Accueil Economie La Banque mondiale table sur une croissance économique au Maroc de 1,1

La Banque mondiale table sur une croissance économique au Maroc de 1,1

460
0

La Banque mondiale s’attend à ce que le Maroc réalise une croissance économique de l’ordre de 1,1% au cours de l’année en cours, dans son dernier rapport publié aujourd’hui, jeudi, sur les développements économiques dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Selon l’analyse de l’Institution financière internationale, le Maroc enregistrera une croissance économique d’environ 4,3% au cours de l’année prochaine. Concernant les anticipations d’inflation au Maroc, la Banque mondiale a indiqué qu’elle atteindra 4% au cours de l’année en cours, pour revenir à un niveau bas en 2023 de l’ordre de 1,8%.

Les économies de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord devraient croître de 5,2 % en 2022, le taux de croissance le plus rapide depuis 2016 ; Cela est dû aux retours inattendus des prix élevés du pétrole, qui sont dans l’intérêt des pays exportateurs de pétrole de la région. Mais le rapport a mis en garde contre l’incertitude croissante entourant ces prévisions en raison de la guerre en cours en Ukraine et des menaces persistantes du virus Corona. Les pays producteurs de pétrole profiteront des prix élevés. ; Mais les risques d’inflation augmentent dans toute la région en raison du resserrement de la politique monétaire au niveau mondial, de l’imprévisibilité de l’évolution de la pandémie de Corona, des perturbations continues des chaînes d’approvisionnement et des prix alimentaires élevés.

Lire aussi:  Lancement d'une campagne pour encourager le paiement mobile et promouvoir la marque "MarocPay"

Concernant le contenu du rapport, Ferid Belhaj, vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a déclaré : « L’amère vérité est que personne n’est encore hors de danger ; Le risque d’émergence de nouveaux mutants du virus Corona demeure, et la guerre en Ukraine a multiplié les risques, en particulier pour les pauvres qui subissent de plein fouet la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie. d’incertitude est essentielle », et a souligné que « faire face à cette vague d’incertitude est un défi majeur pour les décideurs politiques ».

La Banque mondiale a déclaré que le déclenchement de la guerre en Ukraine avait exacerbé les pressions inflationnistes causées par la pandémie, car les pays de la région dépendaient fortement des importations alimentaires, notamment du blé de Russie et d’Ukraine. L’alimentation est susceptible de toucher le plus les familles pauvres, car les pauvres dépensent généralement la majeure partie de leurs revenus en nourriture et en énergie, contrairement aux familles riches. La Banque mondiale a expliqué que l’ampleur des effets de la guerre en Ukraine n’avait pas encore été déterminée ; Cependant, les premières indications indiquent que les difficultés économiques qui affligent déjà les économies du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, en particulier les pays à revenu intermédiaire importateurs de pétrole, s’aggravent.

Lire aussi:  Les prix du carburant connaissent une nouvelle hausse, à partir de mardi

On estime que le PIB par habitant augmentera de 4,5 % en 2022 dans les pays du Conseil de coopération du Golfe, grâce à la hausse des prix du pétrole ; Mais il ne retrouvera pas ses niveaux d’avant la pandémie avant 2023. En revanche, le PIB par habitant dans les pays à revenu intermédiaire exportateurs de pétrole devrait augmenter de 3 % et de 2,4 % dans les pays importateurs de pétrole de la région, et les deux les taux sont à peine supérieurs au niveau de vie pour revenir à ce qu’ils étaient avant la pandémie.

Vous pourriez également être intéressé par :

Un responsable de la Banque mondiale souligne que le conflit en Ukraine augmente le coût des approvisionnements alimentaires

Le Maroc reçoit 180 millions de dollars de financement de la Banque mondiale

almaghrib aujourd'hui

Marrakech, 2022-04-14 14:50:50 (Maroc-Actu) –

Article précédentLes distributeurs de gaz de la région Fès-Meknès manifestent
Article suivantLa baisse des stocks de carburant remet au premier plan la demande d’accélération