Accueil Divertissements La chercheuse marocaine Fatima Aknefer remporte la deuxième place au concours de...

La chercheuse marocaine Fatima Aknefer remporte la deuxième place au concours de recherche scientifique théâtrale destiné aux jeunes

174
0

En présence du secrétaire général de l’Autorité du théâtre arabe, le professeur Ismail Abdullah, ainsi qu’un groupe d’auteurs dramatiques arabes participant à la 14ème session du Festival du théâtre arabe, et sous l’encadrement et la supervision du doyen de la Faculté des arts. , le professeur Dr Madad Ajeel et le personnel enseignant du collège, elle s’est tenue dans la matinée du dimanche 14 janvier à l’auditorium. Haqqi Al-Shibli, à la Faculté des Beaux-Arts de l’Université de Bagdad, a organisé le symposium intellectuel évalué par les pairs du Concours arabe de recherche théâtrale scientifique dédié aux jeunes chercheurs de moins de quarante ans, dans sa huitième édition pour l’année 2023. , qui a été organisé par l’Autorité du Théâtre Arabe dans le cadre des activités de la 14ème session du Festival du Théâtre Arabe qui se tient actuellement en Irak à Bagdad. Le titre du concours est « Spécificité intellectuelle et esthétique dans l’expérience théâtrale féministe, un modèle appliqué sur une expérience théâtrale contemporaine d’une des femmes du théâtre arabe ».
La session était modérée par le Dr Shatha Salem d’Irak, et le panel d’arbitres était composé de :
> AD Jamila bint Mustafa Al-Zakai d’Algérie
> AMD Muntaha Tariq Hussein d’Irak.
> Ceci. Maysoon Ali de Syrie.
Alors que trois candidats se sont affrontés pour les trois premières places, il s’agit de :
> Amina El Dachroui de Tunisie
> Ceci. Fatima Aknefer du Maroc
> Ceci. Mona Arafa Muhammad Amin d’Egypte
Les trois arbitres ont discuté de l’ensemble des recherches soumises par les chercheurs, pour examiner l’étendue de leur capacité à défendre et à répondre aux questions qui leur sont posées. Par conséquent, la séance a été sobre et profonde avec un débat cognitif et des idées précieuses dans l’échange d’informations entre les deux côtés de la discussion, car les questions qui leur ont été adressées par les arbitres ont été caractérisées par la sobriété et la connaissance scientifiques. En approfondissant et en analysant les informations contenues dans le processus de recherche pour atteindre des résultats cohérents avec ce qui a été déclaré dans le contexte de la recherche, les arbitres ont été satisfaits de cette méthode, considérant que ce qui est ressorti de la discussion de la recherche constitue une information suffisante dans confirmant les décisions.

