Accueil Economie L’Aïd al-Adha injecte 16 milliards de dirhams dans les bénéfices

L’Aïd al-Adha injecte 16 milliards de dirhams dans les bénéfices

227
0

Enregistrement des écarts entre les données officielles et la réalité

Au moment où le Haut-commissariat au Plan confirmait que les dépenses totales des familles à l’occasion de l’Aïd al-Adha cette année « dépassaient 18 milliards de dirhams », compte tenu du prix moyen du bétail de boucherie, estimé à 2 400 dirhams, le Rapport du ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, des Eaux et Forêts, avant-hier soir. Mercredi, que l’occasion de l’Aïd al-Adha a généré des revenus estimés à « environ 16 milliards de dirhams », dont la majeure partie est allée aux éleveurs (Al-Kasaba).
Et à la lumière du temps maussade qui a marqué l’Aïd Al-Adha cette année en raison des prix torrides, selon de nombreux citoyens et éleveurs, et de ce qui a été observé à la suite des années successives de sécheresse et des prix élevés du fourrage, le ministère a souligné dans sa communication que l’occasion de l’Aïd Al-Adha 1444 s’est déroulée dans de bonnes conditions commerciales et sanitaires, soulignant que les marchés Il était bien approvisionné et qu’aucune plainte n’a été enregistrée quant à la disponibilité, et que « l’approvisionnement total pour l’abattage à l’Aïd al-Adha, estimé à plus de 7,8 millions de têtes, dépassant largement la demande, dont 6,8 millions de têtes ont été dénombrées selon la procédure principale mise en place dans le cadre des préparatifs de l’Aïd al-Adha. , ce qui permet de suivre le sacrifice depuis l’éleveur jusqu’au consommateur final.
Le ministère a ajouté que, selon une estimation préliminaire, environ 6 millions de têtes ont été sacrifiées, dont 58% dans les zones urbaines, les moutons représentant 90% du bétail abattu et les chèvres 10%, soulignant que cette année a connu une forte demande. pour les moutons de taille moyenne.
Et à une époque où les moutons importés suscitaient une large controverse pendant la période de l’Aïd en raison de leurs prix élevés, qui dépassaient les attentes, d’autant plus qu’ils étaient importés avec le soutien du gouvernement pour réduire la pression sur les prix ; Le communiqué du ministère précise que l’offre nationale a été complétée par des importations exceptionnelles de moutons destinés à l’abattage, ce qui « a contribué de manière significative à atténuer les pressions sur les prix ».
Dans son rapport, le ministère a rappelé que la filière ovine avait, en fait, connu un déséquilibre dû à l’impact de la pandémie de COVID19, ajoutant que la succession de deux années de sécheresse avait à son tour affecté l’état des pâturages ainsi que la situation internationale. contexte inflationniste qui a provoqué une hausse des prix des intrants agricoles, notamment les aliments du bétail.

Lire aussi:  Le chiffre d'affaires consolidé de "Marsa Maroc" a augmenté de 14%

Abdel Samad Edeniden

Marrakech, 2023-07-06 18:00:14 (Maroc-Actu) –

Article précédentYaza Genini conclut sa tournée cinématographique à Meknès
Article suivantSignature d’un protocole d’accord et d’un contrat de concession entre l’Etat et OCP pour la production d’eau potable par dessalement d’eau de mer à Safi et El Jadida