fragmenté. De cette manière, le crocodile a été reconstitué comme un puzzle numérique en 3D.

Pour confirmer que le dinosaure se trouvait bien dans l’intestin du crocodile, l’équipe a observé des tunnels remplis de vers, des racines de plantes et des caractéristiques géologiques s’étendant entre des fragments de roche. « La chimie des roches a fourni les preuves. »a dit Bevitt.

Les chercheurs pensent qu’il est probable que le crocodile ait été pris dans une méga-inondation, qu’il ait été enterré et qu’il soit mort subitement. « Les restes fossilisés ont été trouvés dans un gros rocher. Les concrétions se forment souvent lorsque des matières organiques, ou disons un crocodile, coulent au fond d’une rivière. Parce que l’environnement est riche en minéraux, en quelques jours, la boue autour de l’organisme peut se solidifier et durcir en raison de la présence de bactéries.« , explique Bevitt.

Les spécimens sont désormais exposés à la Musée australien de l’âge des dinosaures.

Article précédentLes prix des voitures augmentent de 3,3 % sur un an en janvier et restent au niveau de 2017
Article suivantMaroc-Actu – Le premier iPad avec port Lightning figure sur la nouvelle liste des appareils obsolètes d’Apple