Accueil Sciences & Tech Qualification du gouvernement numérique pour le développement

Qualification du gouvernement numérique pour le développement

311
0

Le concept de gouvernement numérique représente un changement fondamental dans la façon dont les gouvernements du monde entier adoptent leur mission de gestion des affaires publiques et de définition d’objectifs administratifs pour améliorer les services publics, prendre des décisions fondées sur des données ainsi que promulguer des politiques fondées sur des preuves, et d’assurer une plus grande responsabilisation et transparence au sein du gouvernement Renforcer la confiance du public envers les citoyens. Comme la fourniture de services publics dépend de plus en plus des données, les gouvernements peuvent acquérir une compréhension précise des changements dans les besoins des citoyens, permettant des services hautement personnalisés et ciblés. Cela est rendu possible grâce à des moyens numériques qui créent un canal de communication direct pour chaque citoyen, permettant aux gouvernements de répondre personnellement à leurs besoins et de développer des plans personnalisés pour différentes communautés et zones géographiques. Ainsi, les services fournis aux citoyens se développeront constamment et deviendront accessibles à tous les citoyens.

Dans le modèle numérique, les systèmes fiscaux s’adaptent par exemple de manière transparente aux changements de situation en temps réel en se basant sur la base de données collective des mouvements individuels de la population active et des changements de revenus plutôt que sur des inclusions manuelles et institutionnelles de ces changements. Ces ajustements peuvent être calculés en temps réel et mis en œuvre à l’aide d’un outil de politique automatisé et adaptatif. Avec des données d’inscriptions en constante augmentation, cet outil numérique peut également être en mesure de convertir les taxes d’un secteur spécifique en subventions ou taxes négatives en fonction de l’évolution de la situation économique d’un individu, d’une famille ou de toute entité commerciale. Les systèmes et les processus qui sous-tendent le gouvernement numérique doivent être bien alignés les uns avec les autres pour permettre le développement d’une plate-forme intégrée pour les services publics, qui réduit les doubles emplois entre les différents ministères et encourage le partage des capacités entre les secteurs.

Lire aussi:  Une zone froide dans l'océan permet aux glaciers d'Islande de respirer un peu.

Cela oblige les gouvernements à adopter des normes et des structures communes dans la mise en œuvre de leurs programmes de numérisation. À l’avenir, les services numériques intergouvernementaux avec une intégration transfrontalière efficace sont également susceptibles de gagner en importance. Nous pouvons voir des exemples de cette coopération dans la région Asie/Pacifique et au Japon, où des pays comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Japon augmentent l’intégration dans leur région de l’infrastructure de cloud public parmi d’autres services numériques. De même, si l’Union européenne s’est lancée dans sa propre initiative de services d’identité électronique et de confiance pour créer de nouvelles relations électroniques transfrontalières pour ses citoyens, elle s’engage également avec des partenaires de toute la région avec des initiatives telles que l’Union européenne, le Japon, la coopération dans technologie mobile, le projet Trillium Bridge entre l’Union européenne et les États-Unis, qui vise à relier les dossiers de santé électroniques des citoyens entre eux en créant une norme d’interopérabilité.

En fin de compte, nous aborderons un modèle futuriste de gouvernement numérique dans lequel les machines cognitives prennent des décisions optimales pour sélectionner automatiquement des politiques efficaces et éviter les programmes hérités de gaspillage de déchets.
Une infrastructure numérique appropriée peut également améliorer les fonctions des gouvernements à différents niveaux – national, régional et local. Les données seront essentielles pour permettre le développement numérique, par exemple, l’utilisation d’indicateurs de données contextuelles peut permettre aux gouvernements de mieux comprendre les problèmes locaux et de mesurer avec précision les préoccupations du public. De plus, une infrastructure gouvernementale numérique partagée peut favoriser l’innovation régionale. Le lancement de services numériques va au-delà de la paperasserie inutile et augmente l’efficacité administrative, car les identités électroniques sécurisées et normalisées – utilisées par les citoyens pour accéder aux services publics et par les entreprises pour traiter par voie électronique les contrats et les appels d’offres – encouragent une croissance économique inclusive et des systèmes commerciaux collaboratifs.

Lire aussi:  Avertir les utilisateurs de téléphones Android d'un nouveau ciblage de virus

Cette transition numérique oblige les gouvernements à adopter des normes communes, à adopter des lois sur la protection des données et la confidentialité et à mettre en œuvre des mécanismes de cybersécurité efficaces à mesure qu’ils subissent chaque numérisation croissante. Les gouvernements devront également mettre en œuvre des politiques pour accroître la connaissance des données, renforcer les partenariats et s’adapter à la restructuration du marché du travail axée sur la technologie afin d’assurer la pertinence de leurs institutions et le fonctionnement continu de l’économie numérique. Sans aucun doute, la révolution numérique offre un ensemble d’outils sans précédent pour stimuler la croissance économique, augmenter la productivité, générer de la richesse même dans des environnements aux ressources limitées et améliorer les conditions de vie de tous. Des avancées considérables dans tous les secteurs – soins de santé, transports, énergie et sécurité, pour n’en citer que quelques-uns – peuvent être réalisées grâce à des modèles ascendants simples et robustes qui utilisent les données et l’infrastructure numérique pour faire progresser l’inclusion et éradiquer l’extrême pauvreté. Mais nous ne pouvons créer une société de prospérité partagée que si les gouvernements modernisent leurs politiques et leurs institutions pour relever les défis et saisir les opportunités que ces outils offrent.

Marrakech, 2022-03-03 20:05:37 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe volume des échanges commerciaux entre le Maroc et la Russie a augmenté au cours
Article suivantLa poursuite de la guerre russo-ukrainienne annonce de nouvelles augmentations