Le directeur de la séance, le Dr Shatha Salem, était soucieux de la répartition équitable du temps et de la répartition de l’espace-temps entre les chercheurs et les arbitres, de la méthode de pose des questions et de la forme d’y répondre. A la fin de la séance, le comité des arbitres a tenu une séance à huis clos, au cours de laquelle une discussion scientifique et approfondie a eu lieu, différents avis ont été échangés et la capacité de chaque chercheur individuellement à être prise en compte. Comment défendre ses opinions dans une atmosphère purement démocratique, sans que personne ne s’immisce dans les prises de décision. La décision des arbitres était la suivante :
Première place : Amina Bint Ahmed Dashrawi de Tunisie, pour sa recherche intitulée « De la poétique du corps à l’esthétique de l’image et au-delà des frontières… Une lecture du chemin de la chorégraphe Nawal Iskandarani ».
Deuxième place : Dah. Fatima Aknefer du Maroc, pour sa recherche intitulée « Dramaturgie féministe vers la féminisation du spectacle théâtral… Incontrôlabilité esthétique et profondeur intellectuelle dans l’expérience de Naima Zeitan ».
Troisième place : Dah. Mona Arafa Mohamed Amin d’Égypte, pour sa recherche « Représenter l’autre d’un point de vue post-féministe… La pièce (la folie très ordinaire) comme exemple ».
Après avoir annoncé ces résultats, le secrétaire général de l’Autorité du théâtre arabe, Ismail Abdullah, a déclaré à cette occasion : « L’organisation, qui accorde toute son attention à la créativité des femmes dans le théâtre arabe, considère que la recherche gagnante de la huitième édition du Concours Arabe pour la Recherche Scientifique constitue un ajout à la bibliothèque de recherche sur les expériences distinctives présentées par les femmes. Les femmes arabes dans le théâtre, que ce soit en tant qu’écrivaine, réalisatrice, actrice, créatrice de mouvements, créatrice de théâtre, compositrice de musique de théâtre, administratrice, chercheuse, critique ou théoricienne. Ismail Abdullah a ajouté que l’approche des chercheuses arabes était « une approche scientifique étayée par des preuves ». Des réalisations contemporaines qui ont influencé et contribué à la construction et à la construction d’une architecture théâtrale créative visible et tangible », telle que ces chercheuses, confirme le secrétaire général de l’Autorité arabe du théâtre, « ont sculpté dans le vide de l’espace théâtral des méthodes de représentation qui a libéré des forces créatrices et a coupé l’herbe sous le pied de l’exclusion et du rabaissement, grâce à la recherche. Une méthodologie qui étudie, déconstruit et analyse une expérience spécifique.
Le chercheur égyptien l’a exprimé. Mona Arafa, lauréate de la troisième place de cette session, a exprimé sa joie de remporter pour la deuxième fois le concours 2019, soulignant, lors d’une conférence de presse organisée par l’Autorité pour les trois lauréats, que ses recherches gagnantes ont commencé dès le théâtre féministe, qui présentait une représentation stéréotypée des femmes, et montrait une lutte tout au long de « Le temps entre les sexes, que je considère comme inévitable ».
De son côté, la chercheuse et artiste tunisienne Amina Dachraoui, lauréate de la première place, a exprimé sa joie, remerciant l’Autorité du Théâtre Arabe, soulignant qu’elle a travaillé sur ses recherches académiques dans plusieurs filières, en tant qu’actrice et metteure en scène de théâtre, et a frappé à la porte de la recherche académique, en se concentrant sur la présence de l’image et sa nécessité dans la recherche, comme elle s’est appuyée sur le mouvement du corps qui doit accompagner l’image, dans un véritable dilemme avec le rapport à ce qui est produit par le numérique moderne images.
Dans la même conférence de presse, Dashrawi a présenté plusieurs exemples de la nécessité d’adopter l’image, comme la Révolution du Jasmin qui a eu lieu dans son pays, où l’image était fortement présente et a été l’un des signes de la victoire de Jasmine, ainsi que la événements à Gaza, où le monde est impuissant face aux images qui ébranlent la conscience de l’humanité dans le silence des pays. A propos de cette ruine et de cette destruction.
Ensuite, le coordinateur du festival, l’artiste Ghannam Ghannam, a expliqué dans une courte intervention que « le but du lancement de ce concours est de comprendre la vision des jeunes et de connaître le premier combat qu’ils mènent dans leur vie scientifique », soulignant que le concours a un caractère purement juvénile, puisque le candidat a été fixé à 35 ans et que l’âge a été relevé cette année. Jusqu’à 40 ans.
Il a conclu son discours en disant : Nous profitons de cette occasion dans cette conférence pour organiser un symposium robuste dans lequel nous pouvons voir les gagnants défendre leur créativité et leur production intellectuelle, et c’est un ajout réalisé par le festival.

Lire aussi:  Bande-annonce de Il était une fois... mais pas n'importe quand : la fantaisie musicale irrévérencieuse avec Sebastián Yatra sur Netflix

Préparé par : la déclaration d’aujourd’hui à Bagdad, Al-Hussein Al-Shaabi

Marrakech, 2024-01-16 18:00:40 (Maroc-Actu) –

Article précédentLes prix de la viande rouge brûlent les poches des Marocains après que le gouvernement a suspendu le soutien à l’importation de vaches et de moutons
Article suivantLe groupe Oland a été couronné de trois certificats de qualité et de sécurité alimentaire