Accueil Economie La poursuite de la guerre russo-ukrainienne annonce de nouvelles augmentations

La poursuite de la guerre russo-ukrainienne annonce de nouvelles augmentations

326
0

A des niveaux record, les prix du carburant au Maroc bondissent, après de nouvelles hausses enregistrées par diverses sociétés de distribution, dont se sont plaints les citoyens marocains, qui en avaient assez des hausses qui enflammaient leurs poches, au milieu du silence du gouvernement. Les prix du pétrole ont encore augmenté sur le marché international, alors que le brut Brent est passé à 140 dollars le baril, à la lumière de la guerre russo-ukrainienne, ce qui indique que les prix atteindront des niveaux sans précédent si cette guerre se poursuit.

Les nouvelles hausses au Maroc ont oscillé entre 80 et 60 centimes, le prix de l’essence ayant bondi en début de semaine à 11,32 dirhams le litre, tandis que le prix de l’essence atteignait 13,15 dirhams le litre, ce que les citoyens considéraient comme « une hausse qui est la premier du genre, atteignant des niveaux record sans précédent. « Ces augmentations ne sont plus cantonnées à des sociétés spécifiques, mais se sont généralisées aux groupes en charge de la distribution, car ces sociétés sont sans contrôle, et elles contrôlent les prix comme elles le souhaitent, sans l’intervention des autorités compétentes.

Lire aussi:  Organisation de la 17ème édition du salon marocain de l'immobilier "SMAP Emo 2022" à Paris

L’expert en économie et politiques énergétiques, Tayeb Weiss, a déclaré, dans une déclaration à Hespress, que « le Maroc est loin des effets de la guerre russo-ukrainienne, notamment en matière de pétrole et d’approvisionnement en pétrole », notant que « le problème réside dans la le coût élevé des matériaux pétroliers et le prix élevé du dollar. Le même expert économique a souligné que « le Maroc n’a pas de raffinerie locale après l’exécution de la société Samir, et il achète du carburant prêt à l’emploi à un coût élevé », notant que « la raffinerie Samir a joué un rôle important, car elle recevait pétrole brut et le filtrer à un coût normal.

Lire aussi:  La hausse des prix à la consommation affaiblit le pouvoir d'achat des Marocains

Le même expert a appelé les autorités marocaines à redémarrer la centrale de Samir, afin d’assurer la sécurité énergétique du pays, notamment à la lumière de la poursuite de la guerre russo-ukrainienne, s’attendant à ce qu’il y ait « d’autres augmentations du niveau de carburant ». prix au Maroc. Le même expert s’attend à ce que le prix de l’essence au Maroc atteigne 20 dirhams, et le prix du gasoil à 15 dirhams, au cas où la guerre se poursuivrait et qu’il n’y aurait pas

L’État est intervenu, notant que « l’Amérique tente de résoudre la crise iranienne afin d’atteindre l’équilibre au niveau du prix mondial du pétrole et l’ouverture aux marchés vénézuéliens ».

Vous pourriez également être intéressé par :

Des étudiants marocains utilisent des couloirs spéciaux pour s’échapper de la ville ukrainienne de Soumy

Blinken : la Russie ne gagnera pas la guerre en Ukraine

Marrakech, 2022-03-09 21:31:25 (Maroc-Actu) –

Article précédentQualification du gouvernement numérique pour le développement
Article suivantLes industries alimentaires et pharmaceutiques au Maroc attirent des investissements de 1,7