Accueil Economie Le gouvernement s’attend à ce que l’économie nationale croît à un taux...

Le gouvernement s’attend à ce que l’économie nationale croît à un taux de 4,5 % en 2023

408
0

« Les indicateurs, s’ils ne s’aggravent pas, ne s’améliorent certainement pas. » Cet argument n’a pas été invoqué par la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fattah, avant-hier, mercredi, lorsqu’elle a annoncé que la croissance de l’économie nationale au cours de l’année 2023 enregistrera un taux de reprise d’environ 4,5%, malgré les turbulences conjoncture internationale.
Les hypothèses présentées par Fattah Al-Alawi devant la commission des finances et du développement économique de la Chambre des représentants sont totalement irréalistes compte tenu des répercussions de facteurs qui annoncent des développements difficiles.
Elle s’attendait à ce que la récolte céréalière atteigne 75 millions de quintaux en 2023 au lieu de 32 millions cette année, que le prix du butane baisse à 700 dollars la tonne contre 800 dollars en 2022 et que le prix du pétrole baisse à 93 dollars le baril, et donc le taux d’inflation est tombé à 2 %.
Le ministre de l’Économie et des Finances n’a pas osé présenter des chiffres parallèles aux attentes dans l’éventualité où la reprise de l’économie mondiale continue de se détériorer en 2023. Tout responsable gouvernemental est toujours tenu d’énumérer différents scénarios au cas où des facteurs influents émergeraient.
De plus, ce que Fattah a présenté va à l’encontre des études prospectives nationales et internationales qui prévoient une réduction de la croissance, notamment dans l’Union européenne en raison des répercussions de la guerre en Ukraine et de ses effets sur les prix des matières premières et les chaînes de production et d’approvisionnement mondiales. , parallèlement au durcissement des politiques monétaires afin de contrôler les pressions inflationnistes.
Il s’est contenté de l’objectif de son ministère de réduire le déficit budgétaire en 2023 à 4,5 % et à 3,5 % en 2025.
Bien sûr, rien n’est impossible dans le monde de l’économie, car les crises peuvent se transformer en défis. Cependant, cela nécessite d’avoir un gouvernement politique responsable et efficace, capable de trouver des solutions à la baisse effroyable du pouvoir d’achat des Marocains, et d’innover pour limiter la baisse de la valeur ajoutée du secteur agricole, rendre la demande interne favorable à la croissance économique, renforcer les politiques sociales et poursuivre les grands projets et les stratégies sectorielles, soutenir l’investissement privé et poursuivre les réformes. Au lieu de penser aux équilibres macroéconomiques.
Les défis internes de l’économie marocaine sont représentés par le chômage, en particulier chez les jeunes, et l’immigration clandestine et la criminalité qui l’accompagnent, en plus de l’élargissement du cycle de la pauvreté et de la fragilité pour inclure des groupes de la classe moyenne, en raison de la baisse réelle des revenus.
Quant aux risques externes, ils sont liés à l’ouverture aux grands marchés, sans que l’économie marocaine soit suffisamment immunisée pour faire face à la concurrence, qui creuse le déficit de la balance commerciale en cours, sans parler des multiples incertitudes entourant les perspectives de l’après-Russie. La guerre d’Ukraine, c’est-à-dire la naissance d’un ordre mondial qui laisse présager un certain nombre de risques résultant de la montée des pratiques. Le protectionnisme et les tensions commerciales croissantes qui conduisent à des tarifs plus élevés, ce qui affecterait négativement l’approvisionnement, augmenterait les coûts d’importation et perturberait les chaînes d’approvisionnement, en plus de la hausse des prix de l’énergie et du prix du dollar.

Lire aussi:  Le groupe Safran Aviation agrandit son implantation à Casablanca

< Mustafa Al Salki

Marrakech, 2022-07-29 10:21:38 (Maroc-Actu) –

Article précédentReprésentations théâtrales centrées sur le corps au Festival International de Théâtre Universitaire de Casablanca
Article suivantPlus d’un million de passagers traversent le détroit vers le Maroc