Accueil Economie Le coût élevé du carburant, du fourrage et des engrais fait sortir...

Le coût élevé du carburant, du fourrage et des engrais fait sortir les tracteurs des agriculteurs pour protester contre le déficit du gouvernement

221
0

Les agriculteurs, affiliés à «l’Office national du secteur agricole et des propriétaires de matériel agricole de la Confédération des syndicats professionnels», ont manifesté avec des tracteurs devant les départements et les directions régionales du ministère de l’agriculture, au niveau national, depuis lundi dernier, dénonçant leur dénuement et l’absence des agriculteurs disposant de matériel agricole de bénéficier de la subvention allouée au carburant, comme tous les autres secteurs, ce qui a affecté négativement la position du secteur.
Les manifestants, qui comptaient tenir leur manifestation pendant 72 heures, avant de la transformer en manifestation ouverte en raison de la démarche des responsables, appellent à une politique d’indifférence à leur égard, (exigeant) la mise en place de stations-service pour les machines agricoles ( comme la disparition de Rogue), dénonçant l’échec à ouvrir la porte au dialogue pour discuter du dossier de demande qui a été déposé au bureau de contrôle. Au ministère des tutelles il y a plusieurs mois.
Les paysans protestent également contre le manque d’implication des professionnels dans le dossier lié aux revenus des agriculteurs afin de les autoriser à bénéficier de la couverture obligatoire en cas de maladie, ce qui a été constaté lors de la révision du règlement, donc la Caisse de sécurité sociale, l’incapacité des agriculteurs s’engager à la performance pour en tirer profit, dénonçant les augmentations fulgurantes des engrais et des pesticides en l’absence de légalisation et de contrôle Parallèlement à la situation du secteur, puis les augmentations de missile à Bodour Al-Qatani.
A cet égard, Mohamed Mohdi, secrétaire central de l’Union des syndicats du Maroc – Secteur agricole (USPM), a déclaré que les veillées ouvertes, que la plupart des villes connaissent, sont venues en raison d’une série de contraintes dont souffrent les agriculteurs, en particulier dans ce contexte. année sèche, surtout en Cette étape est connue comme la fusée augmente au niveau du zombie.
Le syndicaliste Mahdi a souligné, dans une déclaration au journal Bayan Al-Youm, que le choix de la présence du tracteur dans ces manifestations nationales est justifié, ajoutant : « Il est déraisonnable de constater que le ministère de l’Agriculture confirme qu’il soutient l’agriculteur, mais quand nous venons à la réalité, nous constatons qu’il laboure ses charrues au ralenti ordinaire au prix de 15 dirhams, car il est impossible de résister à cette augmentation de missile pour s’éteindre.
Le syndicat a poursuivi qu’il appelait à un soutien urgent pour que l’agriculteur puisse sauver la saison des labours, ainsi qu’à réfléchir au niveau régional pour créer des stations-service pour les agriculteurs.
Mohdi a ajouté : « Lorsque nous arrivons aux contraintes et que nous parlons de subventionner l’orge et de passer à la terre, nous constatons que le ministère a donné à chaque agriculteur un sac de 80 kilogrammes, et chaque agriculteur possède 100 moutons, ou 10 ou 20, et en fait vous trouvez un support qui apporte 4 kilos par an, soit 4 ou 8 kilos par an permettront de nourrir le « Kaiba ». Ils brandissent le mot d’ordre de soutien, mais la réalité est la famine. C’est une chose dangereuse. Quand on passe à la roquette augmentation des graines, elle oscille actuellement entre 500 et 700 dirhams. Pour le blé et l’orge, quand on vient vendre au fermier, on trouve le prix fixé à 240 ou 230 dirhams, et Al-Shanaka l’achète pour seulement 200 dirhams. Cet agriculteur pourra-t-il produire ?
« Si on regarde la réalité de l’entreprise, on dit que l’entreprise qui ne produit pas doit fermer ses portes. Aussi, si l’agriculteur ne produit pas, il ne doit pas labourer, il ne peut pas gaspiller d’argent. Un hectare demande au cultivateur 10 000 dirhams, selon la déclaration des cultivateurs, et après avoir labouré et labouré la terre Nous vendons, et si un hectare est bien produit, il donne 40 quintaux, pour 8 000 dirhams ou 9 000 dirhams, et il travaille toute l’année et dépense 1 000 dirhams ou 1 500 dirhams de sa poche. secteur agricole.
Le même intervenant a souligné que si on passe aux engrais et qu’on parle du Maroc : « Le Maroc est un pays de phosphates, et à la pointe de sa production, pourtant il y a une flambée des prix, de 270 dirhams à 450, « Lori » s’est élevé à 1500 dirhams au lieu de 270 dirhams, comment l’agriculteur peut-il résister à ces hausses de missiles, et si on parle au ministère de l’agriculture, il dit qu’il le soutient, mais à qui s’adresse ce soutien ? C’est pour l’élevage ? 1 sur dix mille, qui est ce bénéficiaire ??
Mohdi a dénoncé l’absence d’ouverture de dialogue, notant que « cette manifestation a commencé depuis juin et a lancé le slogan qu’ils ne peuvent pas récolter ces prix et ces augmentations de missiles, et il y avait des promesses de solution et de soutien, et ce sont des demandes raisonnables, et les atermoiements ont commencé dans la mise en œuvre des promesses, qui sont les politiques de tous les gouvernements successifs jusqu’à ce qu’ils deviennent des secteurs en faillite.
Modi a poursuivi: « En ce qui concerne la manifestation nationale, qui a commencé le 26 septembre et a duré 72 heures, et tant que le ministère et le gouvernement n’ont pas apporté de réponse, elle est désormais ouverte car le slogan de l’agriculteur n’est pas un employé dans l’administration et il est en grève, mais plutôt il est en faillite et a cessé de travailler, et il y a un slogan que nous craignons avec le gouvernement actuel, c’est de ne pas tenir compte des revendications des professionnels, et de les laisser à la rue, jusqu’à ce que ils arrêtent de protester d’eux-mêmes.
Modi a souligné : « Les agriculteurs ne retourneront pas dans les maisons, et que les tracteurs avec lesquels ils protestent resteront dans la rue et ne reviendront pas dans les maisons, car ils n’obstruent pas les voies publiques et ne causent pas de problèmes. Nous avons été marginalisés , nous avons donc laissé les tracteurs sur le trottoir pour être marginalisés. La protestation n’est pas limitée dans le temps, et il y a une tendance que si le ministère ne prend pas en compte nos revendications, tout le monde ira au ministère avec le slogan de tracteur donc que le ministère en tiendra compte.

Lire aussi:  Inwi lance la cinquième édition du "Enterprise Forum"

< Abdoul Samad Adenden

Marrakech, 2022-09-29 19:48:33 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe lancement du Festival international de théâtre libanais pour les conteurs au Théâtre national libanais de Tripoli, mi-novembre prochain
Article suivant« La chorégraphie…la double scène d’écriture » – bayanealyaoume