Accueil Economie La baisse des stocks de carburant remet au premier plan la demande...

La baisse des stocks de carburant remet au premier plan la demande d’accélération

787
0

Les déclarations de la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leïla Benali, concernant le stock d’hydrocarbures, ont réitéré la demande de redémarrage de la station « Las Samir », à l’arrêt depuis août 2015. La ministre Benali s’est éteinte, à la réunion de la commission des infrastructures de la Chambre des représentants, pour confirmer que le Maroc jusqu’au lundi 11 avril, il dispose d’un stock estimé à 437 mille tonnes d’essence, ce qui est suffisant pour répondre aux besoins du pays pour une période de 26 jours seulement, tandis que le stock d’essence est de 83 mille tonnes, ce qui couvre les besoins de 43 jours.

À cet égard, Al-Hussein Al-Yamani, secrétaire général de l’Union nationale des industries pétrolières et gazières, a expliqué que ce que le ministre concerné avait déclaré « confirme clairement ce dont on parlait avant la guerre russo-ukrainienne, ainsi que depuis la neutralisation de Samir.

Lire aussi:  Les entrepreneurs appellent à activer des mécanismes de consultation avec les autorités gouvernementales pour améliorer la performance des secteurs productifs

Le syndicaliste du secteur des hydrocarbures a souligné que cette situation « porte atteinte à la sécurité énergétique du Maroc, qui nécessite de trouver une solution et de reprendre le travail de l’unité de production, en raison de son grand rôle dans le maintien de la sécurité énergétique ». L’affaire découle de la solution urgente de la raffinerie de Muhammadiyah, et de son retour à son activité antérieure. Concernant les propos du responsable gouvernemental concernant la création du Conseil de sécurité de l’énergie, le syndicat lui-même a déclaré que « cette affaire rentre dans le cadre du langage de la procrastination » et a ajouté : « On parle aussi de la modernisation des secteurs, alors qu’il ce sont des stations qui ont fermé, et les investissements de stockage sont vides et n’ont pas de produit.

Al-Yamani a expliqué que « le gouvernement parle comme s’il préparait un programme électoral », notant que « la portée et l’heure de la fin de la guerre actuelle sont inconnues, et donc tous les pays assurent leur sécurité, tandis que le gouvernement parle le langage de la procrastination ». . » Nadia Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, a confirmé que le gouvernement travaille à la création du Conseil de sécurité énergétique afin de suivre avec précision la situation énergétique du pays dans tous les domaines. Le responsable gouvernemental a révélé que le système actuel fixe le stock minimum de produits pétroliers en 60 jours, mais cela n’a pas été fait au cours des 20 dernières années.

Lire aussi:  Le déficit commercial augmente de 57,2 % cette

Vous pourriez également être intéressé par :

Le Front de sauvetage de la raffinerie de Samir demande l’intervention des parlementaires pour reprendre le raffinage du pétrole au Maroc

Le gouvernement marocain rejette la proposition de nationaliser « Samir » et d’augmenter les prix du carburant

almaghrib aujourd'hui

Marrakech, 2022-04-14 15:29:01 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa Banque mondiale table sur une croissance économique au Maroc de 1,1
Article suivantLe ministre marocain des Transports explique les conséquences de la hausse des prix du carburant